senne (n. f.)

Bookmark and Share

Autre nom

  • seine (n. f.)

Anglais

  • grag seine
  • seine
  • seine net

Définition

Filet de pêche mouillé en pleine eau pour encercler un banc de poissons (senne tournante), tiré par un bateau et traîné sur les fonds sableux ou tiré à partir du rivage (senne de plage, traîne).

Détails

Il forme souvent un sac en son milieu.

" Seine, terme de Pêche, sorte de filet qui sert à faire la pêche du hareng, ainsi que nous allons le dire.
Les pêches du hareng & du maquereau sont flottantes, c’est-à-dire que la tête des filets, garnie de liège reste à la surface de l’eau, ou seulement un peu plongé, à la volonté du maître pêcheur. Ces filets ne peuvent prendre que des poissons passagers ; ainsi ils ne nuisent point au bien général de la pêche.
Lorsque le bateau est arrivé au lieu où l’on se propose de faire la pêche avant de jeter à la mer la tessure, qui est toute la longueur des seines jointes ensemble, pour ne faire, pour ainsi dire, qu’un seul filet ; l’équipage amène le grand mât, & ne donne à la voile de misaine que ce qu’il lui en faut pour le soutenir à la marée pendant qu’ils tendent le filet. Les pêcheurs même des grandes gondoles font cette manœuvre en un instant, & s’ils n’ont point besoin de leur misaine, qu’ils nomment borset, ils amènent la marterelle, qui reste dans la même place ou tombe-arrière.
Ensuite on lève presque tout le pont par feuilles d’écoutilles, pour tirer des rumbs, les filets qui y sont levés ; on jette à la mer un hallin, dont le bout est soutenu d’un baril de bout ; on frappe les seines sur le hallin, de trois en trois pièces de seines, qui ont chacune quatre brasses ; on y frappe pour soutenir les seines & le hallin un quart de petite futaille ; l’autre bout du hallin est amarré au bateau, que les filets font dévirer avec eux à la marée ; les seines plongent dans eau de quelques brasses au moyen d’un petit cordage avec lequel elles sont frappées sur le hallin, qu’on peut allonger ou raccourcir suivant que l’on juge que le hareng prend le fond, ou approche de la surface de l’eau ; les filets qui sont fort lourds tombent perpendiculairement ; mais la tête est soutenue de flottes de liège amarrées sur le bauchet, ou la tête du filet à un pied de distance les uns des autres. Les harengs qui se trouvent dans le passage de la tissure sont arrêtés ; & comme il est du naturel des poissons de pousser toujours avec leur tête pour se faire passage, ils se maillent dans le filet où ils sont pris par les ouïes ; au bout de quelques heures on halle à bord les seines pour en retirer le poisson ; on ne prend de cette manière avec les seines uniquement que des harengs, quelquefois, mais rarement, des jeunes maqueraux, quelques scelans, de fausses aloses, qui sont comprises avec les harengs sous un même genre, & qui se trouvent confondus avec eux ; les seines jointes ensemble font plus de 6 à 700 brasses pour la tissure d’un seul bateau. Toute cette manœuvre est représentée dans nos Planches.
Cette pêche doit se faire la nuit, & plus elle est obscure, plus on la peut espérer bonne.

Seine ou Traîne, terme de Pêche,
sorte de filet dont le coleret est une espèce ; la seine est construite comme le coleret, mais elle est tirée par deux bateaux, au-lieu que le coleret l’est par des hommes ou des chevaux. Cette pêche se fait de basse-mer, & cesse aussi-tôt que le flot commence à venir ; on ne prend ordinairement avec cet engin que des flets, lesquelles restent volontiers dans les bassures après que la mer s’est retirée...  " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751-1778)

Sections

  • pêche
  • zoologie

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [27/05/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32063 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 15207 photos ou dessins.