poumon (n. m.)

Bookmark and Share

Anglais

  • lung

Etymologie

lat. pulmo, pulmonis

Définition

Organe de la respiration très élastique des animaux à respiration aérienne constitué par l'ensemble des alvéoles pulmonaires, des bronchioles et des bronches ainsi que des vaisseaux artériels et veineux qui les accompagnent. Les deux poumons sont logés dans la cage thoracique. Cf système respiratoire.

Détails

" Mammifères ... L'appareil respiratoire comprend deux poumons un peu inégaux, suspendus dans la cavité thoracique et recevant l'air par une trachée à peu près droite, presque toujours constituée par des anneaux cartilagineux incomplets. A sa partie antérieure, elle offre une dilatation, le larynx, dont les parois sont formées par des cartilages complexes et donnent attache à des replis musculeux ou cordes vocales, ce qui en fait un appareil phonateur remarquable. L'orifice laryngien ou glotte est surmonté d'une épiglotte mobile. A son extrémité inférieure, la trachée est dépourvue de l'organe que nous avons signalé sous le nom de syrinx chez les Oiseaux. Elle se divise le plus souvent en deux bronches, qui se subdivisent elles-mêmes par dichotomie en bronches de plus en plus fines, de manière à devenir enfin uniquement musculo-membraneuses. Les dernières divisions se terminent dans des ampoules, les lobules pulmonaires, dont les parois forment un certain nombre de petits culs-de-sac, les vésicules ou alvéoles pulmonaires. — Les poumons sont entourés d'une membrane séreuse, la plèvre, et séparés des viscères abdominaux par une cloison musculo-aponévrotique, le diaphragme. " (Railliet Alcide, "Traité de zoologie médicale et agricole", 2e éd. Asselin et Houzeau, Paris, 1895, p. 1082-3)

" POUMON, (Anatomie) c’est une partie du corps humain, qui est composée de vaisseaux & de vésicules membraneuses, & qui sert pour la respiration. Voyez Respiration.
Les poumons sont divisés en deux gros lobes par le médiastin, & chacun de ces lobes, en d’autres moindres. Le gros lobe droit est quelquefois divisé en trois ou quatre, par le moyen de certaines scissures qui vont du bord antérieur au bord postérieur. Le gros lobe gauche est divisé en deux pour l’ordinaire ; mais en examinant de près ces grands lobes, on voit qu’ils se partagent en lobules fort petits, irréguliers et très-distinctement séparés, lesquels sont environnés d’une substance cellulaire qui en fait la séparation, & qui peut se gonfler.
Lorsque ces gros lobes sont gonflés, le poumon de l’homme ressemble assez à celui des différents animaux qui sont exposés dans les boucheries.
La substance des poumons est membraneuse, étant composée d’une infinité de cellules ou vésicules, qui semblent n’être autre chose que des expansions des membranes des bronches, auxquelles elles sont suspendues comme des grappes de raisin, tellement qu’en soufflant dans l’un des rameaux des bronches, les cellules ou vésicules qui lui appartiennent, se gonflent ; tandis que les autres qui ne lui appartiennent pas, demeurent flasques & dans le même état. Voyez Bronches... " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751-1778)

Section

  • anatomie

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [19/09/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32141 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 15733 photos ou dessins.