pissenlit (n. m.)

Bookmark and Share

Scientifique

  • Taraxacum sect. Ruderalia
  • Taraxacum officinale Web.

Autres noms

  • chopine
  • cochet (n. m.)
  • couronne-de-moine
  • dent-de-lion (n. m.)
  • florin d'or
  • lachasson
  • laitue de chien
  • liondent
  • morre de porc
  • oeil-de-bœuf
  • reponchon
  • salade de taupe

Anglais

  • blowball
  • dandelion
  • monk's head
  • priest's crown
  • yellow gowan

Etymologie

gr. taraxis, trouble et akonei, guérir ; pissenlit car il est si diurétique qu'il est arrivé que des enfants fassent pipi au lit

Définition

Espèce de la fam. des astéracées (Asteraceae, composées). H. 10-60 cm. Plante commune aux feuilles en rosette, sans poils, découpées, d'un vert vif et aux capitules de fleurs jaunes. Les feuilles sont découpées en segments pointus dirigés vers le bas. Un rhizome. Les graines, des akènes munies de longs poils (aigrettes) sont disséminées par le vent.
Il peut transmettre la fasciolose de l'homme.

Détails

Il vit en Eurasie, en Afrique du Nord et en Amérique du Nord.  Pl. présente dans la garrigue. 
C'est l'hôte de chenilles de papillons : écaille martre (arctidés), etc.
Plante médicinale présente en France : diurétique, laxatif, apéritif, tonique, cholérétique, etc. Les racines peuvent servir de substitut au café. Les feuilles sont riches en fer, en vitamine  A et en vitamine C. Mais, l'homme peut ingérer des métacercaires de grande douve du foie (fasciolose de l'homme) par l'eau de boisson ou en consommant du cresson ou du pissenlit.

" PISSENLIT, s. m. (Botan.) nom vulgaire de la principale espèce du genre de plante nommé par Tournefort dens leonis, dent de lion, & dont on a indiqué les caractères sous ce dernier mot.
Sa racine est environ de la grosseur du petit doigt, & laiteuse. Ses feuilles sont oblongues, pointues, découpées profondément des deux côtés, comme celles de la chicorée sauvage, mais plus lisses, & couchées sur terre. Elle n’a point de tige, mais des pédicules nus, fistuleux, longs d’une palme & plus ; rougeâtres, quelquefois velus, & garnis d’un duvet qui s’enlève aisément. Chacun de ses pédicules porte une fleur composée de demi-fleurons, évasés, jaunes, renfermés dans un calice poli, découpés en plusieurs parties, dont la base est garnie de quatre ou cinq feuilles verdâtres, réfléchies.
Chaque fleuron est porté sur un embryon, qui lorsque le calice s’ouvre & se réfléchit sur le pédicule, se change en une semence rousse, ou citrine, garnie d’aigrette. Ces semences tombent, quand elles sont mûres, & elles sont emportées par le vent ; la couche sur laquelle elles étaient, reste nue ; & c’est une pellicule poreuse. Cette plante est très-commune ; on la cultive dans les jardins : toutes ses parties sont amères, & remplies d’un suc laiteux. (D. J.) " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751-1778)

Sections

  • agropastoralisme
  • botanique
  • pathologie
  • plante médicinale
  • plante méditerranéenne

Classification scientifique

  • Asteraceae

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [24/10/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32202 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 15853 photos ou dessins.