arsenic (n. m.)

Bookmark and Share

Autre nom

  • As

Anglais

  • arsenic

Etymologie

gr. arsenikos, arsenic

Définition

Semi-métal (métalloïde) de symbole As et de numéro atomique Z = 33, de masse atomique A = 74,9216, d'un gris brillant, très friable, volatil à 180°. En se volatilisant au feu, il répand une forte odeur d'ail. Il n'est pas toxique tant qu'il reste à l'état métallique, mais les composés sont de violents poisons, à l'exception des alliages. C'est un oligo-élément, nécessaire à toute petite dose. L'arsenic organique des plantes et des animaux est combiné avec du carbone ou de l'hydrogène.

Détails

Poison. - L'anhydride arsénieux, ou trioxyde d'arsenic (As2O3) (arsenic trioxide) sert à blanchir le verre et à préparer la mort-aux-rats. Il était utilisé autrefois dans les bains acaricides contre les tiques.
- Le trisulfure (As2S3), ou orpiment, est un colorant jaune utilisé dans les peintures.
- L'arséniure de gallium (GaAs) est un semi-conducteur, et participe à la fabrication du laser.
- L'intoxication aiguë à l'arsenic entraîne surtout une diarrhée sanguine qui ressemble au choléra avec fortes douleurs abdominales, puis collapsus et mort. Elle peut se produire par contamination d'aliments avec un antiparasitaire externe à base d'arsenic.
- Dans l'intoxication chronique, ou arsenicisme, on note mélanodermie, hyperkératose des mains et des pieds, alopécie et polynévrite douloureuse. Les ongles paraissent striés.

" Avis sur l'arsenic. Méfiez vous toujours, je vous prie, d'une poudre blanche et lourde, craignez que ce ne soit de l'arsenic, dont la plus petite dose suffit pour causer des coliques affreuses et la mort la plus cruelle.
Vous vous assurez que c'est effectivement de l'arsenic, en en jetant une pincée sur des charbons ardents : aussitôt il se produira une fumée épaisse, blanche, qu'il faut éviter de respirer et qui est accompagnée d'une odeur âcre qui ressemble à celle de l'ail.
L'arsenic que l'on vend chez les droguistes pour détruire les rats peut se confondre à l'œil avec la crème de tartre, le nitre, le sucre râpé, la farine, etc. Son poids seul peut donner, il est vrai, quelques soupçons, mais pour s'en assurer on n'a rien de mieux à faire que d'en jeter quelques parcelles sur des charbons bien allumés ainsi que je viens de vous le dire, car les méprises sont si fréquentes qu'on ne peut apporter trop de soins pour les éviter. On avait proposé dernièrement à ce sujet de colorer cet arsenic blanc et en poudre avec un peu de bleu de Prusse, afin d'éviter toutes méprises et de diminuer les empoisonnements criminels. Malgré tous ces avantages, le gouvernement n'a pas cru devoir accueillir ce moyen, dans la crainte qu'en diminuant le danger on ne diminuât aussi la juste terreur que cette substance doit inspirer.
L'arsenic blanc du commerce est une substance métallique que l'on prépare en Saxe et en Suède, et que l'on retire en fondant d’autres substances auxquelles l'arsenic est mélangé. Il sert non seulement à détruire les rats, mais aussi dans la teinture, l'art vétérinaire et la fabrication des miroirs de télescopes. " (Brard C.P., 1826. Minéralogie populaire ou avis aux cultivateurs et aux artisans... Paris,  Libraire Louis Colas, 32 rue Daupine ed., 1 vol., 102 p., p.85-86)

" L’arsenic est un demi-métal d’un gris luisant, à-peu près comme le fer, mais composé d’un amas de lames ou de feuillets. Il perd son éclat & se noircit à l’air, il se dissout dans tous les dissolvants & les liqueurs, il entre en fusion dans le feu, & il s’y dissipe sous la forme d’une fumée blanche, épaisse, accompagnée d’une odeur d’ail très forte, c’est surtout à cette odeur que l’on peut reconnaître sa présence : c’est un poison très violent.
On voit par ces propriétés de l’arsenic qu’il est un vrai protée, qui à de certains égards, approche de la nature des sels, tandis que par d’autres il a des caractères qui conviennent aux métaux & aux demi-métaux, c’est ce qu’on verra encore plus clairement par les détails que nous donnerons de ses effets...
L’arsenic se trouve sous différentes formes dans le sein de la terre. 1°. Il se trouve tout pur, c’est ce qu’on nomme arsenic natif ; alors il n’est combiné avec aucune autre substance du genre minéral ; on le reconnaît à sa couleur grise, à la fumée blanche qu’il répand dans le feu, & à son odeur d’ail : cet arsenic exposé au feu se sublime entièrement sans laisser aucun résidu. On le trouve aussi tout pur sous la forme d’un cristal blanc & transparent, semblable à du verre blanc ; enfin on le trouve encore tout pur sous la forme d’une poudre blanche ou d’une farine.
2°. L’arsenic se trouve combiné avec du soufre, & alors il est ou jaune citron, ou d’un jaune orangé, ou d’un rouge quelquefois aussi vif que celui d’un rubis ; alors on le nomme arsenic jaune, orpiment, risigallum ; sa couleur plus ou moins rouge vient du plus ou du moins de soufre avec lequel il est combiné. On a trouvé que l’arsenic d’un jaune de citron pouvait contenir un dixième de soufre, & que l’arsenic rouge en contenait un cinquième. Wallerius donne le nom d’orpiment à de l’arsenic jaune, renfermé dans une pierre talqueuse ou par feuillets comme le mica ; il paraît que cela ne change point la nature de cette mine.
3°. L’arsenic se trouve dans une pierre noire, mêlée de bitume, que l’on nomme pierre arsenicale, il paraît qu’il y est tout pur, puisque cette pierre cassée est luisante comme du plomb fraîchement coupé. Les Allemands l’appellent fliegen stein, pierre aux mouches, parce qu’on la pulvérise, on la mêle avec de l’eau & du sucre, & on la met sur une assiette, & ces insectes vont en manger, ce qui les fait périr. C’est à cette mine d’arsenic que l’on donne quelquefois le nom de cobalt écailleux ou cobalt testacé, parce qu’elle a la forme d’écailles. En général il faut observer que les mineurs d’Allemagne, peu exacts dans leurs dénominations, donnent le nom de cobalt à presque toutes les mines d’arsenic.
4°. L’arsenic se trouve dans la pyrite blanche, que les Saxons nomment mispikkel ou pyrite arsenicale. Cette mine est composée d’un assemblage de lames ou de feuillets blancs comme de l’étain ou de l’argent. L’arsenic y est combiné avec le fer & le soufre.
5°. L’arsenic se trouve dans une mine que les Allemands appellent kupfernikkel, qui est d’un rouge semblable à celui du cuivre, & que l’on doit nommer mine d’arsenic d’un rouge cuivreux.
6°. Il se trouve mêlé ou combiné avec de la terre que l’on nomme terre arsenicale ; on peut la reconnaître à la fumée qu’elle répand dans le feu & à son odeur d’ail.
Voilà les principales mines de l’arsenic ; mais outre cela, il se trouve dans un nombre infini de mines des autres métaux, & surtout dans les mines d’argent, dans les mines de cuivre, dans les mines de plomb, de fer & d’étain ; il joue aussi bien que le soufre le principal rôle dans la minéralisation des métaux, c’est-à-dire qu’il leur fait prendre des formes tout-à-fait étrangères. C’est ainsi que l’arsenic combiné avec de l’argent le change en cristaux rouges & transparents, que l’on nomme mine d’argent rouge. Il fait prendre à l’étain une forme cristallisée, voyez Etain ; il change le plomb en cristaux blancs & verts, voyez Plomb, d’où l’on voit que l’arsenic a la propriété de s’unir très intimement avec les substances métalliques, desquelles on a beaucoup de peine de le dégager par le grillage & par les travaux de la Métallurgie.
L’arsenic est très-volatil, & il s’élève très-facilement sous la forme de vapeurs dans les souterrains des mines ; c’est à lui que sont dues en partie les effets funestes des exhalaisons minérales... Toutes ces propriétés de l’arsenic l’ont fait regarder comme un générateur des métaux & comme un mercure coagulé. Le célèbre Henckel dit avoir obtenu de l’argent en traitant un mélange de craie & d’arsenic. Les Alchimistes ont cherché la pierre philosophale dans cette substance, & lui ont attribué des vertus tout-à-fait extraordinaires... " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751-1778)

Sections

  • chimie
  • pathologie
  • pharmacie

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2018, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [11/12/2018]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 31917 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 13194 photos ou dessins.