yack (n. m.)

Bookmark and Share

Scientifique

  • Bos (Poephagus) mutus grunniens
  • Bos grunniens grunniens
  • Bos grunniens Linné 1766

Autres noms

  • bœuf grognant
  • yack domestique (n. m.)
  • yak

Anglais

  • domestic yak

Etymologie

de l'anglais yak, du tibétain

Définition

Bovin domestique des montagnards d'Asie centrale.

Détails

Taxonomie : Mammifère euthérien cétartiodactyle ruminant, fam. bovidés (Bovidae), sous-fam. bovinés.
Description : HG 1,65 m. Poids 520 kg. Base des cornes distantes. Cornes à section ronde. 14 paires de côtes (ex. genre Poephagus). La robe, au pelage long et épais, est de couleur noir, blanc, jaune ou rougeâtre, gris ou tacheté. La taille est petite, un plus petite que dans la forme sauvage.
Habitat
: Montagnes d'Asie centrale (Tibet, Népal, Chine). C'est le bovin domestique le plus utilisé au dessus de 2 000 m.
Utilisations : Sur les hauts plateaux du Tibet et de Chine de l'Ouest, le froid et l'aridité ne permettent que l'élevage extensif du yack. Il peut résister au froid et se nourrir de lichens et de mousses. C'est surtout une bête de somme ou d'attelage. Sa viande et son lait sont consommés ainsi que beurre et fromage. La viande séchée est gardée pendant des mois. Le lait contient deux fois plus de crème que le lait de vache. Le thé au beurre aide à résister au froid. Les mottes de beurre trônent dans les temples auprès de Bouddha. Le beurre a aussi une utilisation cosmétique. Le cuir est utilisé et la bouse séchée sert de combustible. La longue fourrure sert à faire des couvertures, des cordes et des tentes.
Yack sauvage : Bos grunniens mutus,
Poephagus mutus
(anc.) Le yack sauvage vivait dans le nord du Tibet en petit nombre. Souvent plus grand que le yack domestique, il était muet. Il était bien adapté à la haute montagne.

'' Les yacks (Bos grunniens), utilisés essentiellement pour le bât, vivent entre 3 000 et 6 000 m au Tibet, au Népal, en Mongolie, en Chine et dans diverses régions d’Asie centrale. Le poids vif moyen des adultes est compris entre 250 kg (femelles) et 550 kg (mâles). '' (Cirad/Gret/MAE, 2002. Mémento de l'Agronome (+ 2 cdroms). Paris, France, Cirad/Gret/Ministère des Affaires Etrangères ed., 1 vol., 1 692 p., p. 1448)

" L'Yak (B. grunniens) se rapproche encore des Bisons par son front assez large et un peu bombé, par son garrot élevé et par sa longue et épaisse toison. C'est un puissant animal, qui a quelque chose du Cheval dans la démarche. Son pelage est noir, à l'exception d'une bande dorsale gris argenté et de la queue, qui est blanche. Celle-ci est, en outre, garnie de longs poils qui la font ressembler à une queue de Cheval.
1 L'Yak est qualifié de grognant à cause de sa voix, qui ressemble un peu au grognement du Cochon. Les anciens le connaissaient sous le nom de Poephagus. Il vit à l'état sauvage dans l'Asie centrale, notamment dans les montagnes du Thibet, à une altitude de 4 000 à 7 000 mètres. On lui fait la chasse pour sa chair, qui est estimée, pour sa toison et pour sa queue, usitée à titre d'ornement. D'autre part, on l'a domestiqué : les Thibétains s'en servent comme bête de somme et de selle, et se nourrissent de son lait, qui est excellent. " (Raillet Alcide, "Traité de zoologie médicale et agricole", 2e éd. Asselin et Houzeau, Paris, 1895, p. 1142)

Sections

  • montagne
  • travail
  • zoologie
  • zootechnie

Classification française

  • ruminant
  • bovidé
  • boviné

Classification scientifique

  • Bovidae
  • Bovinae

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2018, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [11/12/2018]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 31917 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 13194 photos ou dessins.