chat (n. m.)

Bookmark and Share

Scientifique

  • Felis catus
  • felis (lat.)

Autre nom

  • chat domestique

Anglais

  • cat
  • domestic cat

Etymologie

lat. cattus, gattus

Définition

Mammifère carnivore fissipède de la Fam. des félidés (Felidae).

Détails

Description : La tête au museau court, est moins allongée que celle du chien. Elle est petite et ronde. La denture est puissante. Il n'a que 28 dents. La pupille est fendue verticalement. Le chat a de longues moustaches. Il a 4 paires de mamelles, 5 doigts aux pieds antérieurs et 4 aux postérieurs. Digitigrade, les griffes sont rétractiles. La queue est longue.
Domestication : Le chat était domestiqué en Nubie vers - 1500. Il était vénéré par les Egyptiens anciens (depuis - 4000 au moins) qui ont laissé des cimetières de chats momifiés. Il aurait été domestiqué dans le Croissant fertile dès - 7500 (Chypre) ou même - 9500.
Le chat sauvage d'Europe vit en forêt ou en savane boisée. Le chat haret est un chat domestique retourné à l'état sauvage. Il est plus petit et a la queue plus longue relativement que le chat sauvage.
Habitat : Mondial.
Mœurs : Carnivore, surtout nocturne (début et fin de nuit), il chasse rats, souris (souricier) et oiseaux. Il court, grimpe et saute bien. Il ronronne et il miaule.
Utilisations : C'est surtout un animal de compagnie, très prisé au départ pour chasser les petits rongeurs.
Races : Les races de chat sont nombreuses.

" Chats domestiques (Felis domeslica L.). — Les différentes races connues jusqu'à présent sont peu nombreuses relativement à celles que nous ont présentées les autres Mammifères domestiques. Les plus répandues dans notre pays sont : 1° le Chat tigré, qui a, comme le Chat sauvage, les lèvres et la plante des pieds noires ; 2° le Chat d'Espagne, à pelage bigarré de blanc, de roux et de noir (les sujets à trois couleurs sont toujours des femelles), à lèvres et à plante des pieds couleur de chair ; 3° le Chat d'Angora, à poils longs et soyeux, souvent d'un beau blanc, à lèvres et pieds comme le précédent. — Citons en outre : le Chat des Chartreux, à poil fin un peu long, d'un gris ardoisé uniforme, à lèvres et plante des pieds noires ; le Chat du Khorassan (Perse), à poil long, doux et fin comme celui du Chat Angora, et d'un gris ardoisé comme celui du précédent; le Chat royal de Siam ; le Chat malais, du Pégou, du Siam et de la Birmanie, à queue courte, souvent contournée en une sorte de nœud et non déroulable ; le Chat de Man, répandu dans l'île de ce nom, remarquable par sa queue très courte ou nulle, ainsi que par la longueur de ses pattes postérieures ; le Chat sans queue de Crimée ; le Chat roux de Tobolsk (Sibérie), etc.
Pendant longtemps, on a regardé le Chat domestique comme issu du Chat sauvage de nos forêts : c'était, en particulier, l'opinion de Cuvier. Mais, à la suite des travaux de Temminck, on est revenu sur cette manière de voir, et on regarde aujourd'hui le Chat ganté comme la souche principale des Chats que nous élevons dans nos demeures.
Le Chat domestique des Danakil (près d'Obock), observé par Maindron, offre en tout cas de grandes analogies avec le Chat ganté sauvage de la même région (Oustalet). Mais il est fort possible que les Chats élevés dans les diverses régions du monde proviennent d'espèces primitivement distinctes. Ainsi, Pallas admettait, sans preuve certaine il est vrai, que l'Angora dérive du Chat manoul. En outre, les caractères des races entretenues dans une région donnée peuvent avoir été affectés, à quelque degré, par des croisements avec des espèces ou races sauvages locales. Dans l'Inde, dit-on, les Chats domestiques s'accouplent fréquemment avec le F. torquata, et beaucoup d'individus ne peuvent être distingués de cette dernière espèce. De même, la livrée de notre Chat tigré semble indiquer l'intervention du Chat sauvage ; etc.
Domestication. — Quelles que soient, au surplus, les formes primitives des races dont il s'agit, il est certain qu'aucune d'elles n'a été réduite de bonne heure en domesticité. Et d'abord, le Chat domestique n'était pas connu des anciens Aryens. En outre, il n'est pas prouvé que cet animal, comme le voulait Dureau de la Malle, ait été domestiqué en Chine dès une haute antiquité. Mais on a retrouvé de nombreuses momies de Chats enfouis dans les catacombes de l'Egypte. Encore n'avons-nous pas la certitude que ces momies proviennent d'animaux domestiques. La plupart ont les caractères ostéologiques du Chat ganté ; or, on sait que cette espèce vit encore en liberté en Nubie, dans la vallée du Nil ; d'ailleurs, quelques-unes d'entre elles se rapportent au Lynx botté, et de Blainville croit avoir reconnu, dans une tète momifiée, un Lynx des marais.
Pourtant, en présence de ces observations, I. Geoffroy Saint-Hilaire est convaincu que le Chat était domestiqué en Egypte dès la plus haute antiquité. Et St. George Mivart déclare qu'il l'était certainement 1300 ans av. J.-C.
Les Grecs et les Romains ne paraissent avoir connu le Chat domestique que par des observations faites en Egypte. Cependant, au dire de Vogt, cet animal « a été répandu vers le Nord par les Romains et par les peuples qui leur ont succédé, tandis que les Arabes et les Sémites en général l'ont transporté vers l'Occident ». D'après Lubbock, il ne s'est montré commun en Europe que vers le IXe siècle de notre ère. « Aujourd'hui, cet utile chasseur de petits rongeurs a été introduit par l'Homme dans le monde entier; mais, dans le Xe siècle de notre ère, il était encore si rare, qu'il était considéré, en Angleterre, comme un animal de haut prix, pour lequel les lois fixaient des vices rédhibitoires semblables à ceux qu'on établit aujourd'hui pour les chevaux.
Caractères physiologiques. — Les Chats, dit Grognier, « peuvent s'accoupler dès la première année de leur vie, mais ce n'est qu'à la deuxième qu'ils sont féconds. La femelle entre en chaleur deux ou trois fois par an, pour l'ordinaire à la fin de l'automne et au commencement du printemps. Elle a plus d'ardeurs que le mâle ; elle l'appelle, le poursuit, avec des miaulements plaintifs, qui annoncent des besoins pressants et un état douloureux. Cependant la copulation lui cause des souffrances, tant parce que le mâle se cramponne sur elle avec ses griffes et ses dents, que parce que sa verge est hérissée de papilles cornées. Elle crie avec fureur, elle se défend, et l'accouplement ressemble à un combat.
« La gestation est de 50 à 56 jours. Les portées ordinaires sont de cinq à six petits, naissant les yeux fermés, et ne les ouvrant que vers le neuvième jour. La mère cache ses petits, de peur qu'on ne les lui enlève ; elle craint que les mâles ne les dévorent, ce qui arrive quelquefois. Elle les aime beaucoup, les caresse, les lèche, joue avec eux, et ne les abandonne pas après les avoir sevrés; ce qui a lieu au bout de trois semaines ou un mois. Elle leur apporte des Souris, des Oiseaux, leur apprend à se jouer de ces petits animaux, avant de les tuer ; plus tard elle les mène à la chasse. On sait combien les petits Chats sont gais, gentils et mignons. La vie moyenne est, dans cette espèce, de huit à dix ans. »
Services. — Les Chats sont d'utiles auxiliaires, qui débarrassent nos habitations des Souris et des Rats qui les infestent ; dans le voisinage des fermes, ils contribuent également à purger les champs des Mulots et des Campagnols. Lenz estime que, dans une année où il y a beaucoup de ces petits Rongeurs, tout Chat demi-adulte mange, en moyenne, 20 Souris par jour, soit 7 300 par an, ou l'équivalent en Rats ; pour les années ordinaires, il réduit ce chiffre de moitié. Les meilleurs chasseurs sont le Chat tigré et le Chat d'Espagne.
Il faut remarquer, toutefois, que les Chats détruisent aussi beaucoup de petits Oiseaux. Il en est même qui, dans les fermes, s'attaquent à la volaille, et surtout aux Pigeons : en pareil cas, on ne doit pas hésiter à les sacrifier.
La peau du Chat est employée comme fourrure. On sait, enfin, que certains commerçants peu scrupuleux substituent parfois sa chair à celle du Lapin. En Chine, on engraisse les Chats pour les manger." (Raillet Alcide, "Traité de zoologie médicale et agricole", 2e éd. Asselin et Houzeau, Paris, 1895, p. 1210-2)

Sections

  • chat
  • zoologie
  • zootechnie

Classification française

  • mammifère
  • carnivore
  • félidé

Classification scientifique

  • Felidae

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2019, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [20/09/2019]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 31951 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 13964 photos ou dessins.