utérus (n. m.)

Bookmark and Share

Autre nom

  • matrice (n. f.)

Anglais

  • uteri au plur.
  • uterus
  • uteruses au plur.
  • womb

Etymologie

lat. uterus, matrice

Définition

Organe reproducteur femelle creux et musculaire dans lequel a lieu la gestation chez les mammifères.

Détails

Chez les mammifères domestiques, il comprend 3 parties : les cornes utérines, le corps de l'utérus (corps utérin) et le col utérin (ou cervix). Après fécondation dans l'oviducte, l'embryon se nide dans une corne et se développe. Le col utérin permet le passage du sperme puis celui du fœtus à la naissance. Chez les volailles, la coquille de l'œuf s'y forme.

" Mammifères ... L'appareil vecteur se divise en trois régions distinctes : 1° la trompe de Fallope, toujours paire, s'ouvrant près de l'ovaire par un pavillon frangé qui reçoit l'ovule ; 2° l'utérus, quelquefois double, à deux museaux de tanche (Lapine), d'autres fois bipartite, à museau de tanche simple (Cobaye) ; ou bicorne, c'est-à-dire divisé seulement à sa partie supérieure (Ongulés, Carnivores), ou même simple (Primates); 3° le vagin, pair chez les Marsupiaux, impair chez tous les autres. " (Railliet Alcide, "Traité de zoologie médicale et agricole", 2e éd. Asselin et Houzeau, Paris, 1895, p. 1085)

" UTERUS, en Anatomie, ou matrice, est l’organe de la génération dans la femme ; c’est-là que se passe l’œuvre de la conception, & où le fétus ou l’embryon se loge, se nourrit, & croît pendant la grossesse & jusqu’à la délivrance. Voyez sa description sous l’article Matrice, la fonction sous les articles Génération, Conception, Grossesse, Fétus, &c.

Uterus, maladies de l’, (Médec.) Il faut d’abord se rappeler la structure de cette partie organique, qui ne se trouve que dans le sexe féminin ; elle est attachée aux os du bassin, placée entre la vessie & l’intestin rectum ; son épaisseur approche d’un pouce & demi ; sa longueur depuis l’orifice jusqu’au fond, est d’environ trois pouces ; & sa cavité mitoyenne contiendrait à peine le fruit d’une amande. Il est difficile d’introduire un stylet dans son orifice, qui se dilate si fort pour l’accouchement.
Chez-les femmes enceintes, non-seulement la grandeur de l’utérus augmente, pour qu’elle puisse contenir le fœtus & l’arrière-faix, mais ses côtés mêmes deviennent plus épais ; les vaisseaux sanguins de ce viscère s’allongent & se grossissent. Sa substance spongieuse se gorge de sang ; dans la partie où est attaché le placenta, on découvre des orifices très-amples ; & les vaisseaux auparavant transparents se trouvent alors rouges ; son ouverture se maintient naturellement fermée pendant tout le temps de la grossesse ; mais quand le moment d’accoucher ou d’avorter approche, elle devient plus molle & plus large ; ensuite dans l’espace de seize jours depuis l’accouchement, elle reprend sa grandeur naturelle... " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1re éd., 1751)

Sections

  • anatomie
  • physiologie
  • reproduction

Voir aussi

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [09/04/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32045 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 14952 photos ou dessins.