ver à soie (n. m.)

Bookmark and Share

Autres noms

  • magnan (occitan) (n. m.)
  • ver à soie domestique

Anglais

  • domestic silkworm

Etymologie

ce "ver" fournit la soie ;
de magnan, le "mangeur", nom occitan du bombyx, car il est vorace dès son dernier âge

Définition

Chenille du bombyx du mûrier.

Détails

Les vers à soie ne peuvent être saisis pendant leur travail. Il en est de même des feuilles de mûrier qui leur sont nécessaires. (Code rural français art. 210).

" Le ver à soie est un insecte qui n’est pas plus admirable par la matière précieuse qu’il fournit pour différentes étoffes, que par toutes les formes par lesquelles il passe avant & après s’être enfermé dans la riche coque qu’il se fait lui-même. D’un petit œuf à-peu-près gros comme la tête d’une épingle qui est son premier état, il devient un petit ver d’une couleur blanchâtre & tirant sur le jaune. Dans cet état il se nourrit de feuilles de mûrier, jusqu’à ce que venant en maturité, il s’enferme lui-même dans une coque ou enveloppe de soie de la grosseur & de la figure d’un œuf de pigeon ; & se change en chrysalide. Il reste dans cet état sans aucun signe de vie ou de mouvement, jusqu’à ce qu’enfin il sort de cet état pour devenir un papillon ; & se fait lui-même ensuite un passage à-travers son tombeau de soie. Après quoi cessant réellement de vivre, il se prépare à soi-même une autre vie par les petits œufs ou la semence qu’il pond, & que la chaleur du printemps aide à éclore.
Aussitôt que le ver à soie a acquis la grosseur & la force nécessaires pour faire sa coque, il fait sa toile ; car c’est ainsi qu’on nomme ce tissu léger qui est le commencement & le fondement de cet ouvrage admirable : c’est à quoi il emploie le premier jour. Le second jour il forme le commencement de sa coque, & s’enferme dedans avec sa soie. Le troisième jour il est tout-à-fait caché, & il emploie les jours suivants à épaissir & fortifier sa coque : il travaille toujours avec le même bout, qui jamais ne se casse par sa faute, & qui est si fin & si long, que ceux qui l’ont examiné avec attention, assurent que sans exagérer la soie que chaque coque contient suffirait pour former la longueur de 6 milles d’Angleterre.
Au bout de dix jours, la coque est dans sa perfection : il faut pour lors la détacher des feuilles de mûrier où le ver l’avait attachée. Mais ce point demande beaucoup d’attention ; car il y a des vers qui sont plus paresseux les uns que les autres : & il est dangereux d’attendre qu’ils se fassent eux-mêmes un passage, ce qui arrive autour du quinzième jour de la lune...  " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751-1778)

Sections

  • ver à soie
  • zoologie
  • zootechnie

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [30/05/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32063 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 15225 photos ou dessins.