châtaigne (n. f.)

Bookmark and Share

Scientifique

  • castanea nux (lat.)

Anglais

  • chestnut
  • blow

Définition

Fruit comestible du châtaignier.

Détails

C'est un akène qui a 2 enveloppes entourant la gaine. Le péricarpe est épais et lisse. Il porte une cicatrice ou hile, lieu d'attache à la bogue. L'endocarpe, ou tan est duveteuse. 
Ce fruit est souvent cloisonné. Le marron est souvent une châtaigne qui n'est pas cloisonnée. Cf marron.
châtaignes de mer : cf échninidés, oursins.

CHATAIGNES, s. f. (Diete, Mat. med.) Les chataignes font la richesse de plusieurs peuples parmi nous ; elles les aident à vivre. On les fait cuire tout entières dans de l’eau, ou bien on les rôtit dans une poêle de fer ou de terre percée, à la flamme du feu, ou on les met sous les charbons ou dans la cendre chaude ; mais avant que de les faire rôtir sous les charbons ou dans les cendres chaudes, on les coupe légèrement avec un couteau. Quelques-uns préfèrent cette dernière manière de les rôtir ; car dans la poêle elles ne se rôtissent qu’à demi, ou elles contractent une odeur de fumée, et une saveur empyreumatique. On sert dans les meilleures tables, au dessert, les marrons rôtis sous la cendre ; on les pèle ensuite, et on les enduit de suc d’orange, ou de limon avec un peu de sucre. Les marrons de Lyon sont fort estimés en France à cause de leur grosseur et de leur bon goût : ce ne sont pas seulement ceux qui naissent aux environs de Lyon, mais encore ceux qui viennent du Dauphiné, où il en croît une grande abondance. Les marchands les portent dans cette ville, d’où on les transporte dans les autres provinces.
Les chataignes tiennent lieu de pain à plusieurs peuples, surtout à ceux du Périgord, du Limousin, et des montagnes des Cévennes...
" Chataignes. Le fruit de cet arbre est d’une très grande utilité ; le climat contribue beaucoup à lui donner de la qualité, et surtout de la grosseur. Les chataignes de Portugal sont plus grosses que les nôtres, et celles d’Angleterre sont les plus petites. On prétend que pour qu’elles se conservent longtemps, il faut les abattre de l’arbre avant qu’elles tombent d’elles-mêmes. La récolte n’en est pas égale chaque année ; ces arbres ne produisent abondamment du fruit que de deux années l’une : on le conserve en le mettant par lits dans du sable bien sec, dans des cendres, dans de la fougère, ou en le laissant dans son brou. Les montagnards vivent tout l’hiver de ce fruit, qu’ils font sécher sur des claies et qu’ils font moudre après l’avoir pelé pour en faire du pain, qui est nourrissant, mais fort lourd et indigeste. " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751)

Sections

  • alimentation
  • botanique

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2019, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [14/10/2019]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 31960 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 14035 photos ou dessins.