canidés (n. m.)

Bookmark and Share

Scientifique

  • Canidae

Anglais

  • Canidae
  • canines
  • dog familly

Etymologie

du lat. canis, chien

Définition

Fam. de l'ordre des carnivores, caniformes (Caniformia). La face est allongée. Les dents carnassières sont puissantes. Les membres sont longs, semi-digitigrades, les ant. pourvus de 5 doigts, les post. de 4 doigts. Les griffes ne sont pas rétractiles. L'os pénien est développé.

Détails

On distingue : les alopécoïdes (renard, fennec, etc.) et les thooïdes (chien, loup, etc.). Exemples :
- Alopex, renard polaire ou isatis,
- Atelocynus,
chien à petites oreilles,
- Canis,
chien, coyote, loup,
- Cerdocyon,
renard crabier,
- Chrysocyon,
loup à crinière,
- Cuon,
dhole,
- Dusicyon,
loup des Falkland,
- Lycaon,
lycaon,
- Nyctereutes,
chien viverrin,
- Otocyon,
otocyon,
- Pseudalopex,
renards sud-américains,
- Speothos,
chien des buissons,
- Urocyon,
urocyons,
- Vulpes,
renards, fennec.

" Famille des CANIDÉS. — Les Canidés sont des coureurs digitigrades et à griffes non rétractiles, ayant le plus souvent 5 doigts aux pieds de devant et 4 aux pieds de derrière. Ils ont pour formule dentaire typique : 3.1.4,3-2 / 3.1.4,3. Les incisives sont trilobées ; les canines sont assez longues, incurvées et comprimées ; les prémolaires sont moins pointues que chez les Chats ; la carnassière est bien accusée ; les tuberculeuses diminuent de volume d'avant en arrière. Le crâne et le museau sont allongés, la queue est longue ; il existe un os pénien très développé.
Les Canidés vivent rarement par couples ; la plupart se rassemblent en meutes considérables. Quelques-uns sont diurnes ; beaucoup sont nocturnes ou crépusculaires. Tous chassent des proies vivantes, en mettant surtout à profit la délicatesse de leur odorat ; mais ils aiment beaucoup la venaison faisandée, et certains la préfèrent même à la chair fraîche. Enfin, quelques rares espèces ont un penchant marqué pour le régime végétal. A l'état sauvage, ces animaux n'aboient jamais ; leurs manifestations vocales consistent en des hurlements ou en des glapissements. Tous répandent une odeur de fauve plus ou moins accusée. Aucun d'eux ne sait grimper ; ils atteignent leur proie à la course. Les femelles sont très fécondes ; leurs petits viennent au monde les yeux fermés et doivent être allaités assez longtemps. Leur intelligence est assez développée, bien que beaucoup d'auteurs en aient exagéré la portée : il ne faut pas oublier que les facultés de nos Chiens domestiques résultent, en grande partie, de l'influence de l'Homme.
État fossile. — Les Canidés se présentent comme la branche la plus ancienne et la plus conservatrice des Carnivores ; ils apparaissent dans l'éocène supérieur et se montrent en assez grand nombre dans le miocène, le pliocène et le diluvium de l'Europe, de l'Asie et de l'Amérique du Nord, dans le pliocène et le quaternaire de l'Amérique du Sud et de l'Australie. On les considère en général comme dérivant des Créodontes.
Mais le genre Canis ne se montre d'une façon indiscutable que dans le pliocène des Sivalik (C. Cautleyi Rose), puis dans le pliocène supérieur de la Toscane (C. etruscus, C. Falconeri Forsyth Major) et de l'Auvergne (C megas-tomoides Pomel, etc.). (Ces diverses formes se rapportent aux Thooïdes.) Probablement existe-t-il aussi dans le pliocène de l'Amérique du Nord.
Dans le quaternaire de l'Europe, on rencontre de nombreuses formes se rapportant, soit aux Thooïdes, soit aux Alopécoïdes. Ainsi, pour ne parler que des premières, le Loup (C. lupus L.) se montre aussi bien dans le diluvium stratifié que dans les cavernes à ossements. Le tuf volcanique de l'Auvergne renferme les restes d'un C. Nesckersensis Croizet qui est intermédiaire par sa taille entre le Loup et le Chacal. Dans les cavernes à ossements du sud de la France, Bourguignat a signalé deux Cyons (C. europœus et Ediiarsianus Bourg.), et une autre forme (Lycorus nemesianus) que Lyddeker et Nehring regardent comme un simple Loup.
Les dépôts quaternaires des deux Amériques fournissent un grand nombre d'espèces du genre Canis, la plupart identiques à celles qui vivent encore actuellement dans ces régions.
En ce qui concerne les Chiens proprement dits (sous-genre Canis), la forme la plus ancienne serait représentée, d'après Boule, par une mandibule recueillie dans le pliocène du plateau central. Il faut citer ensuite le C. Mihi Woldfich, découvert dans une couche qui se rapporte à la fin de la faune glaciaire et au commencement de la faune des steppes ; mais ce n'est peut-être pas un Chien vrai, car on le donne comme intermédiaire entre le Chacal et le Renard. Plus tard se montre un type de taille plus élevée, que Bourguignat nomme C. férus. Plus tard encore, apparaissent d'autres formes canines, qui ont été découvertes par Schmerling dans des cavernes belges de l'époque moustérienne, et dont l'une, plus forte que l'autre du double, devait être de la taille de nos Chiens d'arrêt. C'est à cette époque que remonte-raient aussi les ossements trouvés par Bourguignat dans la grotte de Fontamie, près St-Césaire (Alpes-Maritimes), et qui sont donnés comme se rapportant, les uns au Chien de berger, les autres au grand Dogue ou Molosse. Bourguignat les regarde comme ayant appartenu à des variétés domestiques, en se basant sur ce simple fait qu'ils étaient accompagnés de débris d'industrie humaine. On avouera qu'une telle conclusion n'est rien moins que justifiée.
Nous bornerons là nos citations de Canidés fossiles, et nous reviendrons plus loin, à propos du Chien domestique, sur les espèces ou variétés qui appartiennent à la période néolithique. " (Railliet Alcide, "Traité de zoologie médicale et agricole", 2e éd. Asselin et Houzeau, Paris, 1895, p. 1195-6)

Section

  • zoologie

Classification scientifique

  • Carnivora

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [13/07/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32080 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 15378 photos ou dessins.