miasme (n. m.)

Bookmark and Share

Anglais

  • miasma

Définition

Emanation provenant de substances organiques en décomposition, ou du corps de malades, néfaste aux animaux et aux hommes.

Détails

" MIASME, s. m. (Med.) μιασμα, ce nom est dérivé du verbe grec μιαινειν, qui signifie souiller, corrompre ; cette étymologie fait voir qu’on doit écrire miasme par un i, & non par un y ; cette sorte d’orthographe est assez ordinaire... Par miasme on entend des corps extrêmement subtils, qu’on croit être les propagateurs des maladies contagieuses ; on a pensé assez naturellement que ces petites portions de matière prodigieusement atténuées s’échappaient des corps infectés de la contagion, & la communiquaient aux personnes non infectées, en pénétrant dans leurs corps après s’être répandues dans l’air, ou par des voies plus courtes, passant immédiatement du corps affecté au non affecté ;
ce n’est que par leurs effets qu’on est parvenu à en soupçonner l’existence : un seul homme attaqué de la peste a répandu dans plusieurs pays cette funeste maladie. Lorsque la petite vérole se manifeste dans une ville, il est rare qu’elle ne devienne pas épidémique ; il y a des temps où l’on voit des maladies entièrement semblables par les symptomes, les accidents, & les terminaisons, se répandre dans tout un pays ;
si un homme bien sain boit dans le même verre, s’essuie aux mêmes serviettes qu’une personne galeuse, ou s’il couche simplement à côté d’elle, il manque rarement d’attraper la gale ; il y a des dartres vives qui se communiquent aussi par le simple toucher ; la vérole exige pour se propager un contact plus immédiat, & l’application des parties dont les pores sont plus ouverts ou plus disposés ; la nature, les propriétés, & la façon d’agir de ces particules contagieuses ou miasmes sont entièrement inconnues ;
comme elles échappent à la vue, on est réduit sur leur sujet à des conjectures toujours incertaines ; on ne peut conclure autre chose sinon que ce sont des corps qui par leur ténuité méritent d’être regardés comme les extrêmes des êtres immatériels, & comme placés sur les confins qui séparent la matière des êtres abstraits. Voyez Contagion.
Et le plus ou moins de proximité que les maladies différentes exigent pour se communiquer, fait présumer que leur fixité varie beaucoup... (m) " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751-1778)

Section

  • pathologie

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2020, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [10/07/2020]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 32076 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 15366 photos ou dessins.