puce chique (n. f.)

Bookmark and Share

Latin

  • Tunga penetrans
  • Sarcopsylla penetrans

Autres noms

  • chique
  • puce des sables
  • puce pénétrante

Anglais

  • chigger
  • chigoe
  • jigger
  • sand flea

Définition

Fam. des hectopsyllidés (Hectopsyllidae). Insecte aphaniptère. Fem. de 1 mm de long. Mâle plus petit.

Détails

Elles vivent dans les bois et surtout sur le sable en pays tropicaux. Elles se jettent sur l'homme et les animaux (porcs). La fem. fécondée s'enfonce sous l'épiderme 6-7 j. Les 2e et 3e anneaux de l'abdomen se dilatent énormément comme un pois. Les plaies peuvent se compliquer.

" La Sarcopsylle pénétrante (Sarcopsylla penetrans [L.]), vulgairement Puce pénétrante, Puce des sables ou Chique, est un fort petit Insecte, car le mâle, ainsi que la femelle à jeun et non fécondée, mesure à peine 1 millimètre de longueur. Le corps est ovale, comprimé d'un côté à l'autre, de teinte brun roussâtre, avec la tête un peu plus foncée.
L'accouplement a lieu anus contre anus, les deux individus restant accolés environ huit à dix minutes.
La Chique se rencontre a peu près dans toute l'Amérique intertropicale, depuis le nord du Mexique jusqu'au sud du Brésil. Elle a été introduite en Afrique vers 1872, et s'y est propagée avec une étonnante rapidité.
Elle se tient sur les herbes sèches, dans les bois, dans les plantations ; elle est surtout très abondante dans le sable : enfin, on la rencontre aussi dans les habitations mal tenues, dans les cases des nègres, dans les écuries, les basses-cours, etc. De là, elle se jette sur l'Homme, ainsi que sur la généralité des animaux à sang chaud, domestiques ou sauvages : les Porcs souffrent beaucoup de ses attaques, de même que les Chiens, Chats, Moutons, Chèvres, Bœufs, Chevaux, Anes et Mulets ; les Oiseaux mêmes n'en sont pas exempts.
Le mâle et la femelle non fécondée sont des parasites temporaires, comme les Puces vraies ; ils sont à peine plus importuns que celles-ci ; mais la femelle fécondée, qui a besoin d'absorber une grande quantité de sang pour le développement de sa progéniture, se fixe à demeure sur l'hôte qu'elle choisit. Chez l'Homme, elle s'implante d'ordinaire sous les ongles des orteils ou dans d'autres régions du pied ; chez les Mammifères domestiques, c'est également à la partie inférieure des membres qu'elle s'adresse de préférence. La douleur de la piqûre est insignifiante et toute passagère, de sorte que les voyageurs atteints pour la première fois n'y prennent pas garde. La Chique s'introduit entre le derme et l'épiderme, suce le sang des papilles dermiques et ne tarde pas à augmenter de volume : la tête et le thorax ne subissent pas d'accroissement sensible, mais l'abdomen, par suite du développement des œufs, se gonfle jusqu'à acquérir le volume d'un pois. La dilatation ne porte que sur les deuxième et troisième anneaux de l'abdomen, les autres conservant leurs dimensions primitives. Elle amène un décollement progressif de l'épiderme et provoque ainsi la formation d'une petite cavité dont les parois se moulent sur le corps de l'animal. La tête occupe le fond  ; l'anus est tourné vers l'extérieur.
La présence du parasite est indiquée par une tumeur arrondie, de la grosseur d'un pois, circonscrite par l'épiderme et percée à son sommet d'un petit orifice laissant à peine apercevoir les derniers anneaux de l'abdomen. Le corps de la Chique, lorsqu'elle est parvenue au terme de sa gestation, a été comparé, par suite de sa taille et de sa couleur blanchâtre, à un fruit de gui : il peut contenir une centaine d'œufs. Sa présence est le point de départ d'une irritation assez vive : la peau s'enflamme, et la pression qui résulte de ce travail inflammatoire tend à expulser la Chique à la façon d'un corps étranger. Souvent alors l'abdomen se rompt, et les œufs sont rejetés à l'extérieur, tandis que le corps demeure encore quelque temps dans la plaie et ne se détache qu'avec l'épiderme environnant.
Mais il arrive que les choses ne se passent pas d'une façon aussi régulière. La plaie se convertit souvent en ulcère ; elle a de la tendance à s'étendre et à se gangrener. D'ailleurs, la présence de l'Insecte détermine une démangeaison de plus en plus vive, qui porte souvent le patient à se gratter sans mesure, et une inflammation violente peut en résulter. Si plusieurs femelles s'implantent sur un même point, les troubles sont encore plus à craindre. Chez l'Homme, il survient parfois des nécroses des os ou des tendons, donnant lieu à des fistules plus ou moins profondes, s'accompagnant d'arthrites et entraînant même dans certains cas la chute des phalanges. Des lésions du même genre s'observent chez les animaux : on en voit qui ont le corps couvert de cicatrices, les oreilles déformées, qui ont perdu des doigts ou une extrémité entière. R. Blanchard a examiné un pied de Porc rapporté de Monrovia (République de Libéria) par J. Jullien, et qui présentait des Chiques tellement serrées les unes contre les autres que la peau offrait, après leur extirpation, l'aspect alvéolaire d'un gâteau de miel.
L'œuf de la Chique est ellipsoïde, à surface finement granuleuse ; il en sort une larve vermiforme, dont l'évolution est tout à fait analogue à celle des Puces proprement dites. " (Raillet Alcide, "Traité de zoologie médicale et agricole", 2e éd. Asselin et Houzeau, Paris, 1895, p. 806-8)

Sections

  • parasitologie
  • pathologie

Classification française

  • insecte
  • siphonaptère

Classification latine

  • Siphonaptera

Voir aussi

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2016, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [06/12/2016]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 31206 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 9925 photos ou dessins.