ânesse (n. f.)

Bookmark and Share

Anglais

  • jenny
  • jenny-ass
  • she-ass
  • she-donkey

Etymologie

lat. asina

Définition

Femelle de l'âne.

Détails

La composition du lait d'ânesse ressemble à celle du lait de la femme. Ce lait est facile à digérer par les nourrissons.

" 2°. Du lait d’ânesse, c’est-à-dire, des usages médicinaux du lait d’ânesse. Ce que nous avons dit de la composition naturelle du lait d’ânesse, annonce déjà ses propriétés médicinales. On peut en déduire, avec beaucoup de vraisemblance, que ce lait possède en un degré supérieur toutes les vertus du lait, sans faire appréhender ses principaux inconvénients. En effet, c’est par le principe caséeux & par le principe butyreux que le lait est principalement capable de produire tous les accidents qu’on lui reproche. C’est par la facilité avec laquelle ces principes se séparent & s’altèrent diversement dans le lait de vache, par exemple, que ce lait est sujet à produire les mauvais effets que nous avons détaillés plus haut. Or le lait d’ânesse contient fort peu de ces principes...
La quantité très considérable de substance sucrée que contient le lait d’ânesse le rend aussi très nourrissant. Cette substance est dans le lait la matière nutritive par excellence ; la substance caséeuse ne mérite que le second rang, & le beurre n’est point nourrissant, du moins le beurre pur... un lait très-clair, comme celui d’ânesse, peut être éminemment sucré, comme il l’est en effet...
On donne le lait d’ânesse contre toutes les maladies dans lesquelles on emploie aussi le lait de vache, &c. & que nous avons énoncées, en parlant de cette autre espèce de lait. Mais on préfère le lait d’ânesse dans les cas particuliers où l’on craint les accidents propres du lait que nous avons aussi rapportés ; & principalement lorsque les sujets étant très-faibles, ces accidents deviendraient nécessairement funestes, c’est-à-dire, que le lait d’ânesse est dans la plupart de ces maladies, & surtout dans les maladies chroniques de la poitrine, un remède extrême, une dernière ressource, sacra anchora ; que par cette raison, on voit très rarement réussir, du moins guérir. Mais quand il est employé de bonne heure, ou contre ces maladies lorsqu’elles sont encore à un degré curable, il fait assez communément des merveilles. Il est admirable, par exemple, dans les toux sèches vraiment pectorales, dans les menaces de jaunisse, ou les jaunisses commençantes, dans presque toutes les affections des voies urinaires, dans les sensibilités d’entrailles, les dispositions aux ophtalmies appelées bilieuses ou sèches, les fleurs blanches... " (L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert, 1751-1778)

Section

  • zootechnie

Pour citer cet article :
Meyer C., ed. sc., 2019, Dictionnaire des Sciences Animales. [On line]. Montpellier, France, Cirad. [16/09/2019]. <URL : http://dico-sciences-animales.cirad.fr/ >

Présentation du dictionnaire des sciences animales

Ceci est la troisième version complète du "Dictionnaire des Sciences Animales" mise sur Internet. Elle comporte 31953 articles sur des mots et expressions concernant les animaux et 13943 photos ou dessins.