monstre (n. m.)

Bookmark and Share

Anglais

  • monster

Définition

Individu qui a de grandes anomalies anatomiques dès la naissance ou avant (fœtus). Les monstruosités (tératologie) sont très variées. Elles peuvent être viables ou non : avortements, mortinatalités.

Détails

Il s'agit :
- d'une absence d'organes : absence d'anus, absence d'un membre ou d'une partie (uromèle), absence de tête (acéphalie ; acephalia), etc.,
- d'une fusion d'organes : membres (symélien), yeux (stomocéphale), oreilles (otocéphale),
- d'organes surnuméraires : membres (mélomélie, polymélien), doigts (polydactylie), tête (dicéphalie ; dicephalus), face (diprosoplie ; diprosoplis) supplémentaires, œil frontal, etc.,
- du doublement d'une partie importante du tronc (tératopage) : monstres y (diplosome, iniodyme, synadelphe, synote, tératodyme, thoradelphe, xiphodyme, ypsiloïdes), en lambda (lambdoïde, monocéphalien, sycéphalien, thoracodidyme), ou en H (eusomphalien, monomphalien, sternopage, xiphopage), divers (hétérodelphe, parasitaire, syssomien),
- d'accumulation de liquide dans la tête (hydrocéphalie ; hydrocéphalia),
- d'autres anomalies (anide, môle).

" DIFFORMITÉ, s. m. (Médec.) on comprend sous ce mot générique toute figure des parties ou des organes du corps humain, qui s’éloigne de la naturelle, au point d’en empêcher les fonctions, ou même seulement de faire de la peine aux yeux de ceux qui n’y sont pas accoutumés.
Les difformités peuvent venir de naissance, quelquefois de ce que la mère s’est blessée dans sa grossesse, ou même selon quelques-uns de l’effet de son imagination sur le fœtus. Les difformités peuvent encore procéder, après la naissance, d’une infinité de causes différentes, telles que de chute, de blessure, de brûlure, de fracture, de luxation, de compression, de ligature, &c. de maladies, comme d’une humeur écrouelleuse, arthritique, goutteuse ; d’altération de la synovie dans la mollesse des os, comme dans le rachitis des enfants, &c.
Mais quelle que soit la cause des difformités, il arrive d’ordinaire que la fonction de la partie difforme s’exécute avec plus de peine, ou est même entièrement détruite. Les difformités de naissance se corrigent difficilement ; les autres espèces de difformités qu’on a lieu d’appréhender, doivent être prévenues par des bandages & par des machines connues, ou qu’on fait exprès, en un mot par tous les secours de l’art & du génie.
On s’est proposé dans cet Ouvrage de ne point négliger l’orthopédie, c’est-à-dire l’art de prévenir ou de corriger dans les enfants les difformités du corps humain. Nous sommes donc bien éloignés d’approuver cette mère extravagante dont parle Dionis, qui voulait faire arracher à sa fille de très belles dents qu’elle avait entre autres agréments, de peur que cette beauté ne fût un jour un obstacle à son salut. Le soin du corps renfermé dans les bornes que prescrit la raison, & plus encore le soin de prévenir les difformités corporelles, est une partie très importante de l’éducation des enfants, qui doit accompagner essentiellement celle des mœurs, & de la culture de leur esprit. Art. de M. le Chevalier de Jaucourt. " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751)

" MONSTRE, s. m. (Botan.) on nomme monstres en Botanique des singularités qui sont hors du cours ordinaire. Par exemple, des feuilles qui naissent de l’intérieur d’autres feuilles ; des fleurs du milieu desquelles sort une tige qui porte une autre fleur ; des fruits qui donnent naissance à une tige, dont le sommet porte un second fruit semblable, &c. (D. J.)

Monstre, s. m. (Zoolog.) animal qui naît avec une conformation contraire à l’ordre de la nature, c’est-à-dire avec une structure de parties très-différentes de celles qui caractérisent l’espèce des animaux dont il sort. Il y a bien de sortes de monstres par rapport à leurs structures, & on se sert de deux hypothèses pour expliquer la production des monstres : la première suppose des œufs originairement & essentiellement monstrueux : la seconde cherche dans les seules causes accidentelles la raison de toutes ces conformations.
S’il n’y avait qu’une différence légère & superficielle, si l’objet ne frappait pas avec étonnement, on ne donnerait pas le nom de monstre à l’animal où elle se trouverait. Les uns ont trop ou n’ont pas assez de certaines parties ; tels sont les monstres à deux têtes, ceux qui sont sans bras, sans pieds ; d’autres pèchent par la conformation extraordinaire, & bizarre par la grandeur disproportionnée, par le dérangement considérable d’une ou de plusieurs de leurs parties, & par la place singulière que ce dérangement leur fait souvent occuper ; d’autres enfin ou par l’union de quelques parties qui, suivant l’ordre de la nature & pour l’exécution de leurs fonctions, doivent toujours être séparés, ou par la désunion de quelques autres parties qui, suivant le même ordre & pour les mêmes raisons, ne doivent jamais cesser d’être unies. M. Formey... " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751-1778)

Sections

  • anatomie
  • pathologie

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2019, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [12/11/2019]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 31972 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 14115 photos ou dessins.