maceron (n. m.)

Bookmark and Share

Scientifique

  • Smyrnium olusatrum L.

Autres noms

  • grande ache (n. f.)
  • gros persil de cheval (n. m.)
  • gros persil de Macédoine (n. m.)
  • maceron commun (n. m.)
  • maceron cultivé (n. m.)

Anglais

  • alexanders
  • alisanders
  • horse parsley
  • smyrnium

Définition

Fam. des apiacées (ombellifères). H. max. 1,5 m. La tige est épaisse. Les feuilles sont pennées/bipennées et dentées. Fleurs jaunes en ombelles denses. Le fruit est côtelé, mûr il est noir.

Détails

Plante aromatique.
Plante comestible
: Introduit en Gaule par les Romains, comme condiment, le maceron était apprécié au Moyen-âge. Puis, le cèleri, moins fort, a pris sa place. Ses feuilles sont consommées comme celles du persil. Les fruits sont des épices. Les tiges et les racines peuvent aussi être consommées.

" MACERON, s. m. smyrntum, (Hist. nat. Bot.) genre de plante à fleur en rose, en ombelle, & composé de plusieurs pétales disposés en rond, & soutenus par un calice qui devient quand la fleur est passée, un fruit presque rond composé de deux semences un peu épaisses, & quelquefois faites en forme de croissant, relevées en bosse striées d’un côté, & plates de l’autre. Tournefort, Inst. rei herb.  Le maceron est appelé smyrnium semine nigro par Bauhin, J. B. III. 126. Smyrnium Dioscoridis, par C. B. P. 154. Smyrnium Matthioli, par Tournefort, I. R. H. 316. Hipposelinum, par Ray, Hist. 437.
Sa racine est moyennement longue, grosse, blanche, empreinte d’un suc âcre & amer, qui a l’odeur & le goût approchant en quelque manière de la myrrhe : elle pousse des tiges à la hauteur de trois pieds, rameuses, cannelées, un peu rougeâtres. Ses feuilles sont semblables à celles de l’ache, mais plus amples, découpées en segments plus arrondis, d’un vert brun, d’une odeur aromatique, & d’un goût approchant de celui du persil. Les tiges & leurs rameaux sont terminés par des ombelles ou parasols qui soutiennent de petites fleurs blanchâtres composées chacune de cinq feuilles disposées en rose, avec autant d’étamines dans leur milieu. Lorsque ces fleurs sont passées, il leur succède des semences jointes deux-à-deux, grosses, presque rondes ; ou taillées en croissant, cannelées sur le dos, noires, d’un goût amer.
Cette plante croît aux lieux sombres, marécageux, & sur les rochers près de la mer. On la cultive aussi dans les jardins : elle fleurit au premier printemps, & sa semence est mûre en Juillet. C’est une plante bis-annuelle, qui se multiplie aisément de graine, & qui reste verte tout l’hiver. La première année elle ne produit point de tige, & elle périt la seconde année, après avoir poussé sa tige, & amené sa graine à maturité : sa racine tirée de terre en automne, & conservée dans le sable pendant l’hiver, devient plus tendre & plus propre pour les salades. On mangeait autrefois ses jeunes pousses comme le céleri ; mais ce dernier a pris le dessus, & l’a chassé de nos jardins potagers. Sa graine est de quelque usage en pharmacie, dans de vieilles & mauvaises compositions galéniques. (D. J.) " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751-1778)

Sections

  • alimentation
  • botanique
  • plante méditerranéenne

Classification française

  • apiacées

Voir aussi

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [26/05/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32063 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 15199 photos ou dessins.