mulots (n. m.)

Bookmark and Share

Scientifique

  • Apodemus

Anglais

  • field mouse

Etymologie

de mulet

Définition

Fam. des muridés (Muridae), ordre des Rodentia. Grosses souris des champs à longues pattes postérieures et à longue queue. Ils ont de grandes oreilles, alors que celles des campagnols sont très petites. Pelage roux.

Détails

Ils se déplacent en bondissant, alors que les campagnols trottinent.
Ils peuvent grimper des murs.
Ils mangent beaucoup, et de tout.

Exemples :
- Apodemus agrarius (Pell.), mulot rayé (striped field mouse), cf mulot rayé,
- Apodemus flavicollis, mulot à collier, mulot à gorge jaune (field mouse), cf mulot à collier,
- Apodemus microps (Krat. et Ros.), mulot pygmée (pygmy field mouse), cf mulot pygmée,
- Apodemus sylvaticus (L.), mulot sylvestre, mulot gris, mulot ordinaire (woodmouse, long-tailed field mouse), cf mulot sylvestre.

" MULOT, s. m. (Hist. nat.) animal quadrupède, qui a beaucoup de rapport avec la souris, cependant il est un peu plus gros ; il a la tête à proportion beaucoup plus grosse & plus longue, les yeux plus grands & plus saillants, les oreilles plus allongées & plus larges, & les jambes plus longues. Toutes les parties du corps de cet animal sont de couleur fauve mêlée d’une teinte noirâtre ; les parties inférieures sont blanchâtres. Les mulots sont très communs, sur-tout dans les terres élevées. On en trouve de différentes grandeurs : les plus grands ont quatre pouces & plus de longueur depuis le bout du nez jusqu’à l’origine de la queue, les autres ont jusqu’à un pouce de moins. Tous ces animaux se retirent dans des trous qu’ils trouvent faits ou qu’ils font eux-mêmes sous des buissons & des troncs d’arbres ; ils y amassent une grande quantité de glands, de noisettes ou de fève ; on en trouve jusqu’à un boisseau dans un seul trou. On voit moins de mulots au printemps qu’en automne ; lorsque les vivres leur manquent, ils se mangent les uns les autres. Le mulot produit plus d’une fois par an ; chaque portée est de neuf ou dix. Il est généralement répandu dans toute l’Europe. Il a pour ennemis les loups, les renards, les martes, les oiseaux de proie, & lui-même. Hist. nat. gen. & part. tome VIII. pag. 325. & suivantes.
On n’imagine pas à quel point les mulots sont nuisibles aux biens de la terre. Ils habitent seuls, souvent deux, quelquefois trois ou quatre dans un même gite. M. de Buffon avait semé quinze à seize arpents de glands en 1740, les mulots enlevèrent tous ces glands & les emportèrent dans leurs trous. On découvrit ces trous, & l’on trouva dans la plupart un demi-boisseau & souvent un boisseau de glands, que ces animaux avoient ramassé pour vivre pendant l’hiver. M. de Buffon fit dresser dans cet endroit un grand nombre de pièges, où pour toute amorce on mit une noix grillée, & en moins de trois semaines on prit treize cent mulots, tant ces rats de campagne sont redoutables par leur nombre, par leur pillage, & par leur prévoyance à entasser autant de glands qu’il en peut entrer dans leurs trous.
Ils ravagent souvent les champs & les prés de la Hollande, mangent l’herbe des pâturages, & au défaut d’herbe, montent sur les arbres & en rongent les feuilles & le fruit. M. Musschenbroek rapporte, que le nombre de ces animaux était si grand en 1742, qu’un paysan en tua pour sa part cinq à six mille. Mais ce n’est pas d’aujourd’hui, & ce n’est pas dans nos seuls climats que les mulots désolaient le monde. Il faut qu’ils aient fait autrefois de furieux dégâts à Tenédos, puisque Strabon parle d’un des temples de cette île, dédié par cette raison à Apollon Sminthien. Qui croirait qu’Apollon eût reçu ce surnom à l’occasion des mulots ? On les a pourtant représentés sur les médailles de l’île, & l’on sait que les Crétois, les Troïens, les Eoliens les appellaient σμινθοι. Elien rapporte qu’ils faisaient de si grands ravages dans les champs des Troïens & des Eoliens, qu’on eut recours à l’oracle de Delphes ; la réponse porta qu’ils en seraient délivrés s’ils sacrifiaient à Apollon Sminthien...
(D. J.) " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751-1778)

Section

  • zoologie

Classification française

  • Rongeur

Classification scientifique

  • Muridae

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2019, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [20/09/2019]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 31951 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 13964 photos ou dessins.