cestodes (n. m.)

Bookmark and Share

Scientifique

  • Cestoda

Anglais

  • cestode
  • tapeworm

Etymologie

gr. kestos, ceinture, ruban et eidos, forme

Définition

Ordre de vers parasites de la classe des plathelminthes (vers plats, en ruban). Eumétazoaires bilatériens acœlomates platyhelminthes. Ces parasites du tube digestif de vertébrés ont un corps plat, allongé (en forme de ruban) et segmenté (nombreux proglottis) et n'ont ni cavité générale, ni tube digestif. Ils ont un scolex pourvu de ventouses et souvent de crochets à leur extrémité antérieure pour se fixer. Ils sont parasites à tous les stades. La larve, de type vésiculaire, évolue chez un hôte intermédiaire, vertébré (mammifère ou poisson) ou invertébré (mollusque ou arthropode).

Détails

Exemples : les taenias, les bothriocéphales, la ligule. On distingue :
- Cestodaria
Amphilinidea
Gyrocotylidea
- Eucestoda
Caryophyllidea
Cyclophyllidea,
cyclophyllides, tétracestodes (4 ventouses),
Diphyllidea
Haplobothriidea
Lecanicephalidea
Litobothriidea
Nippotaeniidea
Proteocephalidea
Pseudophyllidea,
pseudophyllides, dicestodes (2 bothries),
Spathebothriidea
Tetrabothriidea
Tetraphyllidea,
tétraphyllides,
Trypanorhyncha.

" Cestodes. Plathelminthes nus, de forme rubanée, toujours segmentés, au moins intérieurement, dépourvus de tube digestif et munis d'organes de fixation (ventouses, crochets) à une extrémité. Endoparasites.
L'ordre des Cestodes ou Cestoïdes (cestos, ruban ; eidos, forme) constitue un des groupes de Vers les plus intéressants et les plus utiles à connaître. Le corps est allongé sous forme de bandelette et divisé en articles, bien que ceux-ci ne soient quelquefois pas distincts à l'extérieur. A l'une des extrémités — qui correspond, comme nous le verrons, à la partie postérieure de l'embryon et qu'on décrit néanmoins comme la tête — existe un appareil de fixation, dont les principaux éléments consistent en ventouses et en crochets.
La masse entière du corps a pour base un réseau conjonctif à mailles serrées, formé de cellules pluripolaires dont les prolongements s'anastomosent entre eux. Tous les organes paraissent naître aux dépens de ces cellules... Le réseau se termine à la périphérie par une couche sous-cuticulaire très active, formée de grosses cellules contractiles : c'est la partie externe de ces cellules qui se modifie pour constituer la cuticule, de telle sorte qu'il est inexact de dire que celle-ci est un produit d'excrétion... Au-dessous de la couche sous-cuticulaire, et en connexion intime avec le réseau conjonctif, on trouve des faisceaux de fibres contractiles, qu'on qualifie de muscles, « bien que ces éléments n'aient aucun rapport avec les véritables muscles des autres animaux »...
Le système nerveux, dont l'existence a tour à tour été admise ou niée par les auteurs, consiste en deux cordons longitudinaux qui ne communiquent entre eux qu'au niveau de la tête : ces cordons sont formés de cellules bipolaires ou multipolaires.
L'appareil digestif fait défaut : les Cestodes vivant au milieu de liquides nutritifs tout élaborés, ces liquides pénètrent dans leurs tissus par endosmose, ou mieux à la faveur de pores très fins qui traversent la cuticule. Partant, il n'existe pas davantage d'appareil circulatoire. Quant à la respiration, elle est exclusivement cutanée, et du reste fort peu active.
Mais un système bien développé chez les Cestodes est celui des vaisseaux aquifères, qui représentent, comme on le sait, l'appareil excréteur. Ce sont des canaux longitudinaux qui suivent les parties latérales du corps et peuvent communiquer entre eux par des anastomoses transversales. Ils s'ouvrent à la partie postérieure du corps par un seul orifice, le foramen caudale, qui se reforme chaque fois qu'un anneau s'est détaché. Parfois on observe quelques orifices secondaires à la partie antérieure. Ces canaux sont les collecteurs vers lesquels convergent des systèmes de canalicules qui prennent leur origine, ainsi que l'a démontré Fraipont, dans de petits entonnoirs ciliés ou flagellés (organes segmentaires)...
Les organes reproducteurs sont assez complexes... " (Railliet Alcide, "Traité de zoologie médicale et agricole", 2e éd. Asselin et Houzeau, Paris, 1895, p. 210-1)

Sections

  • parasitologie
  • pathologie

Classification française

  • eumétazoaires
  • bilatériens
  • acœlomates
  • platyhelminthes

Classification scientifique

  • Bilateria
  • Acoelomata
  • Platyhelminthes

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [10/07/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32076 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 15366 photos ou dessins.