joubarbe des toits

Accueil

joubarbe des toits (n. f.)

Joubarbe. Meyer Christian, sept. 1975
Joubarbe. Meyer Christian, août 2011
Joubarbe des toits. (fichier Commons :

Scientifique

  • Sempervivum tectorum L.

Autres noms

  • artichaut sauvage
  • barbe-de-Jupiter
  • grande joubarbe
  • herbe aux cors
  • herbe du tonnerre

Anglais

  • house leek
  • Jupiter's beard

Etymologie

lat. Jovis barba, barbe de Jupiter. On croyait que plantée sur un toit, elle empêchait la foudre d'où le nom de barbe-de-Jupiter (Jovis barba), du dieu maître des éclairs.

Définition

Fam. des crassulacées (Crassulaceae). H. 20-50 cm. Plante grasse vivace à hampe florale dressée, d'origine montagnarde. Les feuilles, succulentes, en rosette, sont ovales-lancéolées, pointues, à pointes souvent rouges. Les fleurs, rose pâle ont 8-20 sépales, 8-20 pétales et de nombreuses étamines.

Détails

Plante médicinale présente en France : le suc frais et les feuilles sont antispasmodiques, astringents, émolients et vulnéraires. On peut l'employer contre les cors, les dartres, les brûlures, etc.

" JOUBARBE, s. f. (Botan.) Sedum, genre de plante à fleur en rose, composée de plusieurs pétales disposés en rond. Il sort du calice un pistil qui devient dans la suite un fruit composé de plusieurs capsules ou gaines qui forment une tête : ce fruit renferme des semences qui sont pour l’ordinaire très-petites. Tournefort, Inst. rei herb.
Ce genre de plante est considérable par ses espèces ; M. de Tournefort en compte 37, au nombre desquelles il y en a trois qui sont d’usage ordinaire médicinal ; savoir, la grande joubarbe, sedum majus vulgare ; la petite joubarbe, sedum minus teretifolium album, & la vermiculaire âcre, sedum parvum, acre, flore luteo.
La racine de la grande joubarbe est petite & fibreuse ; elle pousse plusieurs feuilles oblongues, grosses, grasses, pointues, charnues, pleines de suc, attachées contre terre à leur pédicule, toujours vertes, rangées circulairement, & comme disposées en rose, convexes en dehors, aplaties en dedans, tant soit peu velues dans leurs bords. Il s’élève de leur milieu une tige à la hauteur d’un pied ou davantage, droite, assez grosse, rougeâtre, moelleuse, revêtues de feuilles semblables à celles du bas, mais plus étroites, plus pointues, & qui la rendent comme écailleuse. Cette tige se divise vers la cime en quelques rameaux réfléchis qui portent une suite de fleurs à cinq pétales, disposées en roses ou en étoiles, de couleur purpurine, avec dix étamines à sommets arrondis. Lorsque ces fleurs sont passées, il leur succède des fruits composés de plusieurs siliques ou vaisseaux séminaux, creux, en urnes, & contenant des semences fort menues...
Leur usage extérieur est un peu plus fréquent ; on en fait avec le beurre frais des onguents pour les hémorroïdes & pour les brûlures... " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751-1778)

Sections

  • botanique
  • pathologie
  • pharmacie
  • plante médicinale

Classification scientifique

  • Crassulaceae

Voir aussi

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [26/01/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

© Cirad