sesban (n. m.)

Bookmark and Share

Scientifique

  • Aeschynomene sesban L.(1753)
  • Sesbania aegyptiaca Poiret (1806)
  • Sesbania sesban (L.) Merrill

Anglais

  • Sesban

Définition

Fam.des fabacées (Fabaceae, légumineuses). Arbuste ou petit arbre pouvant atteindre 8 m de hauteur, à vie courte (bisannuel au Sénégal). Les tiges peuvent atteindre 12 cm de diamètre. L’arbre est pubescent.

Détails

Sesbania sesban est divisé en deux sous-espèces, spp sesban et spp punctata (DC.) J.B. Gillet, cette dernière se rencontrant du Sénégal jusqu’au Soudan. Les différences sont uniquement botaniques.
Ecologie : l’origine exacte de Sesban est inconnue ; il est largement répandu dans tous les tropiques.
Il croît dans des régions arides ou semi arides jusqu’à des régions subhumides avec des pluviométries s’étalant de 500 à 2000 mm. Il supporte des températures froides mais pas le gel ; aussi peut-on le trouver à des altitudes importantes : 2300 m en Afrique. Il accepte des sols variés en pH et en texture, supporte des sols parfois envahis d’eau sauf à l’état de plantule.
Agronomie : Sesban se multiplie par graines mais comme beaucoup d’arbustes, le semis en pépinières puis la plantation de jeunes plants sont conseillés pour une meilleure installation. Les semences sont dormantes et une scarification mécanique, à l’eau chaude, ou à l’acide sulfurique est nécessaire.
Les plantules vont former leurs nodules 3 à 4 semaines après le semis en présence des rhizobiums normalement présents dans le sol. Dans le cas de sols stériles, l’inoculation avec une souche spécifique de Bradyrhizobium est quelquefois nécessaire.
Sesban a une croissance rapide mais un binage ou un désherbage est quand même nécessaire à l’implantation. La fertilisation en phosphore (phosphates naturels en milieu acide) favorise l’inoculation et la croissance.
La teneur en azote des feuilles varie de 3 à 4,5 % de la MS. La faible teneur en cellulose facilite la digestibilité ; cependant des facteurs antinutritionnels (composés polyphénoliques) limite son utilisation dans les rations des monogastriques.
Production : les fréquences et l’intensité de l’émondage sont les dominantes de la productivité en fourrage ; il ne faut pas réaliser la première coupe avant que la plante n’ait atteint 4 m de hauteur. Les fréquences de coupes ne peuvent dépasser 4 à 5 par an à une hauter de 75 -100 cm de haut.
Les rendements peuvent alors atteindre plus de 10 t de MS par ha dont 60 % sont consommables par les animaux. Les rendements en graines sont de l’ordre de 1 à 2 t de graines par ha.
Utilisation : essentiellement fourragère pour les feuilles et les jeunes brindilles distribuées aux ruminants ; les branches épaisses et les tiges sont utilisées comme bois de feu. L’arbuste peut servir d’ombrage dans les plantations (café...) ou de support vivant (poivrier) ou de brise-vent pour d’autres cultures (bananes)

Sections

  • botanique
  • plante fourragère

Classification scientifique

  • Fabaceae

Voir aussi

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [15/08/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32135 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 15586 photos ou dessins.