cigüe (n. f.)

Bookmark and Share

Scientifique

  • Conium maculatum L.

Autres noms

  • cigüe tachetée (n. f.)
  • ciguë tachetée (anc. ortho.) (n. f.)
  • cigüe d'Athènes (n. f.)
  • cigüe de Socrate (n. f.)
  • cigüe officinale (n. f.)
  • grande cigüe (n. f.)
  • mort aux oies
  • vicaire

Anglais

  • hemlock
  • kex
  • St Bennet's herb

Etymologie

lat. cicuta, cigüe

Définition

Fam. des apiacées (Apiaceae). Plante dicotylédone très toxique.

Détails

Herbe dont la hauteur atteint 2,5-3 m. La tige, creuse, est légèrement cannelée, tachetée de rouge-pourpre. Feuilles alternes, très découpées, au limbe grossièrement triangulaire. Les fleurs, petites et blanches, sont en ombelle.
Plante toxique, potentiellement mortelle (tige et feuilles plus que la racine). Elle contient un alcaloïde ganglioplégique, la conine ou coniine, d'où paralysie respiratoire et de la conicéine. Chez les Grecs elle servait de poison judiciaire (exemple : le philosophe Socrate, accusé d'introduire des idées nouvelles et de corrompre la jeunesse, en mourut). Chez le mouton : contractures musculaires, mâchonnement, écume, grincement de dents, spasmes musculaires, météorisation, coma et mort.
Plante médicinale présente en France : antispasmodique, etc.

" CIGUE, s. f. cicuta, (Hist. nat. Bot.) Genre de plante à fleurs en rose, disposées en ombelle, composées de plusieurs pétales en forme de cœur, inégales, & soutenues par un calice qui devient un fruit presque rond, dans lequel il y a deux petites semences renflées & cannelées d’un côté, & plates de l’autre. Tournefort, Inst. rei herb.
La cicuta major C. B. [grande cigüe] est une de celles qu’on range parmi les venimeuses, & la plus renommée de son genre. La mort de Socrate a seule suffi pour en immortaliser les effets...
Description de notre ciguë. Sa racine est longue d’un pied, grosse comme le doigt, partagée en plusieurs branches solides. Avant que de pousser sa tige, cette racine est couverte d’une écorce mince, jaunâtre, blanche intérieurement, fongueuse, d’une odeur forte, d’une saveur douçâtre ; de plus, cette racine est creuse en-dedans quand elle pousse sa tige. Cette tige est fistuleuse, cannelée, haute de trois coudées, lisse, d’un vert gai, parsemée cependant de quelques taches rougeâtres comme la peau des serpents. Ses feuilles sont ailées, partagées en plusieurs lobes, lisses, d’un vert noirâtre, d’une odeur puante, approchant de celle du persil. Ses fleurs sont en parasol au sommet des tiges, en roses composées de cinq pétales blancs en forme de cœur, inégaux, placés en rond, & portés sur un calice qui se change, comme on l’a dit, en un fruit presque sphérique, composé de deux petites graines convexes & cannelées d’un côté, aplaties de l’autre, d’un vert pâle. Elle croît dans les lieux ombrageux, dans les champs, au bord des haies, dans les décombres, & fleurit en été. Elle vient dans les environs de Paris à l’ombre.
Toute cette plante a une saveur d’herbe salée, & une odeur narcotique & fétide ; son suc rougit très peu le papier bleu ...   " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751)

Sections

  • botanique
  • mouton
  • pathologie
  • plante médicinale
  • plante méditerranéenne
  • plante toxique

Classification française

  • plante
  • apiacée

Classification scientifique

  • Apiaceae

Voir aussi

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [10/04/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32045 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 14952 photos ou dessins.