tabac (n. m.)

Bookmark and Share

Scientifique

  • Nicotiana tabacum

Autres noms

  • grand tabac
  • herbe à la reine
  • herbe de Sainte-Croix
  • nicotiane tabac (anc.)
  • tornabone

Anglais

  • common tobacco
  • tobacco
  • true tobacco
  • Virginian tobacco

Etymologie

introduit depuis l'île de Tabago des Petites Antilles ; tabacum, du mot qui désignait le cigare aux îles Caraïbes.

Définition

- 1. Plante de la fam. des solanacées (Solanaceae). H. 1,5 à plus de 2 m. Grandes feuilles alternes. Cyme de fleurs : 5S 5P 5E 2C. Capsule avec plus de 3000 graines.
- 2. Préparation de feuilles séchées de cette plante. Elles sont brun-roux. Le tabac sert à préparer des cigarettes ou est mis dans une pipe pour être fumé. Il peut aussi être chiqué.

Détails

Plante médicinale présente en France : vermifuge, etc. Le tabac a été introduit en France par Jean Nicot, qui était ambassadeur de France au Portugal pour soigner les migraines de François II.
Le jus de tabac est insecticide (dangereux).
Plante toxique (nicotine). Fumé ou chiqué, il est dangereux pour la santé. Il favorise les cancers (cancérigène) du poumon, de la gorge, etc. et entraîne  une dépendance. En cas d'ingestion : troubles nerveux, respiratoires, cardiaques et mort possible.
Le tabac sauvage a pu intoxiquer des moutons : abattement, tremblements, ébriété, respiration rapide, prostration, déformation du squelette des jeunes nés de mères qui en ont consommé pendant la gestation.

'' Le ''tabac'' est originaire principalement des Amériques (Nord et Sud), mais une espèce est originaire d’Australie et une autre a été découverte en Afrique. La feuille contient des alcaloïdes dont principalement la nicotine, excitant des systèmes cardio-vasculaire et nerveux central. Le tabac à fumer est de loin le plus important. La feuille séchée sert pour les cigarettes (90 à 95 %), le tabac pour pipe (1 à 2 %), et les cigares (2 à 3 %). Le tabac à mâcher ou à priser est consommé entre autres dans les lieux où il est interdit de fumer pour des raisons de sécurité (mines, bateaux, chantiers). Il existe également des tabacs ornementaux aux fleurs de couleurs vives. Enfin, des décoctions de tabac peuvent être utilisées comme insecticide.''  (Cirad/Gret/MAE, ''Mémento de l'Agronome'', 1 692 p., page 1080, 2002, Paris, France, Cirad/Gret/Ministère des Affaires Etrangères (+ 2 cdroms)).

" NICOTIANE, s. f. TABAC, (Hist. nat. Bot.) nicotiana, genre de plante à fleur monopétale, en forme d’entonnoir, & profondément découpée. Le pistil sort du calice, il est attaché comme un clou à la partie inférieure de la fleur, & il devient dans la suite un fruit membraneux, oblong ou arrondi & divisé par une cloison en deux loges qui renferment plusieurs semences attachées à un placenta. Tournefort, Inst. rei herb. " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751)

" TABAC, s. m. (Hist. nat. Bot.) herbe originaire des pays chauds, ammoniacale, âcre, caustique, narcotique, vénéneuse, laquelle cependant préparée par l’art, est devenue dans le cours d’un siècle, par la bizarrerie de la mode & de l’habitude, la plante la plus cultivée, la plus recherchée, & l’objet des délices de presque tout le monde qui en fait usage, soit par le nez, en poudre ; soit en fumée, avec des pipes ; soit en machicatoire, soit autrement.
On ne la connaît en Europe, que depuis la découverte de l’Amérique, par les Espagnols ; & en France, depuis l’an 1560. On dit qu’Hermandès de Tolède, est un des premiers qui l’ait envoyée en Espagne & en Portugal. Les auteurs la nomment en latin nicotiana, petunum, tabacum, &c. Les Américains qui habitent le continent l’appellent pétun, & ceux des îles yolt.
Les François lui ont aussi donné successivement différents noms. Premièrement, ils l’appelèrent nicotiane, de Jean Nicot, ambassadeur de François II. auprès de Sébastien, roi de Portugal en 1559, 1560, & 1561 ; ministre connu des savants par divers ouvrages, & principalement par son Dictionnaire français-latin, in-fol. dont notre langue ne peut se passer. Il envoya cette plante de Portugal en France, avec de la graine pour en semer, dont il fit présent à Catherine de Médicis, d’où vient qu’on la nomma herbe à la reine. Cette princesse ne put cependant jamais la faire appeler médicée. Ensuite on nomma le tabac, herbe du grand-prieur, à cause du grand-prieur de France de la maison de Lorraine qui en usait beaucoup ; puis l’herbe de sainte-croix & l’herbe de tournabon, du nom des deux cardinaux, dont le dernier était nonce en France, & l’autre en Portugal ; mais enfin, on s’est réduit à ne plus l’appeler que tabac, à l’exemple des Espagnols, qui nommaient tabaco, l’instrument dont ils se servaient pour former leur pétun.
Sa racine est annuelle ; son calice est ou long, tubuleux, & partagé en cinq quartiers longs & aigus ; ou ce calice est court, large, & partagé en cinq quartiers obtus. Sa fleur est monopétale, en entonnoir, découpée en cinq segments aigus & profonds, étendus en étoile ; elle a cinq étamines : son fruit est membraneux, oblong, rondelet, & divisé par une cloison en deux cellules.
On compte quatre espèces principales de tabac...  " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1re éd., 1751)

Sections

  • alimentation
  • botanique
  • mouton
  • pathologie
  • plante médicinale
  • plante méditerranéenne
  • plante toxique

Classification scientifique

  • Solanaceae

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [15/08/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32135 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 15586 photos ou dessins.