écaille (n. f.)

Bookmark and Share

Anglais

  • scale
  • scute
  • squama

Définition

1. Formation dermique participant à l'exosquelette d'un animal. L'imbrication des écailles permet une bonne protection.
2. Lame solide, parfois lignifiée d'une plante.

Détails

Les écailles des poissons sont absentes (peau nue et visqueuse des Malacoptérygiens et Siluriformes), épaisses chez les Chondostéens et minces chez les Télostéens. Elles sont des denticules, ossicules ou écailles placoïdes structurées comme des dents (Sélaciens), sont des boucles ou écussons (très grosses denticules), sont ganoïdes (écailles losangiques des esturgeons), sont cycloïdes (écailles des Téléostéeens de forme ovale et à bord lisse) ou cténoïdes (écailles des Téléostéeens dont la partie non recouverte présente une ou des rangées de spinules ou ctenii ou petites épines.
- écaille frontale, écaille de l'os frontal,
- écaille occipitale, écaille de l'os occipital,
- écaille temporale, écaille de l'os temporal.

"Classe POISSONS...
La peau, toujours revêtue d'un épidémie visqueux, renferme en général de nombreuses écailles, produites par les papilles dermiques. Parfois, ces écailles sont très petites et cachées sous la peau (Anguilles) ; dans certains cas elles font tout à fait défaut (Lamproies). Lorsqu'elles sont bien développées, on leur applique des noms variables suivant leur constitution. Ainsi, on appelle cténoïdes (cténos, peigne ; eidos, apparence), celles qui sont cornées, minces et flexibles, à bord libre garni de petites pointes (Perche) ; cycloïdes (cyclos, cercle), celles qui, également souples, ont le bord lisse (Carpe) : ces deux sortes sont imbriquées ; ganoïdes (ganos, éclat), celles qui représentent des plaques osseuses recouvertes d'émail (Esturgeon) ; enfin placoïdes (placos, plaque), celles qui forment des nodules osseux rendant la peau chagrinée (Squales) ou des plaques surmontées d'épines (Raies).  " (Railliet Alcide, "Traité de zoologie médicale et agricole", 2e éd. Asselin et Houzeau, Paris, 1895, p. 949)

" Poissons, écailles des, (Science microscop.) les écailles ou couvertures extérieures des poissons sont d’une beauté & d’une régularité surprenante, & elles présentent dans les différentes espèces de poissons une variété infinie de figures & d’arrangement. Quelques-unes sont un peu longues, quelques-unes rondes, d’autres triangulaires, d’autres carrées, & d’autres de toutes les figures que l’on peut imaginer ; quelques-unes encore sont armées de pointes acérées comme celles de la perche, de la sole, &c. d’autres ont le tranchant fort uni, comme celles du merlus, de la carpe, de la tanche, &c.
Il y a également une grande variété dans un même poisson ; car les écailles tirées du ventre, du dos, des côtés, de la tête & des autres parties du corps sont fort différentes ; & certainement, quant à la variété, beauté, régularité & ordre de leur arrangement, les écailles des poissons ont beaucoup de ressemblance avec les plumes qui sont sur le corps & sur les ailes des teignes & des papillons.
On ne croit pas que ces écailles tombent toutes les années, ni qu’elles soient les mêmes pendant toute la vie du poisson ; mais il se fait tous les ans une addition d’une nouvelle écaille, qui vient au-dessous de la précédente, & s’étend de tous côtés au-delà du tranchant de celle-là, à-proportion de l’accroissement du poisson, à-peu-prés de la même manière que le bois des arbres s’élargit annuellement, par l’addition d’un nouveau cercle auprès de l’écorce ; & comme on peut connaître l’âge d’un arbre par le nombre des anneaux dont le tronc est composé, ainsi dans les poissons, le nombre des plaques qui composent leurs écailles, nous marque l’âge...
On croit communément que l’anguille n’a point d’écailles ; mais si on la nettoie bien, & qu’on lui ôte toute la boue, on verra au microscope, que sa peau est toute couverte de très-petites écailles, rangées avec beaucoup d’ordre, & fort joliment ; il semble donc qu’on a droit de penser qu’il y a peu de poissons qui soient sans écailles, excepté ceux à coquilles [sic].
La manière de préparer les écailles, est de les tirer proprement avec une paire de pinces, de les bien laver, & de les placer sur un papier uni ; entre les feuilles d’un livre, pour les aplatir en les séchant, & empêcher qu’elles ne se rident ; il faut ensuite les mettre entre vos talcs dans les glissoirs, & les garder pour l’observation ; mais le serpent, la vipère, les lézards, &c. présentent une nouvelle variété d’écailles différente de celles des poissons, quoique les Physiciens n’aient pas encore daigné les examiner. (D. J.) " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751-1778)

Section

  • zoologie

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [23/09/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32144 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 15746 photos ou dessins.