soufre (n. m.)

Bookmark and Share

Autre nom

  • S

Anglais

  • sulphur

Etymologie

latin sulfur

Définition

-1. Elément minéral important, de numéro atomique Z = 16 (16 protons), de masse atomique A = 32,066, constitutif des organismes vivants. Il a 4 isotopes : A = 32 à 36. Pur, c'est un solide de couleur jaune citron qui fond vers 113 °C et bout à 144,6 °C. Il existe sous deux formes cristallines : le soufre octaédrique et le soufre prismatique. On trouve des cristaux près des volcans et des sources chaudes. Il sert à fabriquer des allumettes, à vulcaniser le caoutchouc et à préparer l'ébonite. Ses dérivés sont l'acide sulfurique, le gaz sulfureux, le sulfure de carbone, les thiosulfates... On en fait de la poudre noire.
- 2. Chez les plantes et les animaux, sa molécule est présente dans certains acides aminés (dits soufrés : cystine, méthionine, etc.), qui sont indispensables pour les animaux. Chez les plantes, souvent considéré comme secondaire, il joue en fait un rôle parallèle à celui de l'azote. Les crucifères et les légumineuses (Fabaceae) en consomment d'importantes quantités.
- 3. carence en S : Moins de laine.
- 4. C'est un laxatif doux. Utilisé en lotions et en pommades, il a des propriétés antiparasitaires, antiséborrhéiques et kératolytiques

Détails

" Le soufre, que vous connaissez parfaitement, provient en partie des minerais pyriteux qui le contiennent sans qu'il soit visible à l'œil, mais dont la présence se décèle, lorsqu'on vient à le jeter sur le feu, par la flamme et l'odeur qui lui sont particulières. L'autre portion du soufre qui est versé dans le commerce se trouve tout formé dans la nature, il jouit de tous les caractères que vous lui connaissez, c'est-à-dire de sa couleur jaune, de son odeur et de la facilité avec laquelle il s'enflamme, en répandant cette odeur piquante qui vous est si bien connue.
Le soufre naturel se forme continuellement aux environs de ces montagnes brûlantes qu'on nomme volcans, et en Islande, par exemple, il se renouvelle si rapidement qu'un an après l'avoir extrait à la pelle jusqu’à la profondeur de 3 à 4 pieds (1 mètre à 1 mètre 33), on en trouve tout autant dans les mêmes places. Les montagnes qui produisent du sel, des sources salées et du plâtre, contiennent aussi pour l'ordinaire des quantités notables de soufre natif, quoique ces terrains n'aient aucun rapport avec les volcans.
Le soufre du commerce pèse environ 150 livres (75 kilog. ) le pied cube. On le vend sous la forme de canons et sous celle de poudre nommée fleur de soufre. L'un et l'autre se préparent dans les manufactures de Marseille. Les principales mines qui le fournissent. sont exploitées en Sicile, dans le royaume de Naples, en Russie, en Islande et en Amérique ; mais les usines de Suède, d'Angleterre, d'Allemagne, et même de France, où l'on traite des minerais pyrititeux de cuivre ou de fer, en produisent aussi en assez grande quantité.
L’usage le plus important du soufre est d'entrer pour plus d'un dixième, et même jusqu'à un cinquième dans la fabrication de la poudre à canon. Il est aussi pour les neuf dixièmes dans la fabrication de l'huile de vitriol (acide sulfurique).
La préparation des allumettes et des mèches que l'on brûle dans les vaisseaux vinaires, l'usage que l'on fait du soufi e pour le scellement des ferrures, pour détacher le linge taché de fruits et pour blanchir la gaze et les chapeaux de paille , forment à peu près tous les usages et toute la consommation domestique de cette substance. J'en ajouterai cependant un fort important, et que je recommande expressément; le voici : lorsque le feu prend à une cheminée .quelles que soient sa hauteur et sa force, on parvient à l'éteindre subitement si l'on jette dans le brasier même qui a mis le feu, deux bonnes poignées de fleur de soufre, en soulevant un des coins du drap dont on aura commencé par boucher le devant de la cheminée. Ce moyen est si parfait, que je voudrais que l'on se déterminât a placer dans un des coins de chaque cheminée une livre de fleur de soufre , destinée d'avance à parer à l'événement.  " (Brard C.P., 1826. Minéralogie populaire ou avis aux cultivateurs et aux artisans... Paris,  Libraire Louis Colas, 32 rue Daupine ed., 1 vol., 102 p., p. 66-68)

" SOUFRE pierre de, (Hist. nat.) on trouve en Franche-Comté des cailloux qui sont d’une forme arrondie irrégulière, & lorsqu’on vient à les briser, on trouve que ces cailloux formaient une espèce de croute, qui sert d’enveloppe à du soufre natif.

Soufre, s. m. (Hist. nat. Minéralogie & Chimie.) sulphur ; c’est une substance solide, mais friable, d’un jaune clair lorsqu’il est pur, très-inflammable, & qui en se brûlant répand une flamme bleuâtre accompagnée d’une odeur pénétrante & suffocante. Il se fond très-aisément lorsque le feu ne lui est point immédiatement appliqué, & pour lors il ne s’enflamme point.
La nature nous présente le soufre de deux manières : ou il est pur & sous la forme qui lui est propre, ou il est combiné avec d’autres substances du règne minéral, qui par leur union avec lui le rendent méconnaissable ; c’est ainsi qu’il est dans les mines où il est combiné avec les métaux.
Le soufre pur que l’on nomme aussi soufre fossile, soufre natif, ou soufre vierge, se trouve abondamment dans quelques endroits de la terre ; ce n’est que dans le voisinage des volcans & des endroits sujets aux embrasements souterrains que ce soufre se rencontre ; & par-tout où on le voit, on doit supposer qu’il a été produit & sublimé par les feux de la terre ; ils l’ont dégagé des substances avec lesquelles il était combiné ; ils l’ont sublimé comme aurait pu faire un fourneau, & ils l’ont porté à la surface de la terre...  " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751-1778)

Sections

  • agropastoralisme
  • alimentation
  • chimie
  • minéral
  • pathologie
  • pharmacie

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2019, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [14/10/2019]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 31960 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 14035 photos ou dessins.