râle (n. m.)

Bookmark and Share

Autre nom

  • râlement (n. m.)

Anglais

  • rale

Définition

Bruit anormal supplémentaire intermittent entendu à l'auscultation du poumon, comparable à celui qui se produit quand on souffle dans un tuyau contenant un peu d'eau.

Détails

Il est dû au passage de l'air dans une partie rétrécie ou à la mobilisation bruyante des parois des alvéoles.
On distingue :
- les râles bronchiques secs (ronflants, sibilants),
- les râles bronchiques humides (bulleux, caverneux),
- les râles crépitants secs,
- les râles crépitants humides (vésiculaires),
- les râles caverneux.

" Rale ou Ralement, (Médecin. séméiotique.) on appelle ainsi une espèce de son qui se fait entendre dans le gosier de quelques malades, & qui imite assez bien, suivant la remarque d’Hippocrate, le bruit de l’eau bouillante ; il est un peu plus fort que le ronflement. Son nom est sans doute tiré de la sensation qu’il excite dans l’oreille, & il en exprime assez bien la nature. Il semble en effet que les malades au râle prononcent ce mot à chaque expiration.
Les Grecs l’appellent ῥέγχος, & les Latins stertor, d’où est venu le terme de respiration stertoreuse, synonyme à râlement. Cette espèce de son paraît d’abord occasionnée par l’air qui étant exprimé par la trachée-artère, rencontre dans sa cavité ou dans la gorge des humeurs qui s’opposent à son passage, il les agite, les divise, se mêle avec elles en forme des bulles, & les fait, pour ainsi dire, bouillonner : telle est l’idée que présente naturellement la nature de ce bruit...
Il est facile de juger par-là que ce symptôme doit être d’un très-mauvais augure dans toutes les maladies ; l’observation est ici d’accord avec le raisonnement, & elle est si généralement connue, qu’elle a donné lieu à cette façon de parler usitée même parmi le peuple : il est au râle, dit-on d’un malade, lorsqu’on veut signifier qu’il n’y a plus d’espoir, & que la mort est très-prochaine. Le râlement est regardé communément comme un signe d’agonie. Presque tous les malades dans lesquels Hippocrate l’a observé, sont morts, epidem. lib. VI. text. 9. 16. 20. 27. 47, &c. Cependant pour que ce signe soit plus décisivement mortel, il faut qu’il soit joint aux autres signes fâcheux ; & ce n’est que sur l’ensemble des différents signes, qu’un médecin prudent établit son pronostic. Ainsi lorsque le râlement paraît au commencement d’une maladie, lorsque la nature est encore forte, & que la mort n’est annoncée par aucun autre accident, on peut espérer que le râlement se dissipera, & que l’issue de la maladie n’en sera pas moins heureuse...  (b) " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751-1778)

Section

  • pathologie

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [15/08/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32135 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 15586 photos ou dessins.