trompe (n. f.)

Bookmark and Share

Anglais

  • prehensile trunk
  • proboscis
  • tube

Définition

- 1. (prehensile trunk, proboscis) Long organe nasal de l'éléphant, comparable à une trompette.
- 2. Long nez du tapir.
- 3. proboscis : Suçoir charnu de certains insectes diptères et des lépidoptères. cf proboscis.

Détails

Exemples :
-  trompes de Fallope, trompes ovariennes, trompes utérines ou oviductes, cf oviducte.  
- trompe d'Eustache ou trompe auditive, cf trompe d'Eustache.

" TROMPE, s. f. (Conchyl.) ce mot désigne la partie inférieure du buccin ; coquille que les Hollandais appellent trompette. (D. J.)...

Trompe, (Hist. nat. des Insectes.) en latin lingua, promuscis, partie de la bouche des insectes ; cette partie s’appelle autrement le siphon ou la langue des insectes. Aristote la nomme trompe, par allusion à celle des éléphants, & c’est sous cet ancien nom, que nous en parlerons ici fort brièvement.
Quelques insectes, comme les grillons sylvestres, la portent entre leurs tenailles. Il y en a qui peuvent la rétrécir & l’étendre selon leur volonté.
Les papillons la portent fort adroitement entre les deux tiges ou lames barbues, qui servent à la cacher & à la garantir ; & d’autres la couchent sous leur ventre, qui pour cet effet a une petite cannelure, où elle est en sureté. Les punaises des arbres sont dans ce cas ; elles ont une fente dans laquelle elles couchent leur trompe.
Cette trompe des insectes n’est pas toujours d’une égale longueur ; les uns l’ont fort courte, & dans les autres elle est plus longue que tout le corps : telle est encore la trompe des papillons, qui est un chef d’œuvre en son genre. Quand elle est étendue, sa longueur excède celle de l’animal même, & il la roule & le déroule cependant avec une vitesse incroyable.
Quand on regarde la trompe de quelque insecte au-travers d’une loupe, l’on découvre qu’elle est finement travaillée, & d’une manière proportionnée à leur genre de vie ; toutes les parties en sont disposées avec tant d’art, qu’il n’y a rien de trop, ni de trop peu.
Dans plusieurs insectes elle est renfermée dans une espèce de fourreau, dont le bout pointu leur sert à percer les choses qui contiennent leur nourriture. Quand ils l’ont fait, ils ouvrent ce fourreau, & appliquent la trompe dans l’ouverture afin de tirer le suc qui y est. Elle leur sert donc, comme on le voit, de siphon pour attirer les liqueurs dont ils font leur aliment ; & outre cela elle leur sert à piquer & à blesser comme on pourrait le faire avec une lancette.
Quoique cette trompe soit si petite, qu’on ne saurait l’apercevoir sans le secours d’une loupe ; elle est néanmoins si forte, qu’elle peut sans peine percer le cuir le plus dur & le plus épais. La trompe du moucheron, par exemple, a cet avantage.
La trompe des cousins, des mouches & de divers autres insectes, leur sert seulement pour sucer le sang des animaux, & les autres liqueurs dont ils se nourrissent : ce qu’ils font de cette manière : leur trompe étant un tuyau disposé de telle sorte qu’il se plisse pour s’accourcir, & qu’il étend ses plis pour s’allonger, il arrive que quand l’insecte veut tirer le sang d’un animal, il allonge sa trompe & cherche dans la peau un pore ouvert pour l’y introduire, & l’y fourrer assez avant pour trouver le sang qui monte dans la cavité de la trompe, par le moyen de la dilatation qui arrive au corps de l’insecte. (D. J.)...

Trompe, cors de chasse, petit & grand. " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1re éd., 1751)

Section

  • zoologie

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [19/09/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32141 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 15733 photos ou dessins.