couleuvre de Montpellier (n. f.)

Bookmark and Share

Scientifique

  • Coelopeltis insignitus
  • Malpolon monspessulanus
  • Coluber monspessulanus

Anglais

  • Montpellier snake

Définition

Fam. des colubridés (Colubridae). Serpent.
Descr. : Le plus grand serpent d'Europe : L. 1,30-2,50 m. C'est le seul serpent d'Europe qui a des arcades sourcilières très marquées et une dépression sur le front. La couleur varie : le dos est brun, olive ou gris, les flancs tachetés et le ventre jaunâtre tacheté.

Détails

Habitat : Elle vit en terrains secs et caillouteux (garrigues et semi-déserts) au sud de l'Europe, en Afrique du Nord et Proche-Orient.
Mœurs : Elle mange petits mammifères, oiseaux, lézards, insectes. Elle peut se redresser comme un cobra. Elle est généralement inoffensive pour l'homme, mais la morsure est douloureuse si le venin a été injecté.

" Cette Couleuvre est peut-être celle qui, dans notre pays, atteint la plus grande taille ; j'en ai vu une que les élèves de l'ancien pensionnat de M. Liotard avaient prise vivante dans le bois de Campagne , au moment où elle avait commencé d'avaler un lapereau,et dont la longueur était d'environ 2 mètres ; son diamètre le plus fort était de la grosseur du bras d'un enfant; on l'avait rendue très-docile, et elle se laissait manier à volonté. Cependant, la Couleuvre de Montpellier, quoique très timide, cherche à se défendre dès qu'on la surprend ou si l'on veut s'en emparer ; ses sifflements sont forts et vivement répétés, sa langue s'agita hors de la bouche, et par ses gestes elle semble vouloir s'élancer sur celui qui l'approche ; mais cette colère s'évanouit bientôt, car elle se hâte de s'échapper au plus vite. D'ailleurs, la suite de ses blessures demeure toujours sans effet ; c'est-à-dire que sa morsure ressemble à une égratignure qu'on se ferait à un rosier.
L'on a souvent parlé de l'attraction de serpents pour s'emparer d'une proie vivante, tel qu'un oiseau ou un rat. Plusieurs auteurs y ont ajouté foi, d'autres ont nié ce fait...  À propos du charme que l'on prête aux serpents, Dugés, qui les a bien étudié , s'exprime ainsi : « Quand une couleuvre saisit sa proie, elle s'élance, la gueule ouverte dans toute sa largeur, et la retient entre ses mâchoires. J'ai souvent été témoin de cette opération subite après laquelle, si la capture était volumineuse, l'un et l'autre animal restaient souvent immobiles et comme étonnés pendant quelques minutes. Quant à cette stupéfaction que les serpents impriment aux oiseaux, aux reptiles plus agiles qu'eux, il m'a paru que l'immobilité qui la caractérise n'avait lieu que quand l'animal sentait l'impossibilité d'échapper, lorsqu'il avait fait infructueusement une ou plusieurs tentatives pour y parvenir ; la frayeur et l'incertitude les jetaient sans doute alors dans une sorte de paralysie d'insensibilité telle qu'ils se laissaient dévorer sans se débattre.»
La Couleuvre dont il est question dans l'article qui nous occupe paraît être propre à nos contrées méridionales, où elle est assez commune dans les garrigues ; on l'avait peut-être confondue avec la Verte et Jaune, car bien peu d'herpétologistes en ont encore parlé. " (Crespon J., 1844. Faune méridionale ou description de tous les animaux vertébrés vivants et fossiles, sauvages ou domestiques... du Midi de la France. Nîmes, Chez l'auteur éd., 2 vol., 2e vol., 360 p., p. 227-229)


" C. Les OPISTHOGLYPHES sont caractérisés par la présence, à la partie postérieure de la mâchoire supérieure, de deux ou trois dents plus longues que les précédentes et creusées d'un sillon sur leur face antérieure (opisthos, en arrière ; glyphe, sillon). A ces crochets sont presque toujours annexées des glandes venimeuses ; mais, en raison de leur position, il est nécessaire que l'animal ouvre largement la bouche pour que sa morsure soit venimeuse.
Les Célopeltis (Cœlopeltis) seuls comprennent une espèce française : la Couleuvre maillée ou Couleuvre de Montpellier (C. insignitus), qui, jusqu'à présent, n"a jamais occasionné d'accidents. Cependant, S. Jourdain et d'autres expérimentateurs ont fait périr rapidement de petits animaux (Mammifères, Oiseaux. Lézards, Grenouilles) en leur implantant les crochets de ce Serpent dans les tissus. Mais il faut, pour que la blessure soit mortelle, que la morsure dure au moins trois à quatre minutes (Peracca et Deregibus). Du reste, le Célopeltis a les habitudes des Couleuvres : il lutte corps à corps avec sa victime, qu'il étreint dans ses anneaux.  " (Railliet Alcide, "Traité de zoologie médicale et agricole", 2e éd. Asselin et Houzeau, Paris, 1895, p. 1003-4)

Sections

  • animal méditerranéen
  • zoologie

Classification française

  • squamate
  • colubridé

Classification scientifique

  • Colubridae

Voir aussi

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [13/07/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32080 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 15378 photos ou dessins.