chiens courants (n. m.)

Bookmark and Share

Anglais

  • harrier
  • hound

Etymologie

de courir

Définition

Type de chiens de chasse à l'odorat très développé, utilisé pour suivre la piste des proies dans la chasse à courre ou à tir. Le chien de chasse clatit ou donne de la voix.

Détails

* Exemples :
- Alpenländische Dachsbrack (Basset des Alpes),
- Anglo-français,
- Anglo-français de petite vénerie, petit anglo-français,
- Ariégeois, Chien Courant de l'Ariège,
- Barak (Chien Courant de Bosnie à poil dur),
- Basset Artésien normand,
- Basset Bleu de Gascogne,
- Basset de Westphalie,
- Basset des Alpes, Alpenländische Dachsbrack, Braque Basset des Alpes, Braque Basset des Monts Métallifères,
- Basset Fauve de Bretagne,
- Basset Hound, Basset-Hound,
- Basset suédois,
- Beagle, Bigle,
- Beagle-Harrier, Harrier français,
- Billy,
- Brachet allemand,
- Brachet de Styrie à poil dur, Chien Courant de Styrie,
- Brachet noir et feu, Brachet autrichien noir et feu, Brachet feu autrichien, Chien Courant autrichien,
- Brachet polonais,
- Brachet tyrolien, Brachet autrichien, Chien Courant du Tyrol,
- Braque Basset des Alpes, Braque Basset des Monts Métallifères, Basset des Alpes,
- Briquet de Provence,
- Briquet Griffon vendéen,
- Bruno du Jura (un chien courant suisse),
- Bruno Saint Hubert français,
- Bosanski ostrodlaki gonic, Barak (Chien Courant de Bosnie à poil dur),
- Chien à Loutre,
- Chien Courant autrichien (Brachet noir et feu),
- Chien Courant bernois (un chien courant suisse),
- Chien Courant de Bosnie à poil dur, Bosanski ostrodlaki gonic, Barak,
- Chien Courant de Halden, Haldenstover (Norvège)
- Chien Courant de Hamilton, Hamiltonstövare (Suède, extrémités blanches),
- Chien Courant de Hygen, Hygenhund (Norvège),
- Chien Courant d'Istrie à poil dur, Istarski oštrodlaki gonič (Croatie),
- Chien Courant d'Istrie à poil ras]], Istarki kratkodlaki gonic (Croatie),
- Chien Courant de la vallée de la Save, Posavski gonic (Croatie)
- Chien Courant de montagne du Montenegro, Chien Courant de montagne yougoslave, Crnogorski planinski gonic (Montenegrin mountain hound) (Balkans),
- Chien Courant de Schiller, Schillerstövare (Suède),
- Chien Courant de Transylvanie, Erdélyi kopó,
- Chien Courant  du Smaland, Småland stövare,
- Chien Courant de Schwyz, Chien Courant schwytzois,
- Chien Courant du Tyrol, Brachet tyrolien,
- Chien Courant espagnol, Sabueso español,
- Chien Courant estonien (Estonian hound),
- Chien Courant finlandais,
- Chien Courant grec, Hellinikos ichnilatis (Hellenic hound),
- Chien Courant italien à poil dur, Segugio italiano a pelo forte,
- Chien Courant italien à poil ras, Segugio italiano a pelo raso,
- Chien Courant lucernois (un chien courant suisse),
- Chien Courant norvégien, Dunker (norwegian hound),
- Chien Courant polonais, Gonczy polski (Polish hunting dog, Polish scenthound),
- Chien Courant schwytzois, Chien Courant de Schwyz (un chien courant suisse),
- Chien Courant serbe, Chien Courant des balkans, Srpski gonic, Balkanski gonic (Serbian Hound, Balkan Hound),
- Chien Courant slovaque,
- Chien Courant suisse,
- Chien Courant Tricolore serbe, Srpski trobojni gonic (Serbian Tricolour Hound, Yugoslavian Tricolour Hound),
- Chien d'Artois (France), Grand Chien d’Artois (Artois Hound),
- Chien de rouge de Bavière (pour suivre une piste sanguine d'un gibier blessé, Allemagne),
- Chien de rouge du Hanovre (pour suivre une piste sanguine d'un gibier blessé, Allemagne),
- Chien de Saint-Hubert, Bloodhound (Bloodhound),
- Chien noir et feu pour la chasse au raton laveur, Black and tan Coonhound, American Black and tan Coonhound,
- Dalmatien, Chien de Dalmatie,
- Erdélyi kopó (Chien Courant de Transylvanie),
- Foxhound américain, American Foxhound,
- Foxhound anglais, English Foxhound,
- Français blanc et noir, Chien Français blanc et noir,
- Français blanc et orange, Chien Français blanc et orange,
- Français tricolore, Chien Français tricolore (French Tricolour Hound),
- Gascon saintongeois (Grand Gascon saintongeois et Petit Gascon saintongeois),
- Grand Anglo-français blanc et noir,
- Grand Anglo-français blanc et orange,
- Grand Anglo-français tricolore,
- Grand Basset griffon vendéen, Basset Griffon vendéen de grande taille,
- Grand Bleu de Gascogne,
- Grand Griffon vendéen,
- Griffon Bleu de Gascogne,
- Griffon Fauve de Bretagne,
- Griffon nivernais,
- Harrier,
- Harrier français (Beagle-Harrier)
- Haldenstover (Chien Courant de Halden),
- Hamiltonstövare (Chien Courant de Hamilton),
- Hellinikos ichnilatis (Chien Courant grec)
- Istarki kratkodlaki gonic (Chien Courant d'Istrie à poil ras),
- Istarski oštrodlaki gonič (Chien Courant d'Istrie à poil dur),
- Lévesque (Français blanc et noir),
- Petit Anglo-français (Anglo-français de petite vénerie),
- Petit Basset Griffon vendéen,
- Petit Bleu de Gascogne,
- Petit Chien Courant bernois,
- Petit Chien Courant du Jura,
- Petit Chien Courant lucernois,
- Petit Chien Courant suisse,
- Poitevin,
- Posavski Gonic (Chien Courant de la vallée de la Save),
- Porcelaine,
- Rhodesian Ridgeback,
- Sabueso español (Chien Courant espagnol),
- Schillerstövare (Chien Courant de Schiller),
- Segugio italiano a pelo forte (Chien Courant italien à poil dur),
- Segugio italiano a pelo raso (Chien Courant italien à poil ras),
- Småland Stövare (Chien Courant du Smaland).

" Vènerie... Chiens courans. Les auteurs anciens ne disent rien sur l’origine des chiens courants. Phæbus, dans son chapitre xjx. rapporte qu’il y en avait de son temps de très-bons en Espagne ; mais qu’ils ne chassaient bien que quand ils avaient un animal près d’eux : il parle d’une autre espèce qui chassait lentement & pesamment, mais tout le jour ; & d’une troisième qu’il nomme beaux, à qui le vent, ni la pluie, ni la chaleur ne faisaient quitter la voie de ce qu’ils avaient attaqué. Il cite encore une autre qualité de chiens qu’il nomme cerfs beaux, muz cerfs, parce qu’ils étaient beaux, bons & sages pour le cerf qu’ils chassaient toujours quoiqu’il fût mêlé avec le change ; ils ne disaient mot jusqu’à ce que l’animal fût séparé du change & pris. Le même auteur fait mention d’une autre espèce de chiens sages qu’il appelle chiens beaux restis, lesquels ne voulaient chasser que le cerf. Le nom de restis leur était donné parce que quand un cerf était accompagné, ils demeuraient tout court, & n’allaient pas plus loin, s’ils n’étaient avec le veneur. Les mêmes chiens ne chassaient pas si-bien dans le temps du rut, & ne gardaient pas si-bien le change, les animaux étant tous échauffés ; de même ils chassaient les biches dans la saison où elles mettent bas, comme si c’eût été des cerfs échauffés ; ils ne chassaient pas si-bien depuis le commencement de Mai jusqu’à la S. Jean, à cause de l’odeur des herbes. Enfin il dit qu’il préfère les chiens courants aux lévriers, allants & autres, parce que les premiers chassent tout le jour, &c. ibid.
Fouilloux s’étend davantage sur l’origine des chiens courants. Il tire de bien plus loin leur généalogie. Il dit qu’un certain Brutus descendant d’un roi des Latins, étant à la chasse, tua son père croyant tuer un cerf. Son peuple voulut se soulever contre lui, ce qui l’obligea à s’enfuir dans la Grèce d’où il vint en Bretagne avec son fils Turnus & un bon nombre de chiens courants. Ce sont les premiers qui aient paru en France. Le premier chien blanc fut donné par un pauvre gentilhomme à Louis XII. qui en fit peu de cas, les chiens dont sa meute était composée, étant gris ; il le donna au sénéchal Gaston qui en fit présent à son tour au grand sénéchal de Normandie, lequel le donna en garde à un veneur nommé Jacques Bresé ; celui-ci lui fit couvrir des lices & en tira race. L’année d’après Anne de Bourbon, qui aimait fort la vénerie, envoya une lice appelée bande, pour être couverte par ce chien nommé souillard ; l’on en tira deux ou trois portées dont il sortit quinze ou seize chiens. cleraud, joubard, miraud, marteau, briffaud, hoise, &c. depuis la race s’en est toujours augmentée ; & elle fut renforcée par François I. qui fit couvrir les lices qui en étaient sorties, par un chien fauve nommé miraud, que l’amiral d’Annebaud lui avait donné, &c. Les chiens fauves descendent de la meute d’un seigneur breton appelé Huet de Nantes… Suivant Charles IX. les chiens gris dont se servaient anciennement les rois de France & les ducs d’Alençon, étaient connus sous le règne de S. Louis. Il y a trois sortes de chiens courants, selon le rapport de Charles IX. dans son livre de la chasse royale, ch. vij. Les premiers qui aient été en notre Europe ont été la race des chiens noirs, & celle des blancs ; mais cette dernière fut depuis confondue avec celle des chiens greffiers blancs. Toutes les deux sont venues de S. Hubert. Dans la suite S. Louis qui aimait fort la chasse, étant allé à la conquête de la Terre-sainte, envoya acheter en Tartarie une meute de chiens qu’on disait excellents pour la chasse du cerf ; il les amena à son retour en France ; c’est la race des chiens gris, la vieille & ancienne race de cette couronne... Les chiens gris sont grands, hauts sur jambes & d’oreilles. Ceux de la vraie race sont de couleur de poil de lièvre, ils ont l’échine large & forte, le jarret droit, le pied bien formé ; mais ils n’ont pas le nez si bon que les chiens noirs, ce qui fait que leur façon de chasser est toute différente ; car les autres chassent dans la voie juste ; ceux-ci au-contraire étant extrêmement vite chassent à grandes randonnées, loin des voies & à la vue les uns des autres. Le plus souvent au partir de la couple, ils s’en vont comme s’ils chassaient sans avoir rien devant eux, & leur furie seule les transporte. Comme ils n’ont pas le nez excellent, ils ne chassent que quand l’animal est près d’eux, & rarement ils sont sages dans le change ; s’ils y tournent on ne peut pas les rompre, il faut se rompre le cou & les jambes pour les tenir. Si un cerf s’enfuit droit devant lui sans retour ni change, ils le prendront bien vite ; mais s’il ruse, on peut les coupler & les ramener au chenil.
Voici ce que dit Salnove, ch. ij. des chiens gris. Ils formaient les premières meutes de nos rois depuis S. Louis. Ils étaient fort considérés des nobles, pourvu qu’ils fussent vrais chiens courants & non corneaux, c’est-à-dire chiens engendrés d’un mâtin & d’une chienne courante, ou d’une mâtine & d’un chien courant. Ceux-ci sont plus vîtes que les autres, ils coupent, ne retournent point, ne requêtent, ne crient que rarement, & sont très-nuisibles dans une meute. Les chiens gris peuvent chasser plus souvent que les autres, ils s’entretiennent en bon corps, sont peu pillards, moins sujets aux maladies que les autres chiens, ils chassent tout ce qu’on veut sans se rebuter dans l’hiver comme dans l’été, n’appréhendant ni le chaud ni le froid, & criant bien. La dernière meute des chiens gris dont Salnove parle, appartenait à M. le comte de Soissons, sous Louis XIII. Depuis ce temps il n’est plus fait mention de cette espèce de chiens. Il nous est venu dans l’équipage de Louis XV. des chiens de Normandie à poil gris ; ce sont des limiers qui ont le nez excellent ; ils sont vigoureux, mais pillards comme des mâtins, & s’étranglant souvent les uns les autres ; peut-être est ce un reste de cette ancienne race de chiens gris que S. Louis fit venir de Tartarie ; mais ceux-ci ont des qualités & des défauts que les autres n’avoient pas : il n’est pas possible de trouver de meilleurs limiers... " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1re éd., 1751)

Sections

  • chasse
  • chien
  • race
  • zootechnie

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [19/09/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32141 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 15733 photos ou dessins.