or (n. m.)

Bookmark and Share

Autre nom

  • Au

Anglais

  • gold

Définition

Elément chimique de numéro atomique Z = 79 et de masse atomique A = 196,9665. Métal précieux, dense, brillant et doré, dur et malléable. Il a servi et sert de base à certaines monnaies. C'est aussi un additif alimentaire, un colorant.

Détails

"L'or. Ce métal auquel nous avons attaché tant de prix, qui partage avec l'argent le privilège de représenter le fruit de nos travaux ; ce métal qui fait tant de mal et qui pourrait faire tant de bien, se trouve tout formé dans la nature, et souvent il suffit de le rassembler et de le fondre pour qu'il soit susceptible d'être versé dans le commerce avec une valeur de plus de quinze cents fr. la livre.
La belle couleur jaune de l'or est connue de tout le monde ; mais sa nuance n'est pas toujours la même parce qu'il est ordinairement allié au cuivre, au fer et surtout à l'argent. De là, ces teintes de jaune verdâtre ou de jaune rougeâtre qu'on lui remarque si souvent.
L'or pèse treize cent cinquante livres le pied cube (675 kil. ) ; il est, après le plomb, le plus mou des métaux ; mais en revanche, il est le plus tenace et le plus malléable de tous ; en effet :
Un fil d'or d'un dixième de pouce de dm mètre soutient, sans se rompre, un poids de cinq cents livres (250 kil. ), et la facilité avec laquelle il s'étend sous le marteau, n'est pas une de ses moindres qualités, puisqu'elle supplée à sa rareté en lui permettant de recouvrir les corps de la couche la plus mince que l'on puisse imaginer ; ainsi, par exemple, on sait :
Qu'un grain (0,53 décigramme) d'or peut s'étendre sous le marteau du batteur en une feuille de 50 pouces carrés (1,37 mètre) ; qu'une statue équestre de grandeur naturelle peut se dorer en plein avec une pièce d'or de 20 francs ; qu'un cylindre d'argent sur lequel on aurait étendu une once d'or, peut fournir, par suite de son passage à la filière, un fil doré long de 97 lieues de poste (43 myriamètres), et que si l'on passe ce fil sous un laminoir, il se changera en un petit ruban de 111 lieues de long, doré en plein sur les deux faces.
L'or ne s'emploie point pur, on y ajoute du cuivre ou de l'argent pour en augmenter la dureté, et c'est cet alliage dont la proportion est réglée par la loi, et garantie par le poinçon ou contrôle. Sur 1 000 parties d'or, il y en a 84 d'alliage en France.
Un seul acide peut dissoudre l'or, c'est l'eau régale (acide nitro-chlorique), il résiste à tous les autres. C'est sur cette propriété qu'est fondé l'essai par la pierre de touche, dans lequel l’eau forte (acide nitrique) dissout le cuivre ou l'argent sans attaquer l'or.
Le mercure dissout l'or, il s en sature jusqu’a devenir épais et pâteux, et c'est, comme nous l'avons déjà dit en parlant du mercure, le moyen dont on fait usage pour retirer les plus petites particules d'or du milieu du minerai ou des sables qui les renferment.
C'est toujours à l'état de métal que l'on trouve l'or dans la nature, et cet or natif jouit de l'éclat et de la malléabilité de l'or travaillé, quoiqu'il soit ordinairement allié au fer, au cuivre ou à l'argent. L'or natif s'aplatit sous le marteau ; le plus petit grain se change en une paillette, et ce seul caractère suffit pour le faire distinguer d'avec toutes les autres substances qui ont un faux éclat doré et qui s'égrainent toutes sans exception, quand on veut les aplatir entre l'enclume et le marteau. Voilà, j'espère, un moyen bien simple de vous sauver des méprises qui vous font croire si souvent au bonheur d'avoir découvert une mine d'or. Le mica, les pyrites de fer et les pyrites de cuivre, sont les trois minéraux qui en imposent le plus souvent par leur couleur et leur faux éclat doré. Mais aucun d'eux ne s'aplatit sous le marteau.
L'or natif se trouve dans les sables ou dans les filons qui traversent les montagnes. Le minéral qui le contient ordinairement est du cristal de roche commun (quartz hyalin laiteux), et il s'y présente ordinairement en lames, en paillettes, en grains irréguliers, en filaments contournés ou ramifiés. Celui qui se trouve dans les sables de certaines rivières s'offre en paillettes plus ou moins fines, ou en petites masses arrondies que l'on nomme pépites.
Les principales mines d'or exploitées de nos jours sont celles de l'Amérique, qui consistent en mines souterraines et en lavages de sables aurifères. Le Brésil en produit annuellement pour près de 24 millions de francs, le Mexique, le Pérou et Buenos-Aires pour 10 millions. En Afrique, le sable d'or forme une branche essentielle du commerce des nègres, qui le vendent à l'état de sable, ou à l'état d'anneaux grossièrement travaillés. On porte le produit de ces sables à 5 millions. L'Europe renferme peu de mines d'or actuellement exploitées, si ce n'est en Sibérie et en Hongrie. Quant à l'Asie , ses richesses nous sont à peu près inconnues , mais on sait qu'elle renferme aussi des mines et des lavages importants... " (Brard C.P., 1826. Minéralogie populaire ou avis aux cultivateurs et aux artisans... Paris,  Libraire Louis Colas, 32 rue Daupine ed., 1 vol., 102 p., p. 57-61)

Sections

  • alimentation
  • chimie

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2019, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [21/09/2019]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 31951 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 13965 photos ou dessins.