sumacs (n. m.)

Bookmark and Share

Scientifique

  • Rhus L.

Anglais

  • sumac

Etymologie

gr. rhous, lat. rhus, sumac

Définition

Genre de plantes de la fam. des anacardiacées (Anacardiaceae) des régions tempérées et tropicales. Elles servent à préparer des teintures. Plusieurs espèces sont toxiques.

Détails

Exemples :
- Rhus coriaria, sumac des corroyeurs, vinaigrier (Sicilian sumac) ;  plante méditerranéenne, cf sumac des corroyeurs,
- Rhus cotinus L., arbre à perruques, fustet, coccigrue (sumac) ; arbuste à feuilles ovales larges ; les fleurs sont réunies en longs filaments roses, pl. présente dans la garrigue,
- Rhus glabra, sumac glabre, vinaigrier (red sumac),
- Rhus typhina, Rhus hirta, sumac amaranthe, sumac vinaigrier, vinaigrier, sumac à bois poilu, sumac de Virginie, sumac à queues de renard (staghorn sumac, stag's horn sumach), cf sumac amaranthe.

" RHUS, s. m. (Botan.) genre de plante dont les feuilles sont crénelées ou à trois dents ; son calice est petit, dentelé, & fendu en cinq quartiers. Les fleurs sont approchantes de celles de la rose, pentapétales & disposées en bouquets. L’ovaire qui est au fond du calice devient une capsule ronde, remplie d’une graine unique, & à-peu-près sphérique.
Les Botanistes comptent une douzaine d’espèces de rhus, dont la plupart sont d’Afrique & d’Amérique ; mais les deux espèces principales les plus connues sont le rhus à feuilles d’ormeau, & le rhus de Virginie. La première s’appelle en français sumac, & la seconde sumac de Virginie. Nous les décrirons l’un & l’autre au mot Sumac. (D. J.) ...

Il y a plusieurs espèces de sumacs.
1°. Le sumac à feuille d’orme : c’est le seul qui vienne naturellement en Europe, & celui qui a le moins d’agrément : on doit appliquer particulierement à cette espèce, ce qui a été dit ci-dessus.
2°. Le sumac de Virginie : c’est celui que l’on cultive le plus communément dans les jardins pour l’agrément de ses grappes rouges qui restent sur l’arbre pendant tout l’hiver ; son bois est fort tendre, mais il est veiné d’une couleur verte de deux nuances assez belles.
3°. Le sumac de Virginie velouté de rouge : c’est une variété du précédent, il fait un plus grand arbre, son accroissement est plus prompt, ses jeunes rameaux sont garnis de duvet d’un rouge fort vif, ses grappes de fleurs sont blanches, fort grandes, & éparses.
4°. Le sumac d’Amérique à bois lisse : c’est l’espèce qui a la plus jolie apparence, par la verdure bleuâtre de son feuillage & de ses jeunes rameaux, qui sont sans aucun duvet ; ses grappes sont éparses, & elles n’ont jamais de couleur apparente ; cet arbre fait une tige plus droite que les autres.
5°. Le sumac de Canada à feuilles longues, ou le vinaigrier : cet arbrisseau s’élève moins que les précédents ; ses feuilles sont luisantes & d’une couleur de vert de mer, & ses grappes de fleurs d’un rouge vif de la plus belle apparence ; il est vrai que ses branches viennent fort irrégulièrement, & qu’il pousse un grand nombre de rejetons, ce qui déprime un peu l’agrément qu’il a d’ailleurs.
6°. Le petit sumac de Virginie : cet arbrisseau ne s’élève guère qu’à quatre pieds ; sa fleur n’a rien de fort remarquable ; toute sa beauté consiste dans la singularité de ses feuilles qui sont doublement empannées, c’est-à-dire que le filet qui soutient plusieurs paires de folioles est bordé d’un fanage qui se réunit avec les folioles ; cet arbrisseau ne donne point de rejeton du pied, il faut le faire venir de graine.
7°. Le sumac de Caroline à fruit écarlate.
8°. Le sumac de Caroline à fruit noir : ces deux dernières espèces sont encore très-rares, & peu connues.
9°. Le sumac copal, rhus obsoniorum : cet arbre est originaire de la Caroline & de la Virginie, où il s’élève à plus de vingt pieds ; ses feuilles sont ailées & composées de quatre, cinq, ou six paires de folioles, mais celle qui termine le filet commun n’a point de pédicule ; il sort du tronc de cet arbre un suc épais qui a quelque ressemblance avec la gomme copal.
On connait encore de cinq ou six sortes de sumacs qui sont originaires de l’Afrique : ce sont de petits arbrisseaux fort délicats, qui n’ont d’autre agrément que d’être toujours verts... " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751-1778)

Sections

  • botanique
  • mouton
  • pathologie
  • plante méditerranéenne
  • plante toxique

Classification scientifique

  • Anacardiaceae

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [10/07/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32076 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 15366 photos ou dessins.