ciliés (n. m.)

Bookmark and Share

Scientifique

  • Ciliophora

Autre nom

  • ciliophores

Anglais

  • ciliates

Etymologie

lat. infusus, répandu dans un liquide

Définition

Taxon d'eucaryotes alvéolates (Alveolata). Protozoaires : unicellulaires pourvus de nombreux cils vibratiles. Ceux-ci sont disposés en files appelées cinéties. Beaucoup ont une bouche ou cytostome. Ils ont 2 noyaux : un micronucléus reproducteur et un macronucléus végétatif. Certains ont des endosymbiontes avec des chloroplastes. La division se fait au milieu de l'axe antéro-postérieure de la cellule. Certains forment des kystes de résistance. Une reproduction sexuée existe : la conjugaison. Les ciliés sont libres dans l'eau, fixés, symbiotiques ou parasites extra-cellulaires non pathogènes. Ils étaient divisés en holotriches (paramécie, Balantidium coli, Colpidium...), hypotriches (stylonichies), hétérotriches (stentors) et péritriches (vorticelle). Dans la classification phylogénique, ils font partie du groupe des alvéolobiontes.

Détails

On distingue :
- Colpodea, dont colpodidés, copodes, cf colpodes,
- Heterotrichea, hétérotriches,
- Karyorelictea,
- Litostomatea, dont entodiniomorphes,
- Nassophorea,
- Oligohymenophorea, oligohyménophores,
- Phyllopharyngea, phyllopharyngés, cf phyllopharyngés,
- Prostomatea, les prostomes, cf prostomes,
- Spirotrichea, les spirotriches, cf spirotriches.
Exemples :
- Paramecium tretraurelia,
- Stentor caeruleus,
- Stylonichia mytilus,
- Vorticella campanula.

" Ciliés. lnfusoires pourvus, à tous les âges, de cils vibratiles couvrant tout ou partie du corps.
Les Ciliés sont les Infusoires par excellence. Leur corps offre toujours un ectoplasme et un endoplasme bien distincts. L'ectoplasme est susceptible de présenter diverses modifications de structure. Dans certains cas, il se condense en fibres longitudinales contractiles, qu'on a nommées fibres musculaires (Stentors, Vorticelles). D'autres fois, il présente dans son épaisseur des bâtonnets urticants ou trichocystes. Il est ordinairement limité par une cuticule, dont l'épaisseur est des plus variables.
Les cils dont le corps est revêtu sont diversement répartis, et c'est précisément sur cette répartition qu'est basée la classification de Stein. Ils peuvent d'ailleurs se différencier pour former des appendices particuliers : cirres, soies, lanières vibratiles et membranes ondulantes.
... la plupart des Ciliés sont, au contraire, pourvus d'un orifice buccal, qui conduit dans l'endoplasme par une sorte de tube œsophagien ; ils possèdent aussi un anus, apparaissant sous la forme d'une fente étroite au moment de l'expulsion des résidus alimentaires. La digestion est souvent facilitée par un mouvement circulaire de la masse endoplasmique (cyclose) : les vacuoles alimentaires font ainsi plusieurs fois le tour du corps, et sont enfin expulsées lorsqu'elles passent au niveau de l'anus. Lors même que ces bols n'obéissent pas à la cyclose (Oxytrichidés), on les voit se rapprocher de L'anus à mesure que leur contenu diminue en passant à l'état résiduel, et se trouver finalement expulsés. Dans quelques cas, on a même constaté une tendance du réseau endoplasmique à s'ouvrir devant les aliments dans une direction déterminée, et à constituer ainsi un tube digestif sans parois propres, de la bouche à l'anus.
Toujours on trouve une ou plusieurs vacuoles contractiles.
Quant au noyau, macronucléus ou endoplaste, il est très variable dans sa forme : rond, ovale, oblong, allongé en boudin, contourné en fer à cheval, etc., quelquefois même divisé en articles ou en grains. Le plus fréquemment, il est accompagné d'un ou de plusieurs corpuscules qu'on nomme nucléoles, micronucléus, endoplastules, etc. Le nucléole est toujours situé à côté du noyau, auquel il est souvent même accolé ; il a. en réalité, la signification d'un petit noyau.
Les Infusoires ciliés se multiplient d'ordinaire par scissiparité : en pareil cas, c'est la division transversale qui prédomine ; la scission longitudinale est beaucoup plus rare. Parfois, il se produit une division répétée après enkystement (Colpodes). On peut observer aussi des exemples de gemmiparité. Mais, chez un grand nombre de formes, la série des générations qui se succèdent d'après ces procédés se montre limitée, et il semble nécessaire qu'un rajeunissement intervienne par la conjugaison de deux
individus...
Les Infusoires ciliés abondent surtout dans les eaux douces, mais on en rencontre aussi dans l'eau de mer. Il est même un certain nombre de formes qui vivent dans les réservoirs digestifs des animaux...  " (Railliet Alcide, "Traité de zoologie médicale et agricole", 2e éd. Asselin et Houzeau, Paris, 1895, p. 171-3)

Section

  • zoologie

Classification française

  • eucaryotes
  • alvéolates

Classification scientifique

  • Eukaryota Alveolata

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [01/10/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32168 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 15765 photos ou dessins.