vésicule biliaire (n. f.)

Bookmark and Share

Autre nom

  • vésicule du fiel (n. f.)

Anglais

  • gallbladder
  • biliary vesicle
  • cholecyst

Etymologie

lat. vesica, vessie

Définition

Petit sac à la face inférieure du foie, lieu d'accumulation et de concentration de la bile avant son passage dans les intestins. Le canal cystique en part et débouche dans le canal cholédoque. Elle est absente chez le cheval.

Détails

" Mammifères ... Le foie présente un réservoir (vésicule biliaire) qui manque chez quelques Ongulés (Équidés, Cerfs) et chez les Cétacés. " (Railliet Alcide, "Traité de zoologie médicale et agricole", 2e éd. Asselin et Houzeau, Paris, 1895, p. 1081)

" Vésicule... Vésicule du fiel, vesicula fellis ou cistula fellis, est un vaisseau ovale & membraneux qui ressemble à une poire par sa figure & par son volume, & qui est situé dans la partie concave du foie. Voyez Foie.
Elle est adhérente au foie par ses membranes dont l’externe lui est commune avec le foie. La partie inférieure qui pend hors du foie, est posée sur le pylore ou orifice inférieur de l’estomac. On reconnaît ordinairement cinq membranes à la vésicule du fiel ; une externe ou commune qui vient du péritoine ; une interne du côté que la vésicule est adhérente au foie, & qui vient de la capsule de la veine porte & du conduit biliaire. Et trois propres dont la première est vasculeuse ; la seconde musculaire, & la troisième glanduleuse...
On distingue ordinairement à la vésicule du fiel un fond qui est la partie la plus large, & un col, qui est la plus étroite. Le col de la vésicule du fiel forme un allongement qui se termine par un canal nommé conduit cystique ou biliaire, lequel environ à deux pouces de distance de la vésicule, se joint au conduit hépatique ; & tous deux ainsi réunis forment le conduit commun. Voyez Conduit, &c.
L’usage de la vésicule du fiel est de recevoir la bile après qu’elle a été séparée dans les glandes du foie, & de la décharger dans le duodénum par le conduit commun. La bile qui se trouve dans la vésicule, est plus jaune, plus épaisse, plus amère & plus âcre que celle du conduit biliaire. Voyez Bile... " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1re éd., 1751)

" FIEL, s. m. (Vésicule du) Anatomie. La vésicule du fiel est une poche membraneuse, d’une figure approchante de celle d’une poire, ayant un fond & un cou, & même un conduit particulier. Le volume ordinaire de cette vésicule n’excède guère celui d’un petit œuf de poule.
Elle est située dans la partie concave du grand lobe du foie, dans un enfoncement, assez souvent en forme d’échancrure, qui se trouve à son bord antérieur à deux travers de doigt environ de la scissure ; elle déborde quelquefois le foie, mais surtout lorsque son volume ordinaire est augmenté par la bile retenue, ou par quelque autre cause. La situation de la vésicule est telle que quand on est debout, elle est dans un plan un peu incliné de derrière en-devant ; & quand on est couché sur le dos, elle est presque toute renversée. Son fond est plus en-bas quand on est couché sur le côté droit, & il est obliquement en-haut quand on est couché sur le côté gauche. Ces situations varient encore, selon les différents degrés de ces attitudes ; c’est une remarque de M. Winslow.  On observe que la vésicule du fiel ne se trouve attachée pour l’ordinaire au foie, que par le tiers de sa longueur & de sa circonférence. Cette vésicule touche à l’intestin colon, & lui communique la couleur de la liqueur qu’elle contient.
Le conduit qui est une continuation du cou de la vésicule, se nomme cystique. Voyez Cystique. Sa longueur est d’environ deux travers de doigt ; il vient s’ouvrir conjointement avec le conduit hépatique, dans le canal commun nommé cholédoque. Voyez Cholédoque. Ces deux conduits se rapprochent l’un de l’autre, & s’unissent même par le moyen de quelques fibres membraneuses ; en sorte qu’ils ne forment point un Y majuscule, comme quelques-uns se l’imaginent.
Le conduit de la vésicule n’est point dans une même ligne droite avec le cou ; car on remarque que dès son commencement il fait le coude avec le cou, par le moyen d’un petit ligament membraneux qui est attaché extérieurement à l’un & à l’autre. De l’union du conduit hépatique avec le cystique, il en résulte le troisième canal apellé conduit commun ou cholédoque : celui-ci dont la longueur est d’environ quatre travers de doigt, vient gagner la partie postérieure du duodénum ; & après avoir percé obliquement ses différentes membranes, il s’ouvre dans sa cavité quatre travers de doigt environ au-dessus du pylore.
La vésicule du fiel est composée de plusieurs membranes ou tuniques, qui sont dans le même ordre que celles de l’estomac. La première ou la plus extérieure paraît une continuation de celle qui a recouvert toute la substance du foie. La seconde est musculeuse ; elle est faite de plusieurs fibres charnues, disposées en trois plans différents : de ces fibres les premières sont longitudinales, les secondes obliques, & les troisièmes circulaires. Il se rencontre entre ces deux tuniques un tissu cellulaire, qui pénètre même l’intervalle des fibres charnues. La troisième tunique est nerveuse, & la quatrième veloutée.
Sur la surface externe de la tunique nerveuse, se voit un réseau merveilleux, formé par les vaisseaux sanguins, par les nerveux, & par les lymphatiques qui se distribuent à la vésicule. Les artères & les veines sanguines sont nommées cystiques. Les artères sont des ramifications de l’hépatique, & les veines vont se décharger dans la veine-porte. Les veines lymphatiques vont se rendre au réservoir du chyle. A l’égard des nerfs, ce sont des rameaux du plexus hépatique.
On découvre dans la surface interne de la vésicule du fiel, plusieurs petites fosses semblables à celles qui se trouvent dans les ruches des mouches à miel : ces fosses sont formées par autant de replis de la tunique veloutée. On y découvre aussi, suivant les observations de quelques anatomistes modernes, les embouchures de plusieurs conduits, qui au lieu de se rendre dans le conduit hépatique, se déchargent dans la cavité de la vésicule : on les nomme canaux hépaticystiques.
Le cou de la vésicule du fiel & son conduit se trouvent aussi garnis en-dedans de plusieurs replis, formés par la membrane interne : ces plis font tous ensemble, suivant l’observation de M. Heister, une espèce de rampe spirale en-dedans, & font paraître en-dehors, dans quelques sujets, un contour de vis, principalement quand le cou & le conduit sont remplis ou gonflés... " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751)

Sections

  • anatomie
  • cheval

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2021, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [26/01/2021]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32283 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 16342 photos ou dessins.