aulne (n. m.)

Bookmark and Share

Scientifique

  • Alnus glutinosa (L.) Gaertn.

Autres noms

  • anois
  • aune glutineux
  • aunet
  • vergne
  • verne

Anglais

  • alder

Etymologie

du latin alnus

Définition

Fam. des bétulacées (Betulaceae). Hauteur : 20-30 m. Arbre d'Europe, poussant bien en zones très humides. Les feuilles sont simples, ovales, dentées, alternes et collantes. Elles restent vertes jusqu'au moment de tomber, tard au début de l'hiver. Elles sont vert foncé dessus et clair dessous. Les fleurs, portées par des chatons, sont mâles (jaunes) ou femelles (rougeâtres). Les chatons mâles sont allongés et tombants. Les chatons femelles forment des fruits ou strobiles, petits, écailleux, semblables à des pommes de pins, qui portent les graines. L'odeur est agréable.

Détails

C'est l'hôte de chenilles de papillons : acronycte (noctuidés), faucille, galéruques, naïade, notodonte dromadaire (notodontidés), sésie du bouleau (sésidés), sphinx du tilleul, etc.
Le bois est imputrescible. L'écorce sert à tanner le cuir.
Plante médicinale (écorce) : astringent, cicatrisant, fébrifuge, tonique. L'aulne permet de lutter contre les diarrhées persistantes, les hémorragies internes, la fièvre, les stomatites. Une branche placée dans un poulailler limite les parasites.

" AULNE, s. m. alnus, genre d’arbre qui porte des chatons composés de fleurs à plusieurs étamines qui s’élèvent d’un calice fait de quatre pièces. Ces fleurs sont ramassées en peloton & attachées à un axe ; elles sont stériles. Le fruit se trouve séparément des chatons ; il est composé d’écailles & rempli d’embryons dans le commencement de son accroissement. Dans la suite il devient plus gros, & alors il renferme des semences, qui pour l’ordinaire sont applaties. Tournefort, Inst. rei herb. (I)
Il vient de boutures & de marcotte ; il aime les marécages & les lieux frais. Son bois est recherché pour faire des tuyaux, & les Tourneurs l’emploient en échelles, perches, & autres ouvrages. (K).

Alnus rotundifolia glutinosa viridis,
C. B. On emploie, en Médecine, son écorce & sa feuille. L’écorce est astringente & dessiccative. Ses feuilles vertes appliquées, résolvent les tumeurs & diminuent les inflammations ; prises intérieurement, elles ont la vertu vulnéraire ; mises dans les souliers, elles soulagent les voyageurs de leur fatigue. On s’en sert en décoction pour laver les pieds des voyageurs, afin de les délasser ; & l’on en frotte le bois des lits pour faire mourir les puces.
Le fruit est astringent, rafraîchissant & répercussif dans les inflammations de la gorge, étant pris en gargarisme, de même que l’écorce... " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1re éd., 1751)

Sections

  • agropastoralisme
  • botanique
  • pathologie
  • pharmacie
  • plante médicinale
  • plante méditerranéenne

Classification scientifique

  • Betulaceae

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2019, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [22/09/2019]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 31951 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 13967 photos ou dessins.