cuir (n. m.)

Bookmark and Share

Anglais

  • leather

Etymologie

lat. corium

Définition

- 1. Peau épaisse de certains animaux à couche dermique fibreuse. Exemples : l'éléphant, le rhinocéros.
- 2. Peau débarrassée de la chair, puis tannée ou mégissée et préparée, en particulier celle des grands animaux : bœuf, cheval, chameau, buffle. Elle devient alors imperméable, imputrescible, résistante à l'usure et aux chocs, et parfois souple et élastique. Ses ennemis sont : anthragènes, dermestes, mites, nécrobies, etc.

Détails

''Le cuir est la dépouille d’un gros mammifère (taurin, cheval, chameau, buffle, zébu). La peau est la dépouille d’un petit mammifère (petit ruminant, lapin), d’un reptile (crocodile, serpent) ou d’un oiseau (autruche)… On distingue globalement les cuirs verts (dépouille brute n’ayant subi aucun traitement), les cuirs secs (dépouille séchée à l’ombre et tendue sur un cadre ou étalée sur une barre), les cuirs salés (dépouille traitée au sel additionné de 0,5% de fluorure de soude, de silicofluorure de soude, de naphtaline ou d’un dénaturant), les cuirs arséniqués (dépouilles immergées dans une solution de 0,5% d’arséniate de soude), les cuirs pickelés (dépouilles traitées avec un mélange de sel et d’acide chlorhydrique).'' (Cirad/Gret/MAE, 2002. Mémento de l'Agronome (+ 2 cdroms). Paris, France, Cirad/Gret/Ministère des Affaires Etrangères ed., 1 vol., 1 692 p., p. 1312).

Dans l'art du cuir, on distingue le cuir gravé (tracé sur un dessin décalqué avec un traçoir), incisé (fendu), repoussé (travaillé à l'envers), ciselé (modelé dans son épaisseur), martelé (avec un matoir ou poinçon portant un dessin), teint (avec une teinture), doré, raciné (marbré avec un produit chimique), mosaïqué (en collant métaux, nacre, etc., en mosaïque), pyrogravé (avec une pointe en métal chauffée), etc. (Pratique de l'art du cuir, 1929-2006, Ed. Emotion primitive, 38 Saint-Egrève, 94 p).

" Cuir, s. m. (Tanneur.) c’est la peau des animaux différemment préparée, suivant les divers usages qu’on en veut faire. Voyez Peau & Tanner.
Les cuirs ont divers noms, qu’ils prennent ou de l’état actuel où ils sont, ou de leurs différentes espèces, qualité, & apprêts.

Cuir corroyé, est un cuir qui après avoir été pelé, coudré, & tanné, a passé par les mains du corroyeur, qui lui a donné les dernières préparations, pour le disposer à être employé par ceux qui le mettent en usage. Voyez Corroyer.

Cuir vert ou crud [cru]
, est celui qui n’a reçu aucune préparation, étant encore tel qu’il a été levé par le boucher de dessus le corps de l’animal. Voyez Boucher.

Cuir salé, est un cuir vert qu’on a salé avec du sel marin & de l’alun, ou avec du salpêtre, pour empêcher qu’il ne se corrompe, soit en le gardant trop longtemps dans les caves, soit en le transportant dans les tanneries éloignées pendant les grandes chaleurs.

Cuirs secs à poils
; ce sont pour l’ordinaire des peaux de bœufs, de vaches, ou de buffles, qu’on nous apporte de l’Amérique. Voyez Buffle & Boucannier.

Cuir tanné, est un cuir vert, ou salé, ou sec, dont on fait tomber le poil dans le plain par le moyen de la chaux détrempée avec de l’eau, & qui a été mis ensuite dans la fosse au tan. Voyez Tanner.

Cuir plaqué, est un cuir fort ou gros cuir, qui après avoir été tanné a été séché à l’air, & nettoyé dans son tan. Les Tanneurs mettent ces sortes de cuirs dans des lieux ni trop humides ni trop secs, bien étendus & empilés les uns sur les autres, avec de grosses pierres ou poids par-dessus pour les bien redresser & aplatir ; & c’est cette dernière façon qui leur a fait donner le nom de cuirs plaqués.

Cuir coudré, ou cuir passé en coudrement ; c’est un cuir de vache, de cheval, ou de veau, qu’on a étendu dans une cuve où l’on a jeté de l’eau chaude & du tan par-dessus, pour le rougir ou coudrer, & pour lui donner le grain. On ne donne cet apprêt au cuir qu’après l’avoir fait passer par le plain, & avant de le mettre dans la fosse avec le tan.

Cuir fort
; ce sont de gros cuirs tels que ceux de bœufs, vaches, original, & autres qui ont été préparés dans le plain avec la chaux, & ensuite dans la fosse avec le tan. On les appelle forts, pour les distinguer des autres cuirs plus faibles, comme ceux de veaux, de moutons, d’agneaux, de chèvres, & autres semblables. Les cuirs de vaches tannés en fort, sont ceux qu’on n’a pas passés en coudrement, mais qui ont été tannés à la manière des cuirs forts. Voyez Tanner... " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751)

Sections

  • cheval
  • zootechnie

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [02/12/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32253 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 16080 photos ou dessins.