aurochs (n. m.)

Bookmark and Share

Scientifique

  • Bos primigenius Bojanus 1827

Autres noms

  • ure
  • urus

Anglais

  • aurochs

Etymologie

dérivé de urochs, bœuf de plaine, mot allemand composé de auer pour aue, plaine, et ochs, bœuf
ou du mot grec ὄρος, montagne

Définition

Espèce de la Fam. des bovidés (Bovidae), sous-fam. bovinés. C'est un bovin sauvage de très grande taille (HG fem. 1,5 m, mâle 2 m), dont le nom signifie aussi "bœuf originel" ou "bœuf primitif".

Détails

Il est apparu au début du Pléistocène, entre Riss et Würm vers - 500 000 ans. Il a été peint sur des fresques dans des grottes par les hommes préhistoriques. Il s'est répandu vers le nord de l'Afrique, l'Europe et le sud de l'Asie, régions dont il a été le premier occupant. Il s'est éteint en Pologne en 1627, dans la forêt de Jaktorow, à 55 km au sud-ouest de Varsovie. En ce qui concerne l'Afrique, il est arrivé en Egypte dans la 2e moitié du 5e millénaire avant J.C. Il a donné naissance aux taurins d'Europe et en Afrique au taurin N'Dama.

" URE, s. m. (Hist. nat. des quadrupèdes.) en latin urus, & je ne peux mieux rendre ce mot qu’en le francisant ; car le mot de bœuf sauvage ne répond pas aussi bien au terme latin. L’ure est un quadrupède, dont les anciens ont beaucoup parlé ; cet animal a la corne large, le poil noir & court, le corps gros, la peau dure, & la tête fort petite proportionnellement à la grosseur du corps. Virgile appelle avec raison ces animaux sylvestres, Georg. l. II. v. 374.
Sylvestres uri, assiduè capræque sequaces Illudunt.
« Les ures & les chevreuils qui se suivent de près, feraient de grands dégâts dans votre vigne ». Servius remarque que les ures de Virgile naissent dans les Pyrénées, & qu’ils sont ainsi nommés du mot grec ὄρος, montagne.

César est le premier romain qui les ait décrits, l. VI. de bell. gallico. Il dit que les ures sont un peu moins grands que les éléphants ; qu’ils ressemblent à un taureau, & qu’ils en ont la couleur & la figure ; qu’ils sont d’une force & d’une vitesse merveilleuse ; qu’ils se jettent sur tout ce qu’ils aperçoivent, homme ou bête, qu’on les prend dans des fosses ou trappes, & qu’on les met à mort ; il ajoute que les jeunes gaulois s’exerçaient à leur chasse, qu’ils rapportaient les cornes de ces animaux pour témoignage de leur valeur ; que ceux qui en tuaient le plus acquéraient le plus de gloire, que les ures ne pouvaient s’apprivoiser, pas même quand on les prenait tout petits ; que l’ouverture & la forme de leurs cornes était fort différente de celle de nos bœufs ; que les Gaulois les recherchaient avec soin ; qu’ils en revêtaient les bords d’un cercle d’argent, & s’en servaient au-lieu de coupes dans les festins solennels.
Solin met les ures en Germanie. Pline prétend que les forêts des Indes en sont pleines ; nous savons aussi que l’Afrique en a quantité ; mais les ures de l’Europe diffèrent beaucoup des ures de l’Afrique & de l’Asie ; nous en avons parlé avec quelque étendue au mot Taureau sauvage. (D. J.) " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1re éd., 1751)

Sections

  • zoologie
  • zootechnie

Classification française

  • ruminant
  • bovidé
  • boviné

Classification scientifique

  • Bovidae
  • Bovinae

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [05/07/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32076 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 15339 photos ou dessins.