moringa oléifère (n. m.)

Bookmark and Share

Scientifique

  • Moringa oleifera Lam.
  • Moringa pterygosperma Gaernt

Autres noms

  • arbre aux radis de cheval
  • ben ailé
  • néverdier (n. m.)
  • noix de Béhen

Anglais

  • moringa
  • horseradish tree
  • ben oil tree
  • benzoil tree
  • drumstick tree

Etymologie

du cingalais mu'runga

Définition

Fam. des moringacées (Moringaceae). Ligneux fourrager. H. 2-8 m. C'est un arbuste ou petit arbre tropical originaire d'Asie tropicale (Inde, Pakistan). Le feuillage est très léger, à feuilles caduques ; le tronc est mal conformé, souvent divisé près du sol ; le bois est très tendre sans usage. Par contre la plante présente de nombreuses propriétés qui en font une plante parmi les plus appréciées en milieu semi-aride ou aride : les graines sont oléifères.
Il a un intérêt médical, il permet de rendre des eaux troubles potables, les fruits sont alimentaires enfin les feuilles, les jeunes pousses, les jeunes fruits sont très appétés par toutes les espèces domestiques. Enfin il ne contient pas de tannins et en conséquence sa digestibilité est excellente.

Détails

Ecologie : son aire d’origine est relativement restreinte : on le trouve dans les régions arides sub-himalayennes, dans une zone comprise entre la rivière Chenab dans le Pendjab pakistanais (région de Faisalabad) et la rivière Sarda dans l’Uttar Pradesh en Inde.
Par contre actuellement, Moringa a une extension géographique très développée, dans la plupart des pays sub-tropicaux ou tropicaux à saison sèche marquée voire en zone aride.
C’est un arbuste cultivé car précieux pour ses qualités.
Il supporte des températures d’amplitude forte de -1°C en hiver à plus de 38°C en été.
La pluviométrie annuelle optimale se situe entre 750 et 2000 mm.
Agronomie : les graines sont récoltées en mai-juin en Inde ; il n’y a pas de phénomène de dormance et les graines fraîchement récoltées germent à plus de 60% ; on les conserve dans des récipients hermétiques mais comme toutes les graines oléagineuses, elles se conservent mal. On peut faire un semis direct à condition de protéger les jeunes plantules ou mieux le semer en sac en pépinière. Moringa étant à croissance rapide, il est transplantable vers 6 mois.
Le bouturage est le mode de multiplication le plus fréquent. Toute bouture s’enracine : rameaux, petites et grosses branches quels que soient leur longueur et leur diamètre.
Les écartements recommandés pour la plantation sont de 3 m x3 m pour la production fourragère et 5 m x 5 m pour la production fruitière. Moringa affectionne les sols alluviaux sableux bien drainés ; il ne supporte pas l’engorgement.
Utilisations : Il est rare de trouver autant de possibilités d’utilisation par l’homme chez une plante :
- alimentaire : les racines sont consommées comme le raifort ; les feuilles et les jeunes pousses peuvent être consommées crues, cuites en soupes, grillées, préparées dans les sauces et le couscous. Elles sont riches en fer, calcium, phosphore, fraîches, en vitamine C. Les fruits entrent dans l’alimentation comme légume vert ou dans la compostion du carry ;
- fourrager : feuilles et jeunes pousses, inflorescences et jeunes fruits sont très bien appétés par toutes les espèces élevées. Les feuilles sont évidemment un fourrage de qualité pour les ruminants ;
- oléifère : l’huile extraite des graines a été utilisée en horlogerie, en parfumerie ;
- médicinal : on peut extraire de la ptérygospermine, antibiotique et antifongique. De la racine on peut extraire de la spirochine efficace contre les infections de bactéries gram+ ; de l’écorce on peut extraire deux substances alcaloïdiques dont l’une possède des propriétés voisines de celles de l’adrénaline ;
- dans la pharmacopée : presque toutes les parties de la plante ont été utilisées en pharmacopée traditionnelle depuis l’Antiquité notamment en Inde.
Les racines sont utilisées comme rubéfiant avec des propriétés proches de la farine de moutarde. Elles entrent dans la composition de préparations anti-ictériques. Elles entrent dans la composition d'un cataplasme contre les inflammations, les rhumatismes et les douleurs articulaires. Les feuilles chaudes agissent contre certaines tumeurs ; les feuilles sont aussi diurétiques et agissent contre la blennorragie ; en friction sur les seins elles servent à arrêter l’écoulement du lait.
L’écorce en infusion est utilisée pour soigner la fièvre jaune.
La gomme est employée dans les cas de diarrhée.
La liste n’est pas exhaustive.
- Intérêt pour la clarification des eaux
C’est une des propriétés essentielles qui lui est reconnue
Les racines sont utilisées pour rendre potable l’eau croupie. Cette vertu purificatrice est aussi le fait des graines pilées d’où son nom dans la vallée du Nil « Shagara al Rauwaq », l’arbre qui purifie. Ce pouvoir de floculation s’étendrait aux bactéries.

" MORINGA, (Hist. nat. Botan.) arbre des Indes orientales qui ressemble au lentisque par sa grandeur & par ses feuilles. Cet arbre est noueux, & a fort peu de branches ; son bois est très-cassant. Ses fleurs sont d’une couleur verdâtre & brune, elles ont le goût d’un navet. Il produit un fruit de la grosseur d’une rave qui a un pied de longueur, il est blanc & moelleux en-dedans, & renferme de petites semences vertes & âcres. Ce fruit se mange cuit. La racine de l’arbre est regardée comme un puissant contrepoison dans les morsures des bêtes venimeuses, & comme un remède dans les maladies contagieuses. " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751-1778)

Sections

  • agropastoralisme
  • alimentation
  • botanique
  • plante médicinale

Classification scientifique

  • Moringaceae

Voir aussi

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2019, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [21/09/2019]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 31951 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 13964 photos ou dessins.