ornithorynque (n. m.)

Bookmark and Share

Scientifique

  • Ornithorhynchus anatinus (Schaw et Nodder 1799)
  • Ornithorhynchus paradoxus
  • Platypus anatinus

Autres noms

  • ornithorynque paradoxal (n. m.)
  • ornithorhynque (rare) (n. m.)
  • taupe à bec de canard (anc.) (n. f.)

Anglais

  • platypus
  • duck-billed platypus
  • duck-billed mole (anc.)

Etymologie

gr. ornithos, oiseau : à bec d'oiseau --- platypus = aux pieds plats  --- anatinus = comme un canard

Définition

Espèce de la fam. des ornithorhynchidés (Ornithorhynchidae). Mammifère monotrème australien à bec de canard et pattes palmées.

Détails

Descr. : L. 45 cm. LQ 15 cm. Poids 0,5-2 kg. C'est un des rares mammifères dont la femelle pond des œufs. Il n'a pas de mamelle vraie : le lait s'écoule et imbibe les touffes de poils que les jeunes sucent. Le pelage est épais. Mains et pieds, avec 5 griffes, sont plats et palmés. La queue est plate.

Habitat
: Il nage en rivière au sud-ouest de l'Australie et en Tasmanie. Il vit dans un terrier.  Il a été découvert en 1798.

Mœurs : Il fouille la vase et l'eau avec son bec de canard. Il mange de petits animaux aquatiques : limaçons, etc. Le bec sert à l'électrolocalisation ; il perçoit les champs électriques émis par les proies. L'éperon des pattes postérieures est venimeux. Il pond 2 œufs après 15 j de gestation et qui éclosent après 10 j. Longévité 15 ans.

" On ne connaît qu'une seule espèce d'Ornithorynque (Ornithorhynchus), c'est l'Ornithorynque paradoxal (0. paradoxus), singulier animal à corps velu, à queue aplatie, à pieds palmés et armés de griffes, à tête prolongée par un bec de Canard dont les mandibules portent de chaque côté, dans le jeune âge, deux ou trois molaires déprimées qui sont bientôt remplacées par des mamelons cornés aplatis. — Ce Monotrème vit dans l'Australie orientale et la Tasmanie ; il se creuse un terrier au bord des ruisseaux.
Le mâle possède une forte glande située à la face externe du fémur, sous le peaucier ; de celte glande part un long canal excréteur qui se renfle en ampoule à la base de l'ergot tarsien, et s'atténue ensuite pour pénétrer dans la cavité centrale de celui-ci. De Blainville regardait cette glande et ses annexes comme un appareil venimeux ; il appuyait cette manière de voir sur l'observation d'un individu qui avait reçu dans le bras un coup d'éperon : le membre avait enflé rapidement, et le blessé avait présenté un ensemble de symptômes analogues à ceux qu'offrent les personnes mordues par des Serpents venimeux ; il n'avait recouvré l'usage de son bras qu'après plus d'un mois. Les auteurs modernes ont contesté la nature venimeuse de cet appareil, et Verreaux a supposé qu'il était destiné à jouer un rôle excitateur dans la copulation. Cependant, Martin et Fidswell ont constaté que la glande, qui est en période active de sécrétion au mois d'avril, fournit un produit légèrement venimeux : comparé au venin de certains Serpents australiens, il s'est montré 5 000 fois plus faible. " (Raillet Alcide, "Traité de zoologie médicale et agricole", 2e éd. Asselin et Houzeau, Paris, 1895, p. 1092-3)

Section

  • zoologie

Classification française

  • mammifère
  • monotrène

Classification scientifique

  • Monotremata
  • Ornithorhynchidae

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2019, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [20/09/2019]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 31951 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 13964 photos ou dessins.