syncope (n. f.)

Bookmark and Share

Anglais

  • syncope

Etymologie

du gr. kopteîn, briser

Définition

Evanouissement (fainting) brusque et passager avec arrêt brutal des grandes fonctions (conscience, motricité, sensibilité, et/ou respiration, circulation).

Détails

On distingue la syncope respiratoire et la syncope cardiaque, accidents possibles de l'anesthésie générale.
La syncope cardiaque est précédée de malaise, elle comporte l'arrêt des battements du cœur, avec pouls imperceptible, elle est plus grave que la syncope respiratoire.

"... Syncope, en Médecine, est une grande & soudaine pâmoison, dans laquelle le malade reste sans aucune chaleur, ni mouvement, ni connaissance, ni respiration sensible : il est saisi par tout le corps d’une sueur froide, & tous ses membres sont pâles & froids, comme s’il était mort. Voyez Défaillance. Le mot est formé du grec σὺν, avec, & κόπτειν, couper, ou frapper.
La syncope est produite par plusieurs causes : 1°. par un épuisement de forces, comme après une longue diète, après des évacuations excessives, des exercices violents, des bains trop longtemps continués, &c. 2°. par le mouvement irrégulier des esprits, qui les empêche de se distribuer convenablement dans les parties, comme il arrive quelquefois dans la crainte, la colère, & d’autres passions violentes ; 3°. par des hémorragies excessives ; 4°. par une mauvaise constitution du sang, comme dans la cacochimie, ou dans les personnes qui ont pris quelque chose qui dissout ou coagule le sang ; 5°. par des maladies cachées, comme des abcès ou des polypes du cœur, des vers, &c. Une cause aussi fort ordinaire, est un accès de vapeurs ; les hypocondriaques & les femmes vaporeuses y sont fort sujettes ; le resserrement du genre nerveux est la cause de ce symptôme. Dans ce cas, l’effet prompt & assuré des calmants, des antispasmodiques, est une preuve de cette théorie.
Dans les assemblées nombreuses & pressées, on tombe quelquefois en syncope, à cause de l’air chaud, épais & impur, que l’on respire alors. Certaines femmes y tombent facilement par l’odeur du musc, de la civette, &c.
... On doit mettre la personne couchée sur le dos, lui soulevant un peu la tête, & la mettant à l’abri de la compression de ses habits, & de tout ce qui peut la gêner... " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751-1778)

Section

  • pathologie

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [03/12/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32253 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 16084 photos ou dessins.