morve (n. f.)

Bookmark and Share

Anglais

  • glanders

Définition

Maladie très contagieuse, inoculable, des équidés surtout, parfois des ruminants, du chien, du chat, etc., transmissible à l'homme (zoonose directe d'inoculation, rare et grave), qui se caractérise par des lésions nodulaires et ulcératives de la peau, des muqueuses surtout nasales et des poumons.

Détails

La morve nasale, autrefois assez fréquente, se manifestait par un jetage abondant, unilatéral ou bilatéral.
Dans la forme aiguë : forte fièvre, prostration, coryza avec jetage abondant, vesico-pustules puis ulcères sur la muqueuse pituitaire, œdèmes (anasarque), abcès puis chancres sur la peau, lymphangite tronculaire avec chapelet de nouures (chancres secondaires : farcin morveux, farcin du nez) et adénite (glandage), amaigrissement très rapide, décubitus, coma et mort. Elle est due à une bactérie, Burkholderia mallei, = Malleomyces mallei (anc.), le bacille de la morve, sécrétant une endotoxine caséifiante. Le diagnostic a recours à la malléination. Il n'y a pas de vaccin. C'était la terreur des grands rassemblements de chevaux (armées, grandes compagnies de transport). Alors que l'Europe est pratiquement indemne depuis longtemps, il n'en est pas de même de l'Asie (Mongolie, Moyen et Extrême-Orient, Inde) et de l'Afrique. La morve est, en France (et en Belgique) une maladie légalement contagieuse des équidés.

" MORVE, s. f. (Physiol.) nom vulgaire de l’humeur aqueuse & gluante qui se filtre dans la membrane pituitaire ; c’est cette humeur que les Médecins appellent mucosité du nez, mucus narium.

Morve, s. f. (Maréchal.) maladie particulière aux chevaux...
La morve est un écoulement de mucosité par le nez, avec inflammation ou ulcération de la membrane pituitaire.
Cet écoulement est tantôt de couleur transparente, comme le blanc d’œuf, tantôt jaunâtre, tantôt verdâtre, tantôt purulent, tantôt sanieux, mais toujours accompagné du gonflement des glandes lymphatiques de dessous la ganache ; quelquefois il n’y a qu’une de ces glandes qui soit engorgée, quelquefois elles le sont toutes deux en même temps. Tantôt l’écoulement ne se fait que par un naseau, & alors il n’y a que la glande du côté de l’écoulement qui soit engorgée ; tantôt l’écoulement se fait par les deux naseaux, & alors les deux glandes sont engorgées en même temps : tantôt l’écoulement vient du nez seulement, tantôt il vient du nez, de la trachée-artère, & du poumon en même-temps...
Causes. Examinons d’abord ce qui arrive dans la morve.
Il est certain que dans le commencement de la morve proprement dite (car on ne parle ici que de celle-ci) il y a inflammation dans les glandes de la membrane pituitaire ; cette inflammation fait séparer une plus grande quantité de mucosité ; de-là l’écoulement abondant de la morve commençante... La cause évidente de la morve est donc l’inflammation. L’inflammation reconnaît des causes générales & des causes particulières...
Symptômes. Les principaux symptômes sont l’écoulement qui se fait par les naseaux, les ulcères de la membrane pituitaire, & l’engorgement des glandes de dessous la ganache...
Pronostic. Le danger varie suivant le degré & la nature de la maladie... " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751-1778)

Sections

  • cheval
  • pathologie

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [09/08/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32131 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 15540 photos ou dessins.