soie 2 (n. f.)

Bookmark and Share

Anglais

  • silk

Etymologie

lat. saeta, poil rude

Définition

C'est une protéine fibreuse. C'est le seul fil de grande longueur et continu obtenu dans la nature.

Détails

Cette fibre animale naturelle est produite par le ver à soie surtout (soie naturelle à partir du cocon du bombyx), par d'autres papillons séricigènes (soie sauvage), par d'autres insectes comme les staphylins, des mouches, des taons, des puces, par des araignées et par des coquillages comme les moules, les pectens et les jambonneaux (soie marine ou byssus). La soie végétale est produite par une plante du Proche-Orient.

" SOIE, s. f. (Gram. & Hist. nat.) est un fil mol, fin, délicat, & léger, qui est l’ouvrage d’un insecte appelé bombix ou ver à soie.
Les anciens ne connaissaient guère les usages de la soie, ni la manière de la travailler : ils la regardaient comme l’ouvrage d’une sorte d’araignée ou escargot, qui la tirait de ses entrailles, & l’entortillait autour des petites branches des arbres. Ils appelaient cet insecte ser de Seres, nom d’un peuple de Scithie qui le conservaient : c’est de-là que la soie même est appelée sericum. Mais le ser a bien peu de ressemblance avec notre bombix ou ver à soie ; le premier vit cinq années ; mais le dernier meurt tous les ans, après s’être enveloppé dans une coque ou boule jaunâtre, qui, composée de petits fils attachés en rond, fait ce que nous appelons la soie.
C’est dans l’île de Cos que l’art de façonner la soie a été inventée d’abord, & on en donne l’honneur à Pamphile fille de Platis. Cette découverte ne fut pas longtemps inconnue aux Romains. On leur apportait la soie de Sérica qui était le lieu où on trouvait les vers qui la produisent. Mais ils étaient si éloignés de tirer avantage de cette découverte, qu’on ne put pas venir à bout de leur faire croire qu’un fil si beau était l’ouvrage d’un ver, & qu’ils formaient là-dessus mille conjectures chimériques.
Cet entêtement fut cause que la soie fut une marchandise bien rare chez eux pendant plusieurs siècles. On l’achetait même au poids de l’or ; de sorte que Vopisque rapporte que l’empereur Aurélien refusa à l’impératrice son épouse une robe de soie qu’elle lui demandait avec beaucoup d’instance, par la raison qu’elle couterait trop. Dans la suite, deux moines arrivant des Indes à Constantinople en 555, apportèrent avec eux une grande quantité de vers à soie, avec les instructions nécessaires pour faire éclore les œufs, élever & nourrir les vers, pour en tirer la soie, la filer & la travailler : après quoi on établit pour cela des manufactures à Athènes, à Thèbes & à Corinthe...  " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751-1778)

Sections

  • ver à soie
  • zootechnie

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [19/09/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32141 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 15733 photos ou dessins.