teinture de tournesol (n. f.)

Bookmark and Share

Anglais

  • litmus

Définition

D'un bleu violet, elle est obtenue après fermentation de plusieurs espèces de lichens. Le papier de tournesol, teint en bleu, sert de réactif. Sa couleur vire au rouge avec les acides et au vert avec les alcalis.

Détails

Exemple : - papier de tournesol (litmus paper).

" Tournesol, (Chimie.) on donne en général le nom de tournesol à plusieurs préparations chimiques qui donnent une teinture d’un bleu pourpre. Il sera parlé des plus connues dans la suite de cet article. Celle qu’on appelle en particulier pierre de tournesol, est la principale de ces préparations.
Cette pierre de tournesol se fabrique en Hollande, selon un procédé qui est absolument ignoré en France. Nous fournissons seulement aux Hollandais les chiffons ou drapeaux qui en font la base ou matière première. Ces chiffons se préparent au grand Gallargues, village du bas Languedoc du diocèse de Nîmes, où on les imbibe du suc d’une plante, qui croît naturellement dans le pays, & qu’on appelle en langue vulgaire maurelle, nom que j’adopte dans cet article...
On nous envoie le tournesol d’Amsterdam tel qu’on le voit chez les épiciers-droguistes ; savoir en petits pains secs d’une couleur bleue foncée, de forme parallélépipède d’environ un pouce de longueur. En cet état on l’appelle tournesol en pâte ou en pain.
Le tournesol était autrefois d’un usage plus étendu. Mais depuis que les Chimistes ont découvert le bleu de Prusse, l’indigo, le pastel, &c. & les autres bleus qui se préparent en Allemagne, & qu’on tire du cobalt, ceux-ci ont été substitués en beaucoup d’occasions au tournesol, & effectivement la couleur du tournesol est peu durable ; elle pâlit à l’air, & le moindre acide la détruit.
Le tournesol se dissout fort aisément dans l’eau froide, il donne une teinture bleue fort chargée, qui est de faux teint, & que les teinturiers n’appliquent que sur des toiles de fil ou de coton.
Les peintres s’en servent quelquefois pour colorer le papier & le crayonner. On l’emploie aussi à la détrempe & sans gomme, parce que cette couleur est fine & n’a pas de corps. On en peint quelquefois les murailles bien blanchies avec la chaux, qui ne sont pas exposées à la pluie. On n’en fait aucun usage avec l’huile, ni dans les fresques.
Les dessinateurs s’en servent pour les différents desseins qu’ils tracent sur la toile, ou sur les étoffes de soie qu’on veut faire broder ; mais l’usage le plus commun du tournesol est pour teindre le papier ; par exemple, ce gros papier d’un bleu foncé tirant sur le violet, avec lequel on enveloppe le sucre, est teint avec le tournesol.
Les chimistes se servent de la dissolution très-étendue ou délayée de tournesol dans l’eau, qu’ils appellent communément teinture de tournesol, pour reconnaître si une liqueur saline contient de l’acide ou de l’alkali, & lequel de ces deux principes y est surabondant. Si c’est l’acide, la teinture rougit : si c’est l’alkali, elle verdit, mais ce vert tire un peu sur le pourpre ; & si elle est neutre, la couleur ne change point. Quoique cet effet soit en général assez constant, il a ses exceptions, mais en petit nombre. On se sert encore de la teinture de tournesol dans l’analyse des eaux minérales à la même intention.
Les limonnadiers & les confiseurs l’emploient pour imiter ou foncer les infusions de violette, & pour donner la couleur bleue ou violette à plusieurs liqueurs : mais c’est une falsification véritablement condamnable ; car les liqueurs ou sirop où il y a du tournesol, ont toujours un mauvais goût tirant sur le pourri. On s’en sert encore, mais sans inconvénient, dans le même art pour donner une couleur bleue à certaines pâtes, conserves, & autres confitures. On peut donner une couleur violette à l’esprit-de-vin, en y versant quelques gouttes d’une forte teinture de tournesol.
On emploie encore beaucoup la pierre de tournesol dans les blancheries de toiles, en particulier pour les cambrais & les batistes que l’on passe à ce bleu, après les avoir passées au lait...  " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1re éd., 1751)

Section

  • chimie

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2019, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [22/09/2019]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 31951 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 13967 photos ou dessins.