peausserie (n. f.)

Bookmark and Share

Etymologie

de peau, lat. pellis

Définition

- 1. Travail ou commerce des peaux.
- 2. Marchandise en peau ou en cuir.

Détails

" PEAUSSERIE, s. f. marchandise de peaux & de cuirs, comme maroquins, chamois, basanes, buffles, vaches de Russie, veaux, moutons, & autres sortes d’animaux, passées & toutes préparées à être employées à divers autres ouvrages.
Le commerce de la peausserie est fort considérable en France, & surtout à Paris où il y a des marchands qui ne vendent rien autre chose que de la peausserie. Ce négoce fait partie de la mercerie.
Peausserie, signifie aussi l’occupation & le négoce des artisans, qu’on appelle Peaussiers, avec cette différence que ceux-ci préparent & vendent les peaux ; & que les Merciers les achètent toutes préparées pour les revendre aux particuliers.

Peau, terme de marchands & artisans ; ce mot en général se dit particulièrement de cette dépouille de l’animal qui est différemment apprêtée ou préparée par les Pelletiers, Tanneurs, Mégissiers, Chamoiseurs, Peaussiers, Corroyeurs, Parcheminiers, Maroquiniers, Gantiers, &c.
Les maroquins se font avec des peaux de boucs & de chèvres, ou d’un autre animal à-peu-près semblable, que l’on nomme menon. Le parchemin se fabrique d’ordinaire avec des peaux de béliers, de moutons, de brebis, & quelquefois de chèvres. Le vélin, qui est aussi une espèce de parchemin, se fait de la peau d’un veau mort-né, ou d’un veau de lait. Le vrai chamois se fabrique de la peau d’un animal de même nom, que l’on appelle aussi isard, & il se contrefait avec des peaux de bouc, de chèvre & de mouton. Les basanes sont des peaux de béliers, moutons ou brebis, passées en tan ou en redon, & quelquefois en mégie.
Les fourrures ou pelleteries se font de peaux de martres, d’hermines, de castors, de tigres, de loutres, de vautours, de cygnes, de petits gris, de fouines, d’ours, de putois, de lapins, de lièvres, de renards, de chats, de chiens, d’agneaux, &c. dont on conserve le poil, en les préparant d’une manière particulière.
Les peaux de boucs & de chèvres en poil, qu’on a cousues & disposées d’une manière propre à pouvoir contenir des liqueurs, se nomment simplement boucs, & quelquefois outres. Quand elles n’ont été employées qu’à transporter des huiles, on peut encore les passer en chamois, au lieu de les laisser sécher & se perdre. Savary. (D. J.) " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751-1778)

Sections

  • peau
  • zootechnie

Voir aussi

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [15/08/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32135 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 15586 photos ou dessins.