cœur (n. m.)

Bookmark and Share

Anglais

  • heart

Définition

Muscle lisse creux, puissant servant de pompe pour assurer la circulation du sang.

Détails

Chez les mammifères supérieurs, il comporte 2 moitiés indépendantes droite et gauche et 4 cavités : oreillettes droite et gauche et ventricules droit et gauche. Chaque ventricule communique avec l'oreillette du même côté par une valvule, mitrale à gauche et tricuspide à droite.  Les grosses artères en partent et les grosses veines y aboutissent. Il est au milieu du thorax, entre les deux poumons.

" Chez tous les Vertébrés, l'appareil circulatoire forme un système clos, avec un cœur médian occupant la région antérieure de la cavité viscérale et entouré d'une double enveloppe ou péricarde.
On peut reconnaître à ce cœur trois dispositions principales, entre lesquelles il existe d'ailleurs des degrés intermédiaires : 1° Chez la plupart des Poissons, le cœur, situé sur le trajet du sang veineux, présente seulement une oreillette et un ventricule ; il n'est traversé qu'une seule fois par le sang, et la circulation est dite alors simple. 2° Chez les Batraciens et les Reptiles, il y a deux oreillettes et généralement un seul ventricule : la circulation est double (générale et pulmonaire), mais incomplète, car le sang veineux se mélange plus ou moins au sang artériel. 3° Enfin, les Oiseaux et les Mammifères ont un cœur à quatre cavités (deux oreillettes et deux ventricules), celles de droite ne recevant que du sang veineux, celles de gauche que du sang artériel : leur circulation est double et complète.
Toutefois, les dispositions variées que présente l'appareil circulatoire ne sont que les dérivés d'un type primitif unique. Dans les premières phases du développement embryonnaire, le cœur est toujours simple, et de sa région ventriculaire naît un tronc vasculaire (aorte ascendante), qui se divise bientôt en deux séries d'arcs aortiques latéraux ; puis ceux-ci se réunissent dans un vaisseau descendant (aorte dorsale) qui fournit sur son trajet de nombreuses divisions latérales. Mais il survient ultérieurement diverses modifications en rapport avec- a nature des organes respiratoires. Chez les Vertébrés à respiration aquatique, les arcs aortiques forment les vaisseaux branchiaux afférents et efférents. Lorsque les poumons se développent, ce qui entraîne une division du cœur, les artères pulmonaires tirent leur origine de la paire postérieure d'arcs aortiques ; les autres disparaissent pour la plupart, et souvent il n'en reste plus qu'un (aorte) se continuant avec l'aorte dorsale. " (Raillet Alcide, "Traité de zoologie médicale et agricole", 2e éd. Asselin et Houzeau, Paris, 1895, p. 942-3)

" CŒUR, en Anatom. est un corps musculeux situé dans la cavité de la poitrine, où toutes les veines aboutissent, & d’où toutes les artères sortent ; & qui par sa contraction & sa dilatation alternative, est le principal instrument de la circulation du sang, & le principe de la vie...  " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751)

Section

  • anatomie

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2019, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [14/10/2019]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 31960 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 14035 photos ou dessins.