vermifuge (n. m.)

Bookmark and Share

Anglais

  • vermifuge
  • wormer

Etymologie

lat. vermis, ver et fugere, fuir car il expulse les vers

Définition

Substance qui élimine les vers parasites de l'intestin, sans forcément les tuer. Le terme d'anthelminthique est préférable.

Détails

Dérivé : vermifugation, purge (drenching avec un liquide, worming, deworming).

" VERMIFUGE, (Médec. & Mat. méd.) nom général donné aux différents remèdes vantés en médecine dans les cas où il s’agit d’expulser, ou de faire mourir les vers qui se trouvent dans le corps humain, surtout dans l’estomac & les entrailles.
Exposons en peu de mots, d’après Hoffman, ce qu’il faut penser de ces différents remèdes, & quelles sont les précautions à observer en usant des uns ou des autres. On compte ordinairement au nombre des vermifuges les acides, tels que le suc de citron, d’orange, de limon, de groseille, d’épine-vinette & de grenade ; le phlegme & l’esprit de vitriol ; la crème de tartre, le vin tartareux du Rhin, & le vinaigre ; tous ces remèdes ne sont de saison, que lorsqu’il y a complication de chaleur, d’ardeur contre nature, & de commotion fébrile...
On met dans la classe des vermifuges les amers, tels que l’absinthe, la petite centaurée, le scordium, le trèfle de marais, la rue ; & plus encore les amers qui ont une qualité purgative, tels que l’aloès, la rhubarbe, la coloquinte, & les trochisques d’Alhandal. Quoique ces remèdes ne détruisent pas absolument les vers, ... cependant on ne saurait nier que les amers ne soient efficaces contre ces sortes d’animaux...
On regarde encore comme des vermifuges les substances huileuses ; leur efficacité paraît être constatée par une expérience de Redi, qui nous apprend que les insectes restent vivants, après qu’on les a plongés dans différentes autres liqueurs ; mais qu’ils meurent promptement dès qu’ils baignent dans l’huile. On peut par cette raison donner contre les vers des substances huileuses, telles que l’huile d’olives, l’huile de navette, & l’huile d’amandes douces ; mais alors il faut donner à la fois une grande quantité d’huile pour espérer de tuer tous les vers répandus dans les intestins. On doit donc plutôt administrer les substances huileuses dans les violents symptômes que causent les vers, parce qu’elles relâchent les tuniques des intestins spasmodiquement contractées, les défendent & les oignent d’un mucilage, moyennant quoi on peut après cela administrer avec plus de sûreté les remèdes purgatifs.
Les substances salines sont aussi vantées comme de bons vermifuges, tant parce qu’elles détruisent le tissu tendre de ces animaux, que parce qu’en stimulant les intestins, elles en procurent l’évacuation, surtout si les sels sont dissous dans une suffisante quantité d’eau. Ceci est vrai des sels neutres, amers, tels que ceux de Glauber, d’Epsom, de Sedlidtz, d’Egra, & de Carlsbath, qui pris dans un véhicule approprié, & pendant un espace de temps considérable, produisent d’excellents effets, surtout dans les jeunes personnes, incommodées de l’espèce de vers appelés ténia, & des vers larges ; parce qu’on ne les détruit pas si bien par les purgatifs, qui produisent des spasmes, que par les sels & les eaux salines... " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1re éd., 1751)

Section

  • pathologie

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [05/07/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32076 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 15339 photos ou dessins.