verveux (n. m.)

Bookmark and Share

Définition

Filet de pêche soutenu des cercles de plus en plus petits et formant un entonnoir.

Détails

" VERVEUX, CLIVETS, RAFLES, ENTONNOIRS, RENARD, termes synonymes de Pêche, c’est une sorte de filet rond qui va toujours en pointe, l’ouverture de ce filet est faite d’un demi cercle & d’une traverse par le bas ; plusieurs cercles qui vont toujours en diminuant se soutiennent ouverts ; il y a à l’entrée un filet qui prend de l’ouverture du verveux & diminue comme un entonnoir, c’est par le bout de ce filet, que l’on nomme le goulet, qu’entrent dans le verveux les poissons qui y sont conduits, & d’où ils ne peuvent plus sortir, parce-que le goulet se dilate quand le poisson se présente pour entrer, & pour que le goulet demeure toujours en état, il est soutenu par quatre ou six petites ficelles qui le font toujours rester dans le milieu du verveux.
Pour conduire le poisson dans ce piège, il y a deux filets, un de chaque côté, que l’on nomme les ailes, & qui sont d’inégales longueurs ; ces filets sont garnis de flots par le haut, & chargés de pierres par le bas : le même filet dans les rivières est garni de plomb au lieu de pierres.
Quand on veut mettre le verveux ou raste à la mer, on le place dans un endroit convenable ; on amarre le bout du filet à une grosse pierre que l’on appelle cablière, au moyen d’un bout de corde attachée à chaque cercle du verveux, & dont le nombre est proportionné à sa longueur ; il y a de même comme au bout, une cablière ou grosse ralingue amarrée à chaque bout de la traverse de l’ouverture ; & au haut du demi-cercle de l’ouverture, il y a un fort cordage de quelques brasses de long, dont le bout qui tire cet engin & le fait tenir debout, est frappé sur une grosse pierre. Le corps du verveux à son ouverture peut avoir environ quatre pieds de haut & huit pieds de large ; les bouts des deux filets qui forment les ailes entourent toute cette ouverture, afin que le poisson qu’ils conduisent dans cet instrument n’en puisse échapper : on met aussi une grosse cablière à chaque bout des ailes : on place le verveux le bout à la mer, & l’ouverture du côté de terre, & si la marée, par exemple, se porte à l’ouest, l’aile du côté de l’est doit être plus courte que celle du côté de l’ouest ; la première aura huit brasses, & la seconde seize ou dix-huit, plus ou moins, selon que l’on le juge convenable pour arrêter le poisson qui se trouve à la côte après la pleine mer & le conduire dans le verveux ; les ailes font pour cet engin le même effet que les chasses pour les parcs & pêcheries ; ces ailes ont environ une brasse de haut comme les tramaux.
On prend dans le verveux de toutes sortes de poissons, tant plats que ronds, & on fait cette pêche toute l’année ; elle ne peut être interrompue que par les tempêtes qui faisant rouler & venir à la côte les grosses pierres auxquelles le verveux est amarré, déchirent & brisent ces sortes d’instruments.
Les mailles qui composent le corps, le goulet, & les ailes du verveux, sont de divers calibres, & de fils de différentes grosseurs ; les mailles du corps ont environ dix-huit lignes ; celles du goulet ont quinze lignes ; celles des ailes sont de l’échantillon des seines ou mailles des harengs, & ont environ treize lignes. Le peu de dépense que coute un pareil instrument, & la facilité de s’en servir, a excité grand nombre de pêcheurs riverains à s’en servir, ... " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1re éd., 1751)

Section

  • pêche

Voir aussi

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [13/08/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32134 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 15569 photos ou dessins.