domestication (n. f.)

Bookmark and Share

Anglais

  • domestication

Etymologie

lat. domesticus

Définition

Passage de l'état sauvage à l'état domestique ou son résultat

Détails

'' Les espèces en voie de domestication, espèces sauvages à l’origine élevées sous le contrôle de l’homme depuis quelques générations. Elles n’ont pas encore subi un processus complet de sélection génétique et d’adaptation à la vie captive. '' (Cirad/Gret/MAE, 2002. Mémento de l'Agronome (+ 2 cdroms). Paris, France, Cirad/Gret/Ministère des Affaires Etrangères ed., 1 vol., 1 692 p., p. 1619)

"Selon la définition que l'on adopte pour un animal domestique, la liste des espèces retenues est plus ou moins longue. Étymologiquement, l’animal domestique fait partie d’une « maison » (domus) et vit sous la domination d’un maître auquel il rend service. Cependant, cette définition n’est pas totalement satisfaisante (Encyclopædia Universalis, 1995). On peut ajouter qu’il se reproduit en captivité. Le code rural français donne une définition très large : "Un animal est considéré comme non domestique à partir du moment où il n'y a pas eu de sélection de la part de l'homme." Le paon, qui figurait autrefois à la table des princes, et la genette élevée au Moyen-âge dans les châteaux ne font plus l'objet d'un élevage courant aujourd'hui. Le qualificatif de domestique du nom latin des espèces est parfois trompeur. Il s'agit d'animaux vivant au voisinage de l'homme et pas toujours domestiqués : caille domestique, moineau domestique, etc. ou même de commensaux ou de parasites. Faut-il inclure l'escargot, l'huître et la moule parmi les animaux domestiques ? On peut parler alors d’animaux d’élevage plutôt que d’animaux domestiques. La domestification des animaux s’accompagne d’une transformation progressive des espèces sauvages dans un sens utile à l’homme.  « Un animal domestique serait alors celui qui, élevé de génération en génération sous la surveillance de l’homme, a évolué de façon à constituer une espèce, ou pour le moins une race, différente de la forme sauvage primitive dont il est issu » (R. Thévenin, 1960 in Encyclopædia Universalis, 1995).
Il est hautement probable que l'origine de la domestication se situe à l’époque néolithique (il y a environ 10 000 ans). Elle se marque par une multiplication massive de certaines plantes et de certains animaux qui deviennent la source alimentaire principale pour l’homme. L’augmentation brusque du nombre des jeunes est considérée comme un critère probable du passage de l’espèce à l’état domestiqué. La domestication des animaux (sauf celle du chien) est probablement postérieure à celle des plantes. L’homme nomade serait devenu sédentaire, puis il aurait pratiqué l’agriculture  et enfin, l’élevage. Dans presque toutes les civilisations agricoles du monde, l’animal domestique a tiré la charrue et dépiqué les céréales. En Asie, on devine des tentatives de domestication d’ovicapridés dès 10 000 avant notre ère, au début du Néolithique (Encyclopaedia universalis, 1995). Les animaux d'élevage ont été domestiqués depuis longtemps, surtout depuis la fin du néolithique jusqu'à l'antiquité, dans tous les continents, mais surtout l'Asie (tableau 1)..." (Meyer C., 1996. La domestication. Montpellier, CIRAF-EMVT, Support de cours pour le DESS Productions Animales en Régions Chaudes. 9 p.).

Section

  • zootechnie

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2018, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [20/11/2018]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 31903 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 13097 photos ou dessins.