trou de Botal (n. m.)

Bookmark and Share

Autres noms

  • canal de Botal
  • conduit de Botal
  • foramen ovale (n. m.)
  • trou ovale (n. m.)

Anglais

  • arterial duct
  • Botallo's duct
  • ductus arteriosus
  • ductus of Botallo

Définition

Petit canal embryonnaire qui fait communiquer les deux oreillettes du cœur du fœtus chez les mammifères. Normalement, il se ferme avant la naissance ainsi que le canal artériel.

Détails

Parfois, il persiste, ce qui occasionne des troubles circulatoires sévères, car le sang non oxygéné se mélange au sang oxygéné.

" Trou ovale ou trou botal, ou trou qui se trouve dans le cœur du fœtus, & qui se ferme après sa naissance. Voyez Fœtus. Il naît au-dessus de la veine coronaire, proche de l’oreillette droite, & passe directement dans l’oreillette gauche du cœur. Voyez Cœur.
Le trou ovale est une des choses particulières au fœtus, & par où il diffère de l’adulte ; il sert à la circulation du sang du fœtus jusqu’à ce qu’il puisse respirer & que les poumons soient dilatés. Voyez Respiration.

Leon Botal, d’Asti en Piémont, a le premier décrit exactement, en 1562, l’usage de ce trou. Lorsqu’il décrit la circulation du sang, il assure que le trou ovale est une des voies par où le sang, dans le fœtus, est porté du ventricule droit dans le ventricule gauche. Les anatomistes modernes approuvent cette découverte, & regardent tous le trou ovale comme absolument nécessaire pour la circulation du sang dans le fœtus. Voyez Circulation.
À l’ouverture du trou il y a une espèce de membrane flottante qui ressemble à une valvule, mais elle n’en fait point l’office, car elle ne peut point empêcher le sang de passer d’une oreillette dans l’autre. Suivant M. Winslow cette membrane ne sert qu’à fermer le trou lorsque le fœtus est né.

C’est un sentiment unanimement reçu, que le trou ovale peut quelquefois rester ouvert, même dans les adultes ; nous en avons beaucoup d’exemples rapportés par différents auteurs. Le docteur Connor assure qu’il a trouvé un trou botal à demi-ouvert dans une fille âgée de quatre ou cinq ans, & il le trouva assez grand dans une fille qu’il ouvrit à Oxfort pour laisser passer une tente. Dissert. médic. & phys. de Stap. oss. coat.
L’exact M. Cowper ajoute, qu’il a souvent trouvé le trou botal ouvert dans les adultes. Anat. app. f. 3.

Des anatomistes de Paris observent, que le trou ovale reste toujours ouvert dans le veau marin, c’est pour cela qu’il peut rester pendant si longtemps sous l’eau.
Ceux qui ont été rappelés à la vie après avoir resté longtemps sous les eaux, ou après avoir été pendus, étaient peut-être dans ce cas.  Mais M. Cheselden rejette sans hésiter toutes ces autorités, & il soutient que ni dans les animaux adultes, soit terrestres, soit amphibies, ce trou n’est jamais ouvert. Il dit que quand il commença à disséquer qu’il pensait comme les autres auteurs au sujet du trou botal, mais qu’il s’aperçut par la suite qu’il avait pris l’orifice de la veine coronaire pour le trou ovale, & il pense que les autres auteurs qui assurent qu’il est toujours ouvert dans les amphibies, ont donné dans la même méprise que lui, parce qu’après nombre de recherches faites avec exactitude, il n’a jamais trouvé ce trou ouvert dans ces animaux. Voyez Amphibies. Et il ne peut pas croire que l’ouverture de ce trou pût mettre ces animaux en état de vivre sous l’eau comme le fœtus vit dans la matrice, à-moins que le canal artériel ne fût aussi ouvert. Cheseld. Ap. phys. thesl. l. IV. c. vij.

On vient de voir que le trou ovale a une valvule, qui dans le fœtus laisse passer le sang d’une oreillette du cœur dans l’autre, & qu’après la naissance de l’enfant elle se colle peu-à-peu à la circonférence de ce trou, & ne permet plus cette communication qui était entre les deux oreilles ; cependant M. Hunauld a fait voir à l’académie le cœur d’un sujet de 50 ans, où cette valvule collée exactement comme elle devrait être, à la circonférence du trou ovale, était percée dans son milieu d’une ouverture d’environ trois lignes de diamètre, & par conséquent donnait au sang un passage d’une oreillette dans l’autre, aussi libre qu’avant la naissance, si elle avait toujours été collée, & presque aussi libre, si elle ne l’avait pas toujours été. L’ouverture de la valvule n’avait été produite ni par un déchirement, ni par une suppuration, & cela se reconnaissait facilement à son rebord. Il est nécessaire que le trou ovale soit ouvert dans le fœtus qui ne respire pas, mais il n’est peut-être pas également nécessaire qu’il soit fermé quand on respire. En 1740 M. Duhamel a lu à l’académie une seconde observation de M. Aubert, médecin de la marine à Brest, qui confirme exactement celle de M. Hunauld ; toute la différence est que le sujet de de M. Hunauld avait cinquante ans, & celui de M. Aubert trente.
La valvule que nous avons dit se coller quelque temps après la naissance au bord du trou ovale, parait une partie bien nécessaire à la circulation du sang dans le fœtus ; cependant M. Lieutaud dit l’avoir vu manquer entièrement dans un fœtus de neuf mois. (D. J.) " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1re éd., 1751)

Sections

  • anatomie
  • pathologie

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [10/07/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32076 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 15366 photos ou dessins.