valériane phu (n. f.)

Bookmark and Share

Scientifique

  • Valeriana phu L.
  • Valeriana hortensis

Autres noms

  • encens de terre
  • grande valériane
  • grande valériane des jardins (n. f.)
  • guérit-tout
  • nard de montagne
  • valériane des jardins

Anglais

  • cut finger
  • garden valerian
  • great valerian
  • phu
  • setwell

Etymologie

gr. phu, une valériane médicinale aux fleurs et racines sèches d'odeur forte

Définition

Fam. des valérianacées (Valerianaceae) ou des caprifoliacées.

Détails

Plante médicinale présente en France : id valériane officinale.

" La grande valériane des jardins, valeriana hortensis, I. R. H. 132, a la racine grosse comme le pouce, ridée, située transversalement & à fleur de terre, fibreuse en dessous, de couleur jaunâtre ou brune en dessus, d’une odeur à-peu-près comme celle de la racine du cabaret, surtout quand elle est sèche, & d’un goût aromatique. Elle pousse des tiges hautes d’environ trois pieds, grêles, rondes, lisses, creuses, rameuses, garnies d’espace en espace de deux feuilles opposées, lisses, les unes entières, les autres découpées profondément de chaque côté, comme celles de la scabieuse.
Ses fleurs naissent en ombelles aux sommités des tiges & des rameaux, formant une espèce de girandole, petites, de couleur blanche, tirant sur le purpurin, d’une odeur suave, qui approche un peu de celle du jasmin. Chacune de ces fleurs est un tuyau évasé en rosette, taillée en cinq parties avec quelques étamines à sommets arrondis. Quand la fleur est passée, il lui succède une semence aplatie, oblongue, couronnée d’une aigrette.
Cette plante se multiplie aisément ; elle fleurit en Mai & Juin.

Valériane, (Mat. médic.)
grande valériane, & petite ou valériane sauvage, c’est la racine de ces plantes qui est d’usage en Médecine.
La grande valériane & la valériane sauvage diffèrent beaucoup entre elles quant au degré d’activité. La dernière est beaucoup plus efficace que la première, quoique plusieurs médecins aient recommandé l’une ou l’autre presque indistinctement ; ce n’est presque plus que la valériane sauvage qui est usuelle aujourd’hui. La racine de cette plante a, lorsqu’elle est sèche (état dans lequel on a coutume de l’employer), une odeur forte, pénétrante, désagréable, & une saveur amère, acerbe, dégoûtante. Elle tient un rang distingué, peut-être le premier rang parmi les remèdes anti-épileptiques tirés du règne végétal.... Cette racine est aussi un emménagogue éprouvé...
Ce remède donné à haute dose, & continué pendant quelques jours, a coutume de produire des sueurs abondantes ; on pourrait par conséquent l’employer avec succès toutes les fois que cette évacuation est indiquée... " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1re éd., 1751)

Sections

  • botanique
  • pathologie
  • plante médicinale

Classification scientifique

  • Valerianaceae

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [10/08/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32131 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 15547 photos ou dessins.