cobalt (n. m.)

Bookmark and Share

Autre nom

  • Co

Anglais

  • cobalt

Etymologie

de l'allemand, du nom d'un gnome des légendes minières

Définition

- 1. Métal blanc proche du nickel et du fer. Elément chimique de symbole Co de numéro atomique Z = 27 et de masse atomique A = 58,9332. Il fond à 1 495 °C. Les sels de cobalt donnent un précipité bleu avec la potasse. L'industrie des colorants les utilise. Exemple : chlorure de cobalt.
- 2. En alimentation, c'est un oligo-élément important. Nécessaire à la vie, il intervient dans des processus enzymatiques comme coferment de phosphatases et joue probablement un rôle dans l'hématopoïèse. C'est un facteur de croissance de la flore du rumen. C'est pourquoi, il doit être apporté par voie orale. Non indispensable apparemment aux végétaux, il est nécessaire aux animaux et aux bactéries, notamment aux bactéries fixatrices d'azote pour les légumineuses (Fabaceae). (Cf aussi rhizobium)

Détails

L'absence de cobalt empêche la synthèse de la vitamine B 12 (cyanocobalamine) dans la panse des ruminants. C'est ce déficit en vitamine B12 qui est le vrai responsable des troubles observés. Sa carence provoque une anémie poussée (pine disease), un arrêt de la croissance, du pica, de l'anorexie, la cachexie avec poils piqués et la mort. Il peut aussi y avoir anoestrus (ovins) ou infécondité (bovins). Seuls les bovins et ovins semblent touchés là où le sol est pauvre en cobalt. Le dosage de la TGO (transaminase glutamique oxalacétique) aide au diagnostic.
Un excès se traduit par des troubles de formation des globules rouges, donc de l'anémie. On distingue :
- cobalt 59 (59Co), N = 32, A = 59, stable,
- cobalt 60 (60Co), N = 33, A = 60, radioactif de période 5,27 ans.

" Le cobalt n'a jamais été obtenu à l'état de métal que par pure curiosité, et jusqu'ici les arts n'en ont fait aucun usage. En revanche, les minerais qui le contiennent, qui sont pour l'ordinaire d'un blanc d'argent, d'un éclat métallique, et qui sont toujours mélangés d'arsenic, sont recherchés avec empressement, parce qu'ils ont la propriété de colorer en bleu tous les verres et tous les émaux. Ces émaux bleus réduits en poudres impalpables, colorent à leur tour la plupart des substances avec lesquelles on les mêle. C'est ainsi que le smalt, l'azur, le bleu d'émail, le bleu royal de Saxe, sont employés à colorer les verres ou les cristaux en bleu, à former les fonds bleus de la porcelaine, à donner l'œil bleu aux linons, aux batistes, à certains papiers blancs, et à préparer l'empois bleu. Enfin le bleu de Thenard, qui rivalise avec le bleu d'outremer pour la peinture à l'huile, est une préparation de cobalt.
Les principales mines de cobalt sont celles de Tunaberg en Suède; mais il en existe d'autres en Saxe, et même en France.
Le cobalt métallique est magnétique, c'est-a-dire qu'il indique le nord comme le fer aimanté. " (Brard C.P., 1826. Minéralogie populaire ou avis aux cultivateurs et aux artisans... Paris,  Libraire Louis Colas, 32 rue Daupine ed., 1 vol., 102 p., p. 64-65)

" COBALT, COBOLT ou KOBOLD, (Hist. nat. Minéralogie & Chimie.) en Latin cobaltum, cadmia fossilis pro cæruleo, cadmia metallica, &c. C’est un demi-métal, d’un gris qui tire un peu sur le jaunâtre ; il paraît composé d’un assemblage de petites lames ou de feuillets ; à l’extérieur il a assez de ressemblance avec le bismuth : mais ce qui caractérise particulièrement ce demi-métal, c’est la propriété qu’il a de donner une couleur bleue à la fritte du verre, lorsqu’on le met en fusion avec elle.
On a longtemps regardé le cobalt comme une substance terreuse ; c’est sa grande friabilité qui semble avoir accrédité cette erreur ; mais M. Brandt, savant chimiste Suédois, a prouvé dans un mémoire inséré dans les actes de l’académie d’Upsal, qu’on devait le placer au rang des demi-métaux : voici les raisons sur lesquelles il appuie son sentiment : 1° le cobalt présente à l’extérieur le même coup d’œil qu’un métal : 2° il a une pesanteur métallique : 3° il entre en fusion dans le feu, & prend en refroidissant une surface convexe, ce qui est un des caractères distinctifs des substances métalliques : 4° le cobalt se dissout dans l’eau-forte, & donne une couleur d’un vert jaunâtre au dissolvant ; les sels alkalis fixes précipitent cette dissolution d’une couleur noire, & l’alkali volatil la précipite d’un rouge très-vif ; si on édulcore la matière précipitée & qu’on y joigne de la matière inflammable, en faisant fondre ce mélange on obtient du cobalt en régule, comme cela se pratique sur les précipités des autres substances métalliques dont on fait la réduction.
Le cobalt ne s’amalgame point avec le mercure, & jamais par la fusion on ne peut l’unir avec le bismuth, quoique les mines de ce dernier demi-métal contiennent presque toujours du cobalt. Il s’unit très intimement au cuivre qu’il rend aigre & cassant... " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751)

Sections

  • agropastoralisme
  • alimentation
  • minéral
  • pathologie

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [10/04/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32045 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 14959 photos ou dessins.