rumination (n. f.)

Bookmark and Share

Anglais

  • cudding
  • rumination

Etymologie

lat. ruminatio

Définition

Fonction physiologique des ruminants qui consiste à faire revenir les aliments de l'estomac pour les mâcher avant de les avaler définitivement.

Détails

Les ruminants et les tylopodes (Camélidés) avalent de l'herbe en la mâchant peu et la stockent dans leur panse. Lorsqu'ils se reposent, l'herbe est régurgitée dans la bouche et mâchée longuement. La bouillie qui en résulte est avalée, passe dans le feuillet et la caillette et les intestins où elle est digérée. La rumination permet la digestion de la cellulose grâce à l'action des microorganismes de la panse.

"  Ruminants ...  La rumination est l'acte par lequel les matières alimentaires, parvenues dans l'estomac après avoir subi une mastication incomplète, sont ramenées à la bouche, où elles sont broyées à nouveau, pour être ensuite définitivement dégluties et digérées. La plupart des Ruminants sont des animaux faibles et timides qui vivent dans la crainte continuelle de leurs ennemis. Aussi se hâtent-ils d'ingérer les herbes et les feuilles qui constituent leur nourriture, en leur faisant subir à peine une trituration grossière. Ces matières vont s'accumuler dans la panse et quelque peu dans le réseau, où elles subissent déjà certaines fermentations. Puis, les animaux cherchent un lieu tranquille et abrité, et font alors revenir les aliments dans la bouche, pour les soumettre à une seconde mastication (mastication mérycique)...
Réduits en fine bouillie par la mastication mérycique, ces aliments passent dans la gouttière œsophagienne transformée en canal par le rapprochement de ses bords, et gagnent alors en grande partie le feuillet et la caillette. Le feuillet retient entre ses lames les substances qui n'ont pas été suffisamment atténuées pour passer dans la caillette : c'est donc un organe de trituration, mais il ne peut remplir ce rôle qu'après avoir provoqué l'exsiccation de son contenu. C'est dans la caillette, enfin, que s'opère la véritable digestion gastrique. " (Railliet Alcide, "Traité de zoologie médicale et agricole", 2e éd. Asselin et Houzeau, Paris, 1895, p. 1117)

" RUMINATION, s. f. (Physiolog.) c’est en deux mots l’action de remâcher, qui est propre à quelques animaux ; mais on peut la définir plus exactement un mouvement naturel de l’estomac, de la bouche, & des autres parties, qui succède à une autre action des mêmes parties ; en sorte que par le moyen de ces deux actions, l’aliment avalé d’abord à la hâte, est de nouveau rapporté à la bouche, où il est remâché, puis avalé une seconde fois, le tout pour le bien & l’avantage de l’animal.
Les bêtes qui ruminent sont les bœufs, les moutons, les cerfs, les chèvres, les chameaux, &c. Les animaux qui semblent imiter la rumination, & qui ne ruminent pas effectivement, ruminantia spuria, sont les taupes, les grillons-taupes, les abeilles, les escarbots, les crabes, les écrevisses de mer, les surmulets, le perroquet, & plusieurs oiseaux. Tous ces animaux ont leur estomac composé de fibres musculaires, par le moyen desquelles les aliments sont broyés différemment que dans les animaux ruminants. Moïse a confondu les uns & les autres. Il était occupé de plus grandes choses que de nos petites études. Nous savons aujourd’hui que l’action de ruminer est particulière à certains animaux ; que son appareil dépend de plusieurs ventricules appropriés à cet usage ; & que c’est un artifice curieux pour achever entièrement la mastication, pendant que les animaux ruminants se reposent... " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751-1778)

Sections

  • alimentation
  • physiologie

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [24/10/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32202 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 15853 photos ou dessins.