merle bleu (n. m.)

Bookmark and Share

Scientifique

  • Turdus cyanus (Gmel.)
  • Monticola solitarius

Autres noms

  • moineau solitaire (n. m.)
  • monticole bleu (n. m.)
  • monticole merle-bleu (n. m.)
  • merle solitaire (n. m.)

Anglais

  • blue rock thrush

Définition

Espèce de la fam. des turdidés (Turdidae). L. 20-22 cm. Espèce de merle de l'Ancien Monde dont le mâle est de couleur bleu foncé et la femelle bleu moins foncé.

Détails

" LE MERLE BLEU, LE MERLE SOLITAIRE, Buff. — Cette jolie espèce se trouve chez nous toute l'année ; elle fréquente les endroits montagneux et accidentés, et préfère ceux qui sont peu éloignés des torrents, des rivières ou des bois, parce que ces localités lui offrent une nourriture assurée dans les différentes saisons. La même roche est presque toujours habitée par une paire de Merles bleus, et longtemps encore après la couvée les jeunes y vivent en compagnie de leurs parents. C'est de très grand matin et vers le soir que le mâle fait entendre sa jolie voix. Durant l'hiver, alors que ces oiseaux descendent dans les bois, on en prend aux lacets que l'on place dans les fourrés épais parmi lesquels ils s'en vont rechercher les baies sauvages pour se nourrir. " (Crespon J., 1844. Faune méridionale ou description de tous les animaux vertébrés vivants et fossiles, sauvages ou domestiques... du Midi de la France. Nîmes, Chez l'auteur ed., 2 vol., 1er vol., 320 p., p. 179)

" Merle bleu ou Moineau solitaire, passer solitarius dictus, oiseau qui est de la grosseur du merle, auquel il ressemble parfaitement par la forme du corps. Il a la tête & le cou fort gros ; le dessus de la tête est d’une couleur cendrée obscure, & le dos d’un bleu foncé & presque noir, excepté les bords extérieurs des plumes qui sont d’un blanc sale. Les plumes des épaules & celles qui recouvrent les grandes plumes des ailes ont la même couleur que le dos, il y a dans chaque aile dix-huit grandes plumes qui sont toutes brunes, à l’exception de l’extérieure de chaque côté qui est plus courte que les autres, parmi lesquelles il y en a quelques unes qui ont la pointe blanche. La queue est longue d’une palme, & composée de douze plumes d’un brun presque noir. Toute la face inférieure de l’oiseau, c’est-à-dire la poitrine, le ventre & les cuisses, ont des lignes transversales, les unes de couleur cendrée, les autres noires, & d’autres blanches ; ces taches sont comme ondoyantes. La couleur du ventre ressemble à celle du coucou ; la gorge & la partie supérieure de la poitrine ne sont pas cendrées. On y voit au contraire des taches blanches avec un peu de roux ; le bec est droit, noirâtre, un peu plus long, un peu plus gros & plus fort que celui de la grive. Les pattes sont courtes & noires, les pieds & les ongles ont cette même couleur. L’oiseau sur lequel on a fait cette description, était femelle. Selon Aldrovande, les mâles sont plus beaux, ils sont en entier d’une couleur bleue pourprée. Willoughby dit avoir vu un mâle à Rome, dont le dos principalement était d’un bleu obscur pourpré. Le merle chante très-agréablement, sa voix imite le son d’une flûte ; il apprend aisément à parler, il se plaît à être seul, il reste sur les vieux édifices. Willoughby, Ornith. " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751-1778)

Sections

  • animal méditerranéen
  • zoologie

Classification française

  • turdidés

Classification scientifique

  • Turdidae

Voir aussi

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2022, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [25/06/2022]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32387 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 18456 photos ou dessins.